La Descente de Croix (Fra Angelico)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Descente de Croix
Fra Angelico 073.jpg
Artiste
Date
1432-1434
Type
Technique
tempera sur bois
Dimensions (H × L)
176 × 185 cm
Mouvement
Collection
Localisation

La Descente de Croix (en italien : Deposizione dalla Croce ) est une peinture chrétienne de Fra Angelico, exécutée entre 1432 et 1434 pour la sacristie dite chapelle Strozzi de la Basilique Santa Trinita. Ce retable polyptyque est conservé et présenté aujourd'hui au public au Musée national San Marco à Florence.

L'historien de l'art et peintre Giorgio Vasari définit cette œuvre comme « peinte par un saint ou un ange ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Fra Angelico est intervenu pour compléter ce retable dit de Santa Trinita en tempera sur panneau de 176 cm × 185 cm, qui avait été commencé par Lorenzo Monaco, son maître, après sa mort en 1424, commanditée pour la chapelle Strozzi dans l'église florentine de Santa Trinita par Palla Strozzi.

C'est une œuvre qui fut en compétition avec l'Adoration des mages de Gentile da Fabriano pour la nouvelle sacristie construite comme chapelle à l'extérieur de l'église.

Thème[modifier | modifier le code]

La Descente de Croix ou Déposition de la Croix est un thème de l'iconographie de la peinture chrétienne qui montre le Christ mort sur la Croix que des personnages saints descendent avant sa mise au tombeau. Certaines scènes sont déduites de cette situation comme la Pietà montrant Marie tenant Jésus mort dans ses bras, La Déploration ou les Lamentations sur le Christ mort

Les personnages conventionnels de cette scène sont Marie, Marie-Madeleine, Jean…. Les soldats en sont absents.

Description[modifier | modifier le code]

Les pinacles du retable (qui entourent ce panneau central) comprennent des épisodes de la Vie du Christ de Lorenzo Monaco qui exécuta également la prédelle. Fra Angelico évite les pendentifs par une composition pyramidale des personnages dont le haut s'insère dans l'arcade centrale et il utilise les latérales en y plaçant des paysages : une ville à gauche et des collines à droite.

À droite, un groupe de savants discutent des symboles de la Passion dont un des personnages, coiffé d'un chapeau rouge, montre les clous de la Croix et la couronne d'épines.

À gauche, un groupe de femmes pieuses sont prêtes à recevoir la dépouille du Christ pour l'envelopper dans son suaire. Le Christ est soutenu par plusieurs personnes, dont Marie-Madeleine tenant ses pieds.

Analyse[modifier | modifier le code]

Dans un décor printanier symbolisant la Renaissance (et la Résurrection proche), Fra Angelico dépeint le Christ soutenu par plusieurs personnes, le groupe à gauche pour la religion du cœur, dans lequel Marie-Madeleine tient les pieds du Christ, comme un symbole de l'homme repenti[1]. Dans le groupe de droite, pour la religion de l'esprit, un personnage montre les clous de la Croix et la couronne d'épines, et expose ainsi les symboles de la passion et du sacrifice (Arma Christi).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guido Cornini, historien d'art, inspecteur auprès de la Surintendance au patrimoine naturel et architectural de Ligurie et directeur scientifique des Archives des photographies des musées du Vatican.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]