Despo Rutti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Despo Rutti
Surnom Rutt's
Nom de naissance Pascal Trésor Azusimba
Naissance (34 ans)
Kinshasa, Zaïre,
Activité principale Rappeur, parolier, compositeur
Genre musical Hip-hop, rap conscient
Instruments Voix
Années actives Depuis 1999
Labels Y&W, Because Music, Soldat sans Grade Records, Hématome Concept
Site officiel www.desporutti.com

Despo Rutti de son vrai nom Pascal Trésor Azusimba, né le à Kinshasa, est un rappeur français, originaire de la République démocratique du Congo. Il est notamment connu pour ses nombreux featuring avec, entre autres Dosseh, Seth Gueko, AP du 113, Lalcko, Escobar Macson, Youssoupha, Nessbeal, et Dostan Malicia MC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Rutti est né le à Kinshasa, en République démocratique du Congo, sous le règne du président Mobutu. Il vit entre le Congo (Brazzaville) où sa grand-mère possède des affaires, et Kinshasa chez ses oncles et tantes maternels, du fait d'un père absent depuis sa naissance.

Il fait brutalement le lien entre la musique, le vice et la violence du fait d'avoir eu une chambre dans l'arrière-cour du maquis-bar de sa mère. Après l'école, son univers d'enfant était inconsciemment envahi par la violence du monde adulte ; on[Qui ?] peut alors comprendre que l'apologie de la moralité ne fasse pas partie de ses priorités[réf. nécessaire]. C'est sans doute la vente de bières qui paye son billet d'avion pour la France en 1992, il arrive à la Fourche dans le 18e arrondissement de Paris, dans un studio de 27 m²[1].

En 1994, il déménage pour Saint-Denis : l'appartement est plus grand, mais le voisinage est moins sûr selon son père. En 1996, il emménage aux Pavillons-sous-Bois[2], à la Sainte-Anne. À cette période, il côtoie deux rappeurs et tagueurs, Don X-On et Oster, qui vont lui faire connaitre l'écriture et le rap. Despo se met donc à écrire ses premiers textes avec un style de rimes influencés par le collectif Time Bomb. Il se cherche un style pour se différencier des autres et ne pas écrire juste pour la rime. Ses premiers fait d’armes discographiques se feront sur le premier volume de la mixtape de ces compères Don X-On et Oster intitulée 1Konito. Fan de NTM, du Ministère A.M.E.R. et d’IAM comme une grande partie des jeunes de banlieue, il rencontre Anansi au lycée Félix Faure à Pantin ou ils forment un groupe qui ne tiendra pas vraiment au fil du temps[réf. nécessaire]. Mais même si ce groupe n'existe plus les deux rappeurs sont devenus des amis très proches par ce qu'ils ont vécu dans la rue[réf. nécessaire].

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1999, Rutti enregistre ses premiers titres Tout c’que j’n’aurais pas et Les reufs meurent. Quelque temps après, au studio Bungalow de Shadow (Les Derniers Messagers), un Black Dragon de Rueil-Malmaison occupe une place dans le rap français. Déçu des réalités du milieu rap, Despo arrête de rapper en 2001. En 2003, il découvre une compilation dans laquelle l'un de ses morceaux fantômes figure, J'rap 4 My Niggas. Il contacte alors le producteur de la compilation, Fabrice Yahiaoui, pour le remercier. Les connexions qui se font par la suite avec le label Hématome Concept donnent lieu aux apparitions dans les compilations Résurrection, Patrimoine du ghetto de Jo le Balafré, et sur la compilation Hostile 2006 avec la chanson Arrêtez[3],[4] marque un gros tournant dans sa carrière car c'est grâce à ce son que son public commence à s'élargir.

Après avoir répondu présent sur des compilations des plus en vue, des collaborations avec des artistes confirmés comme Stomy Bugsy, Lino et Tandem, il signe au label Soldat sans Grade Records et publie Les Sirènes du charbon le [5]. L'album contient des chansons comme Arrêtez, Des regrets ou encore Le repos du guerrier. Le silence des macaques décrit les agressions raciales verbales ou physiques que peuvent subir les noirs de France, en se basant sur l'agression de Eunice Barber au stade de France, une interview de l'athlète médaille d'or figure entre chaque couplets notamment. À la suite du bouche-à-oreilles, le buzz remonte jusqu’au siège d’un syndicat de police. Le visuel de l'album illustre un enfant d'environ 5 ans sur un vélo entourés de quatre CRS lors des expulsions d'immigrés du gouvernement Villepin. Despo est condamné à verser 40 000 euros à ces quatre CRS pour atteinte aux liberté individuelles et aux droits à l'image. Ce premier album de Despo Rutti est retiré des bacs[6].

