Derviş Eroğlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Derviş Eroğlu
(tr) Derviş Eroğlu
(el) Ντερβίς Έρογλου
Portrait de Derviş Eroğlu, 2010.
Portrait de Derviş Eroğlu, 2010.
Fonctions
Président de la République turque de Chypre du Nord

(5 ans et 7 jours)
Élection
Premier ministre Hüseyin Özgürgün (intérim)
İrsen Küçük
Sibel Siber
Özkan Yorgancıoğlu
Prédécesseur Mehmet Ali Talat
Successeur Mustafa Akıncı
Biographie
Date de naissance (77-78 ans)
Lieu de naissance Famagouste, Chypre
Nationalité nord-chypriote
Parti politique Parti de l'unité nationale
Parti démocrate
Conjoint Meral Eroğlu
Diplômé de Université d'Istanbul

Derviş Eroğlu
Présidents de la République turque de Chypre du Nord

Derviş Eroğlu, né en 1938 à Famagouste, est un homme d'État nord-chypriote, président de la République turque de Chypre du Nord de 2010 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien étudiant la faculté de médecine de l'université d'Istanbul, il a occupé le poste de Premier ministre de 1985 à 1993, puis de 1996 à 2004. Son parti, le Parti de l'unité nationale, remporte les élections législatives de 2009, ce qui lui permet d'être à la tête d'un nouveau gouvernement. En 2010, il est candidat au poste de représentant de la République turque de Chypre du Nord lors de l’élection de 2010 qu'il remporte dès le premier tour avec près de 50,50 % des votes.

Avec son élection, le projet de réunification de Chypre s'éloigne, Derviş Eroğlu étant un fidèle partisan de la partition de l'île partagée entre chypriotes grecs et turcs. Cette victoire du nationalisme chypriote embarrasse Ankara, car le gouvernement turc avait soutenu la politique de réconciliation de Mehmet Ali Talat, le dirigeant sortant. Recep Tayyip Erdoğan, Premier ministre de la Turquie, a tout de même demandé à Derviş Eroğlu de poursuivre les négociations pour réunifier l'île.[réf. nécessaire]

Campagne présidentielle de 2015[modifier | modifier le code]

Candidat à la présidentielle de 2015 pour sa réélection, il arrive en première position avec 28,15% des suffrages exprimés dès le premier tour du 19 avril, devant Mustafa Akıncı, qui reçoit que 26,94%. Mais il est largement battu au second tour, 1 semaine plus tard, récoltant que 39,5%. 4 jours après son échec, il se retire du pouvoir, remplacé par Mustafa Akıncı.