Deuxième congrès du Komintern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
fête du Kominterm du 19 juillet 1920 par Boris Koustodiev

Le deuxième Congrès du Komintern prend place en juillet 1920 à Pétrograd.

Fonction[modifier | modifier le code]

Scale icon green.svg
Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. (octobre 2017).
Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de souligner les passages non neutres en utilisant {{passage non neutre}}.
N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

Sa fonction est de mettre au point les rôles des différents partis ainsi que de poser les différentes directives. La dictature du prolétariat et le pouvoir des Soviets sont la base du mouvement. Ce Congrès est très attendu des prolétaires du monde entier même si les vingt-et-une conditions d’adhésion sont mises en œuvre. Elles consistent en partie à empêcher des chefs et autres opportunistes à n’entrer dans l’IC que pour ne pas perdre de l’influence. Ces règles seront très critiquées et débattues par les opportunistes lors de ce Congrès. Les moyens de consolider le mouvement communiste et le rôle de celui-ci dans la révolution prolétarienne sont étudiés. L’une des solutions est que les communistes entrent dans les syndicats afin de se former contre le capitalisme. Par la suite, dans tous les pays munis d’organisations ouvrières, une séparation communiste-réformiste a lieu et les communistes rejoignent le Komintern.

Malgré un échec des Républiques soviétiques mises en place par le prolétariat en Hongrie et en Bavière, la crise du Japon et d’Amérique en 1920 et une forte résistance inattendue de la bourgeoisie et, le mouvement communiste est très optimiste au sujet d’un futur victorieux. En effet, la bourgeoisie réussit, à cause des mauvaises méthodes de combat du prolétariat, à rassembler ses forces avec les social-démocrates, ce qui a pour conséquences le retour des capitalistes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Frank, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Montreuil, La Brèche, 1979, 462 pages.