Deuxième bataille de Landévant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Landévant
Description de cette image, également commentée ci-après
La défense de l'Église, peinture d'Émile Boutigny.
Informations générales
Date 3 juillet 1795
Lieu Landévant, Auray, Locoal-Mendon
Issue Victoire républicaine
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Lazare Hoche
Auguste Mermet
Vincent de Tinténiac
Paul Alexandre du Bois-Berthelot
Jacques Le Prestre de Vauban
Georges Cadoudal
Paul de Lantivy-Kerveno
Jean Rohu
Jean Jan
Jean-Baptiste d'Allègre de Saint-Tronc
Pierre-Mathurin Mercier
Forces en présence
13 000 hommes9 000 à 17 000 hommes
Pertes
inconnues~ 100 morts
(selon les républicains)[1]

Chouannerie

Coordonnées 47° 45′ 55″ nord, 3° 07′ 14″ ouest

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Bataille de Landévant

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Bataille de Landévant

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Bataille de Landévant

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Landévant

La bataille de Landévant se déroula pendant la Chouannerie, lors de l'expédition de Quiberon.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet, Hoche disposait désormais de 13 000 hommes sous ses ordres et une nouvelle offensive fut lancée contre les 15 000 chouans de Puisaye. Chabot refoule les Chouans à Brandérion[1]. Hoche et Josnet attaquent Landévant défendue par Tinténiac[1] ce dernier contre-attaque, et appelle Vauban à l'aide. Cependant le général Mermet repousse Tinténiac et troupes se replient[2]. Vauban arrive à ce moment, il rallie les fuyards puis se porte sur Auray où il disperse un corps républicains aux abords de la ville, il n'ose cependant entrer dans la cité et se replie[2].

Selon le représentant Brüe, les Chouans ont perdu une centaine de tués[1]. Tinténiac se replie à Locoal-Mendon tandis que Auray tombait à son tour. Risquant d'être pris à revers, Vauban doit abandonner Locoal-Mendon. À la fin de la journée les chouans s'étaient repliés sur Ploemel, Erdeven et Carnac.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]