Dexlansoprazole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dexlansoprazole
Image illustrative de l’article Dexlansoprazole
Identification
Nom UICPA (R)-(+)2-([3-méthyl-4-(2,2,2-trifluoroéthoxy)pyridin-2-yl]méthylsulfinyl)-1H-benzo[d]imidazole
No CAS 138530-94-6
Code ATC A02 « BC06 »
PubChem 9578005
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C16H14F3N3O2S  [Isomères]
Masse molaire[1] 369,361 ± 0,02 g/mol
C 52,03 %, H 3,82 %, F 15,43 %, N 11,38 %, O 8,66 %, S 8,68 %,
Données pharmacocinétiques
Excrétion

50% rénal and 47% dans les fèces[2]


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dexlansoprazole est un inhibiteur de la pompe à protons (IPP). Il s'agit de l'énantiomère dextrogyre du lansoprazole[3].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Ce médicament n’est pas disponible en Europe (selon une source en 2012), mais il est commercialisé aux États-Unis[3] depuis 2009, et au Canada depuis 2010[4].

Indications[modifier | modifier le code]

Le dexlansoprazole est approuvé pour le traitement des brûlures d'estomac associées au reflux gastro-œsophagien non érosif, la guérison de toutes les formes d'œsophagite érosive, ainsi que l'entretien de l'œsophagite érosive lors de la guérison[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Product Information: DEXILANT(R) delayed release oral capsules, dexlansoprazole delayed release oral capsules. Takeda Pharmaceuticals America, Inc., Deerfield, IL, 2010.
  3. a et b Bergmann, Marcel et Ribi, Camillo, « Hypersensibilité aux inhibiteurs de la pompe à protons », Rev. med. suisse, Allergo-immunologie, vol. 337, no 15,‎ , p. 830-835 (lire en ligne)
  4. Mouchantaf, Rania, « Les inhibiteurs de la pompe à protons : hypomagnésémie accompagnée d'hypocalcémie et d'hypokaliémie », Bulletin canadien des effets indésirables, vol. 21, no 3,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Abel, Cheryl et al., « Dexlansoprazole in the Treatment of Esophagitis and Gastroesophageal Reflux Disease », Ann. Pharmacother., vol. 44, no 5,‎ , p. 871-877 (DOI 10.1345/aph.1M685, lire en ligne)