Desmond Doss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doss.
Desmond Doss
Desmond T. Doss
Desmond T. Doss

Naissance
Lynchburg (Virginie)
Décès (à 87 ans)
Piedmont (Alabama)
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Flag of the United States Army.svg United States Army
Unité 77e division d'infanterie
Grade Army-USA-OR-04a.svg Caporal
Années de service 1942-1946
Conflits Seconde Guerre mondiale (Bataille d'Okinawa)
Distinctions Medal of Honor
Bronze Star (3)
Purple Heart (3)

Desmond Thomas Doss, né le à Lynchburg (Virginie) et mort le à Piedmont (Alabama), est le premier objecteur de conscience à recevoir la Medal of Honor et l'un des trois seuls honorés (les deux autres sont Thomas W. Bennett (en) et Joseph G. LaPointe, Jr. (en)). Il était caporal dans l'United States Army lors de la Seconde Guerre mondiale et affecté au détachement médical, du 307e régiment d'infanterie (en), 77e division d'infanterie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lynchburg le 7 février 1919, Desmond est le fils de William Thomas Doss, charpentier, et de Bertha E. (Oliver) Doss[1],[2].

Enrôlé volontaire en avril 1942[3], Desmond Doss, qui est adventiste du septième jour, refuse de tuer ou de porter une arme au combat en raison de ses convictions religieuses. Par conséquent, il est affecté à un poste d'infirmier sur le théâtre du Pacifique lors de la Seconde Guerre mondiale où il contribue à sauver la vie de 75 de ses camarades en les descendant un à un de la falaise d'Okinawa. Doss est blessé par l'ennemi trois fois au cours de la guerre, ce qui lui vaut trois Purple Heart. Peu de temps avant de quitter l’armée, on lui diagnostique une tuberculose qui lui coûte un poumon[4],[5]. Démobilisé de l'armée en 1946[6], il passe cinq années sous traitement médical pour ses blessures et sa maladie[5].

Desmond Doss décède en 2006 à son domicile à Piémont en Alabama, après avoir été hospitalisé pour des troubles respiratoires[5], le même jour que l'autre récipiendaire de la Medal of Honor David B. Bleak (en). Il est enterré dans le cimetière national de Chattanooga à Chattanooga.

Mémoire et honneur[modifier | modifier le code]

Citation pour la médaille d’honneur[modifier | modifier le code]

Remise de la Medal of Honor par le président Harry Truman.
Desmond Doss en haut de l'escarpement de "Maeda", à Okinawa, le 4 mai 1945

He was a company aid man when the 1st Battalion assaulted a jagged escarpment 400 feet high. As our troops gained the summit, a heavy concentration of artillery, mortar and machinegun fire crashed into them, inflicting approximately 75 casualties and driving the others back. Pfc. Doss refused to seek cover and remained in the fire-swept area with the many stricken, carrying them 1 by 1 to the edge of the escarpment and there lowering them on a rope-supported litter down the face of a cliff to friendly hands. On 2 May, he exposed himself to heavy rifle and mortar fire in rescuing a wounded man 200 yards forward of the lines on the same escarpment; and 2 days later he treated 4 men who had been cut down while assaulting a strongly defended cave, advancing through a shower of grenades to within 8 yards of enemy forces in a cave's mouth, where he dressed his comrades' wounds before making 4 separate trips under fire to evacuate them to safety. On 5 May, he unhesitatingly braved enemy shelling and small arms fire to assist an artillery officer. He applied bandages, moved his patient to a spot that offered protection from small arms fire and, while artillery and mortar shells fell close by, painstakingly administered plasma. Later that day, when an American was severely wounded by fire from a cave, Pfc. Doss crawled to him where he had fallen 25 feet from the enemy position, rendered aid, and carried him 100 yards to safety while continually exposed to enemy fire. On 21 May, in a night attack on high ground near Shuri, he remained in exposed territory while the rest of his company took cover, fearlessly risking the chance that he would be mistaken for an infiltrating Japanese and giving aid to the injured until he was himself seriously wounded in the legs by the explosion of a grenade. Rather than call another aid man from cover, he cared for his own injuries and waited 5 hours before litter bearers reached him and started carrying him to cover. The trio was caught in an enemy tank attack and Pfc. Doss, seeing a more critically wounded man nearby, crawled off the litter; and directed the bearers to give their first attention to the other man. Awaiting the litter bearers' return, he was again struck, this time suffering a compound fracture of 1 arm. With magnificent fortitude he bound a rifle stock to his shattered arm as a splint and then crawled 300 yards over rough terrain to the aid station. Through his outstanding bravery and unflinching determination in the face of desperately dangerous conditions Pfc. Doss saved the lives of many soldiers. His name became a symbol throughout the 77th Infantry Division for outstanding gallantry far above and beyond the call of duty.

— (en) US Army Center Of Military History, « Medal of Honor Recipients.World War II (Recipients A-F) »