Convictions suicidaires[modifier | modifier le code]

En juillet 2009, Despo publie la couverture de son prochain nouvel album[7]. Despo publie Convictions suicidaires en début 2010, son premier véritable album, qui traite des sujets les plus tabous de la société française, sa définition de l'identité nationale, son avis sur Dieu et le Diable, sur la rébellion économique, et sur l’article 122-7 du code pénal concernant la légitime défense, notamment. Son album a été l'un des plus attendus du rap français[réf. nécessaire].

En novembre 2011, il publie la mixtape Discographie parallèle mixée par DJ Uka qui regroupe des chansons, solos et collaborations avec d'autres artistes, hors albums de Despo Rutti, en attendant la sortie du deuxième album, Les Funérailles des tabous, courant 2012. Il en sort un extrait nommé Apocalypto en début 2012. Il annule finalement l'album[8] pour former un trio avec Guizmo et Mokless de la Scred Connexion et sortir un premier EP.

En 2015, Despo fait son retour avec un nouvel EP, Clé Boa, en téléchargement gratuit[9]. Despo revient en 2016 avec l'annonce d'un nouvel album intitulé Majster. Il annonce par ailleurs qu'il s'est converti au judaïsme.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Mixtapes et EPs[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Apparitions[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Despo Rutti - Freestyle (sur la mixtape 1Konito volume 1)
  • 2001 : Despo Rutti - La fiesta (sur la mixtape Gettho Superstar volume 2)
  • 2005 : Despo Rutti - On garde espoir (sur la compilation Hematom Résurrection)
  • 2005 : Despo Rutti feat. Kamas & Sao - Ultimate fighting (sur la compilation Patrimoine du ghetto
  • 2006 : Despo Rutti - Arrêtez (sur la compilation Hostile 2006)
  • 2006 : Al Peco feat. Despo Rutti, Nubi, Taro OG, Grodäsh & Alpha 5.20 - Trop nez gros Remix (sur la mixtape d'Al Peco, Bledhard concept Vol.2)
  • 2006 : Despo Rutti feat. Seth Gueko - Duo de choc (sur la compilation Duo de choc)
  • 2006 : Despo Rutti - Breaveheart (sur la compilation One Beat)
  • 2006 : Despo Rutti feat. Youssoupha, Escobar et Poison - Africains en mission
  • 2006 : Despo Rutti feat. Youssoupha et Bakar - Connards (sur la compilation Insurrection)
  • 2006 : Medouze feat. Despo Rutti - La rue a parlé (sur l'album de Medouze, Dur)
  • 2007 : Gandhi feat. Despo Rutti - Blood Bled (sur la mixtape de Gandhi, Les préliminaires)
  • 2007 : Stomy Bugsy feat. Despo Rutti, Lino, Tekila, Alpha 5.20 & Mystik - Sois hardcore Remix (sur l'album de Stomy, Rimes passionnelles)
  • 2007 : Gen Renard feat. Despo Rutti - Avec la rage (sur l'album de Gen Renard, Keski t'gen)
  • 2007 : Seth Gueko feat. Despo Rutti - J'marche avec ma clique (sur le street CD de Seth Gueko, Patate de forain)
  • 2007 : Despo Rutti - Hematom (sur la compilation Block O.Pratoire
  • 2008 : Despo Rutti - Esta rutti (sur l'album Galactik Beat)
  • 2008 : Despo Rutti - Laisse moi dans mon boomker (sur la compilv Fat taf 2)
  • 2008 : Dosseh feat. Despo Rutti - Prototype (sur la compilation Bolide Vol.2)
  • 2008 : Lalcko feat. Despo Rutti, Seth Gueko et Escobar - La cage aux lions (sur le street CD de Lalcko, Diamants de conflit)
  • 2008 : Seth Gueko feat. Despo Rutti, Lino & Medine & Salif - Fils de Jack Mess )(sur le street CD de Seth Gueko, Les fils de Jack Mess)
