Deuxième Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Deuxième Rome (ἡ δευτέρα Ῥώμη) est le qualificatif donné par l'empereur romain Constantin Ier en 330 à la nouvelle capitale impériale fondée par lui sur le Bosphore à l'emplacement de la cité antique de Byzance. Il fit construire immédiatement la ville nouvelle à une échelle monumentale, s'inspirant de Rome, et lui donna le nom de Constantinople. Cette ville s'appelle depuis le 28 mars 1930 Istanbul.

Désignation[modifier | modifier le code]

Constantin honora la ville nouvelle du titre légal de Deuxième Rome (ἡ δευτέρα Ῥώμη[1]). Cependant, le terme de Nouvelle Rome (νέαν Ρώμην) est aussi utilisé par la même source[2].

Dans les textes ultérieurs on appelle aussi Constantinople Alma Roma (Ἄλμα Ῥώμα), Βυζαντιάς Ῥώμη (Rome byzantine), ἑῴα Ῥώμη (Rome orientale) ou Roma Constantinopolitana. Certains Pères de l'Église, comme Grégoire de Nazianze, utilisent aussi le terme de Ῥώμη νεουργής (Nouvelle Rome)[3].

Le terme « Nouvelle Rome » (Νέα Ῥώμη), et non pas Deuxième Rome comme l'avait appelée Constantin, est utilisé dans la nomenclature officielle du patriarcat orthodoxe de Constantinople[4] ce qui ne manque pas de faire polémique avec l'Église catholique sur la question de la suprématie de Rome et Constantinople.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'historien du Ve siècle Socrate le Scolastique écrit dans son Histoire ecclésiastique, I, 16 (vers 439) que l'empereur donna à la cité le nom de « Constantinople » en proclamant en même temps qu'elle soit désignée légalement sous le nom de « deuxième Rome » : Κωνσταντινούπολιν μετονομάσας, χρηματίζειν δευτέραν Ῥώμην νόμῳ ἐκύρωσεν.
  2. (el) Socrate le Scolastique, Histoire de l'Église (lire en ligne), p. Chapitre XVII.
  3. (el) Grégoire de Nazianze, De vita sua (lire en ligne).
  4. Archevêque de Constantinople, Nouvelle Rome, et patriarche œcuménique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Démétrius John Georgacas, « The Names of Constantinople », dans : Transactions and Proceedings of the American Philological Association, (The Johns Hopkins University Press), 1947, fasc. 78, pp. 347–67.

Articles connexes[modifier | modifier le code]