« Il était infirmier lorsque le 1er bataillon attaqua un escarpement de 120 mètres de hauteur. Comme nos troupes atteignaient le sommet, un lourd barrage d’artillerie, de mortiers et de mitrailleuses les frappa, infligeant approximativement 75 pertes et conduisit les autres à se replier. Le soldat de première classe Doss refusa de trouver un abri et resta dans l’espace balayé par le feu avec de nombreux blessés, les transportant 1 par 1 jusqu’au bord de l’escarpement et là, les descendit dans une civière, en rappel, le long d’une falaise vers les mains amies. Le 2 mai, il s’exposa à un feu nourri de mortiers et fusils pour secourir un homme blessé à 180 mètres des lignes par le même escarpement ; et deux jours plus tard, il traita 4 hommes abattus en attaquant une grotte fortement défendue, atteignant l’entrée d’une grotte à travers une pluie de grenades à moins de 8 yards (7,32 m) des forces ennemies où il pansa les blessures de ses camarades avant de les évacuer séparément, sous le feu, en 4 voyages. Le 5 mai, il brava sans hésitation le pilonnage d’artillerie et le feu d’armes légères pour assister un officier d’artillerie. Il appliqua des bandages, déplaça son patient à un endroit offrant une protection contre les tirs d’armes légères et, tandis que les éclats d’obus d’artillerie et de mortiers tombaient à proximité, lui administra soigneusement du plasma. Plus tard dans la journée, lorsqu’un soldat américain fut sévèrement touché par des tirs venant d’une grotte, le soldat de première classe Doss rampa jusqu'à lui, à 8 mètres des positions ennemies, lui apporta des soins puis l’emmena en sûreté, à 90 mètres, en étant continuellement sous le feu ennemi. Le 21 mai, lors d’une attaque nocturne sur des hauteurs près de Shuri, il resta en territoire exposé alors que le reste de sa compagnie se mettait à couvert, risquant témérairement d’être pris pour un Japonais infiltré et porta assistance aux blessés jusqu'à ce qu'il soit lui-même sérieusement blessé à la jambe par une explosion de grenade. Plutôt que d’appeler un autre infirmier à couvert, il traita ses propres blessures et attendit cinq heures que des brancardiers le rejoignent et le transportent à couvert. Le trio fut pris dans une attaque de chars ennemis et le soldat de première classe Doss, voyant un homme plus sérieusement blessé à proximité, quitta le brancard et commanda aux brancardiers de porter leur attention sur l’autre homme. En attendant le retour des brancardiers, il fut de nouveau frappé, souffrant cette fois-ci d’une fracture ouverte à un bras. Avec une magnifique force morale, il attacha une crosse de fusil sur son bras fracassé pour en faire une attelle et alors rampa 300 yards (274,32 m) sur un rude terrain jusqu’à l’ambulance. Grâce à son exceptionnelle bravoure et une détermination sans faille face à des conditions désespérément dangereuses, le soldat de première classe Doss sauva la vie de nombreux soldats. Son nom est devenu un symbole dans toute la 77e division d’infanterie et de toute l'armée des Etats-Unis de courage exceptionnel de loin supérieur et au-delà du devoir. »

Médailles militaires[modifier | modifier le code]

  • Desmond Doss a reçu les décorations et récompenses suivantes :
Medal of Honor ribbon.svg Medal of Honor
"V" device, brass.svgBronze oakleaf-3d.svgBronze oakleaf-3d.svg Bronze Star Medal avec deux feuilles de chêne en bronze et "V" Device
Bronze oak leaf cluster
Bronze oak leaf cluster
Purple Heart avec deux feuilles de chêne en bronze
U.S. Army and U.S. Air Force Presidential Unit Citation ribbon.svg Army Presidential Unit Citation
Meritorious Unit Commendation ribbon.svg Meritorious Unit Commendation (en)
Army Good Conduct Medal ribbon.svg Good Conduct Medal
American Campaign Medal ribbon.svg American Campaign Medal
Arrowhead
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Asiatic-Pacific Campaign Medal avec trois étoiles de service en bronze
World War II Victory Medal ribbon.svg World War II Victory Medal
Bronze star
Philippine Liberation Medal avec une étoile de service en bronze
Combat Medical Badge, 1st award.svg Combat Medical Badge

Autres[modifier | modifier le code]

Le 10 juillet 1990, une section de la Georgia State Route 2 (en), entre l'U.S. Route 27 in Georgia (en) et la Georgia State Route 193 (en) dans le comté de Walker est nommé « Desmond T. Doss Medal of Honor Highway »[7].

En juillet 2008, la maison des invités du centre médical militaire Walter Reed à Washington est rebaptisé « Doss Memorial Hall »[8].

Le 30 août 2008, un tronçon de trois kilomètres de la Alabama State Route 9 (en) à Piedmont (Alabama) est nommé « Desmond T. Doss, Sr. Memorial Highway »[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « In Memory of Harold Edward Doss », Brown Funeral Home (consulté le 1er août 2015)
  2. (en) « Desmond T. Doss », americanlegion.org (consulté le 1er août 2015)
  3. (en) « WWII Army Enlistment Records », archives.gov, (consulté le 1er août 2015)
  4. Herndon 2004, p. 182
  5. a, b et c (en) Richard Goldstein, « Desmond T. Doss, 87, Heroic War Objector, Dies », The New York Times, (consulté le 16 juin 2013)
  6. (en) « Doss, Desmond, Cpl, Service Profile », togetherweserved.com, (consulté le 29 juillet 2016)
  7. (en) « Walker County », Calhoun Times,‎ , p. 108 (lire en ligne)
  8. (en) « Guest House named after Medal of Honor recipient », sur WRAMC News, (consulté le 26 janvier 2016)
  9. (en) Michael A. Bell, « Piedmont Medal of Honor recipient honored with state highway designation », sur The Anniston Star, (consulté le 26 janvier 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Booton Herndon, The Unlikeliest Hero: The Story of Desmond T. Doss, Conscientious Objector Who Won His Nation's Highest Military Honor, Mountain View, California, Pacific Press Publishing Association, (ISBN 978-0-8163-2048-6). .
  • (en) Frances M. Doss, Desmond Doss: Conscientious Objector, Pacific Press Publishing Association, (ISBN 978-0-8163-2124-7).
  • (en) Frances M. Doss, Desmond Doss: In God's care: The unlikeliest hero and Congressional Medal of Honor recipient, The College Press, (ASIN B002DJ5BUU).
  • (en) Matthew Soper, « Desmond Doss: A War Hero Without a Gun », Incredible People Magazine,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]