  • 2009 : Despo Rutti - Roodster (sur la compilation Cosa Nostra)
  • 2009 : AP feat. Despo Rutti - La nuit (sur l'album d'AP, Discret)
  • 2009 : Lalcko feat. Despo Rutti - Cigare & nostalgie (sur le sampler de groove du mois d'avril)
  • 2009 : Despo Rutti - Trashhh (sur la mixtape de Booba, Autopsie Vol. 3)
  • 2010 : Kaaris feat. Despo Rutti - Vendeur de Nah Nah
  • 2010 : Despo Rutti feat. Escobar Macson & Lalcko - Esprits Crapuleux (extrait de l'album de Lalcko)
  • 2010 : Despo Rutti feat. Zesau - Sauvage - Extrait de Street Lourd II
  • 2011 : Dosseh feat. Despo Rutti - Poètes maudits (extrait de Desperadoss)
  • 2011 : Dostan Malicia MC feat. Despo Rutti - Jeunesse en cavale (sur le street-album de MTK Soldiers, La Krashtape)
  • 2011 : Seth Gueko feat. Despo Rutti - Adria music (extrait de Michto)
  • 2011 : Derder (Frénésik) feat. Despo Rutti - "International - (extrait de Hors Norme)
  • 2011 : Nakk Mendosa feat. Despo Rutti - P.I.B Poète interdit Bancaire - Extrait de Le Monde Est Mon Pays
  • 2011 : Mokobé feat. Despo Rutti - Ca passe tout seul" - Extrait d'Africa Forever
  • 2011 : Despo Rutti feat. Zesau - Le langage des pierres sur l'album frère d'armes de zesau
  • 2011 : Despo Rutti - Apocalypto - Extrait de Les funérailles des tabous
  • 2011 : Nakk Mendosa feat. Despo Rutti - Coincé dans ce monde (extrait de Darksun)
  • 2011 : Mystik feat. Despo Rutti - L'art de la douleur (sur l'album de Fukushima 8.9 de Mystik)
  • 2012 : Rim'K feat. AP et Despo Rutti - Un œil dans le rétro (sur l'album de Rim'K Chef de famille)
  • 2012 : Guizmo feat. Despo Rutti - Bitume (sur l'album de Guizmo C'est tout)
  • 2012 : Mac Tyer feat. Despo Rutti - Nigger (sur l'album de Mac Tyer Untouchable)
  • 2013 : Smoker feat. Despo Rutti - Les masques en nylon (sur la mixtape de Smoker Gangsta Muzic Volume 3)
  • 2014 : Despo Rutti - Majster
  • 2015 : Kozi feat. Despo Rutti - Z4 (sur le street-album de Kozi L'homme à abattre)
  • 2015 : Poison Mobutu feat. Despo Rutti, Kozi, Escobar Macson, Grodash, P.O.S. - Étranger en service 2
  • 2015 : Participation au clip Terrain de Kaaris
  • 2015 : Participation au clip Val d'Oseille de Seth Gueko

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Despo Rutti Bio », sur hotnewrap.net (consulté le 10 mai 2016).
  2. « Despo Rutti – Les sirènes du charbon », sur lavoixduhiphop.net,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  3. « Hostile 2006 : TLF, Rohff, Soprano, Medine, Nessbeal, Eloquence ! », sur musiqueradio.com (consulté le 10 mai 2016).
  4. « Les Convictions Suicidaires de Despo... », sur booska-p,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  5. « Despo Rutti présente son projet solo Les Sirènes du charbon », sur generations.fr,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  6. « Rappeur censuré ? 40.000 euros d'amende et CD retiré de la vente », sur Huffington Post,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  7. « Despo Rutti et ses Convictions Suicidaires… », sur streetblogger.fr,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  8. « Despo Rutti : Les funérailles des tabous ne sortira pas », sur 13or-du-hiphop.fr,‎ (consulté le 25 mars 2014).
  9. Yérim Sar, « Despo Rutti ramène la folie dans le rap de rue », sur Noisey (consulté le 10 mai 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]