Desplante (Granier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Desplante
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
27,5 × 21,5 cm
Localisation
NC

Desplante est une suite de six planches de la Tauromachie II (série de six pointes sèches sur cuivre), réalisée en 1951 par Jean-Marie Granier à l'époque où le jeune graveur s'était vu offrir un séjour de deux ans à la Casa de Velázquez, Madrid, en Espagne[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

C'est la deuxième œuvre gravée directement par l'artiste depuis les gradins de Vista Alegre la première étant Le Torero est assis par terre[2]. Le 14 juin 1951 à Vista Alegre, Granier a vu Pepe Dominguín et Luis Miguel Dominguín qui, évincés tous deux de la San Isidro, se sont livrés à un mano a mano au cours duquel Pepe a été blessé sérieusement. Granier retient cet évènement pour une autre pointe sèche : Cogida. Le desplante l'intéresse car c'est une passe de défi que Luis Miguel pratiquait souvent[3].

Description[modifier | modifier le code]

Dans La Cornada, Granier traitait de la mort de Pepe Hillo, sorte de desplante définitif où l'immobilité est imposée au matador par le taureau. Comme toutes les planches de la tauromachie II, celle-ci est très inspirée de Colección de las principales suertes de una corrida de toros de Antonio Carnicero Mancio reproduite ensuite par Noseret[4].

Il existe 4 états dont le premier, gravé pendant la corrida, a fait l'objet d'un tirage conservé dans la collection Auguste Beaux[5]. Cette planche figure au catalogue de la rétrospective 1983-1984 de l'œuvre complet de Jean-Marie Granier au Musée des beaux-arts de Nîmes[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bartolomé Bennassar, Michel Duport, Pierre Dupuy, Jean-Louis Vidal et Danièle Crégut, Jean-Marie Granier, l'œuvre gravé tauromachique 1950-1952 : catalogue raisonné établi par Danièle Crégut, Nîmes, Éditions D.C, , 224e éd., 40 p.
    1000 exemplaires numérotés : de 1 à 10 avec un dessin et une gravure originale, 20 exemplaires de 11 à 30 avec une gravure, 970 exemplaires de 31 à 1000. Quelques exemplaires hors commerce versés aux auteurs marqué H.C
  • Michel Melot, Danièle Crégut et Victor Lasalle, Jean-Marie Granier : catalogue de l'exposition de son œuvre Nîmes, Nîmes, Musée des beaux-arts de Nîmes, 1983-1984, 261 p.
    exposition du 2 décembre 1983 au 31 janvier 1984