Dernière Sortie avant Roissy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière sortie avant Roissy
Description de cette image, également commentée ci-après
Malaise dans les banlieues
Tournage extérieur à Sarcelles

Titre original Dernière sortie avant Roissy
Réalisation Bernard Paul
Scénario Bernard Paul
Michel Piedoue
Acteurs principaux
Sociétés de production Francina
Orphée-Arts
Z Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 110 min
Sortie 1977

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dernière sortie avant Roissy est un film français réalisé par Bernard Paul, sorti en 1977.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Monique et Didier, un jeune ménage, habitent et travaillent dans une grande cité de la banlieue nord de Paris. Ils sont les employés de la même entreprise de transport : Monique est secrétaire, Didier mécanicien. Leur couple, cependant, se délite petit à petit dans sa routine quotidienne. Marlys, le chef d’atelier, un homme vieillissant qui supporte mal la solitude depuis sa séparation d’avec sa femme, se prend d’amitié pour eux. Il cohabite avec ses deux filles, Solange et Corinne, avec lesquelles ses rapports sont difficiles. Mais des événements vont soudain s’enchevêtrer et se précipiter jusqu’au drame : Didier est surpris en train de voler du matériel dans l’atelier tandis que Corinne, la cadette des filles de Marlys, est violée par des garçons qu’elle avait l’habitude d’aguicher.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Dernier film de Bernard Paul[Note 1].

Scénario[modifier | modifier le code]

Françoise Arnoul[2] : « Il [Bernard Paul] m’a fait lire très tard le scénario de Dernière sortie avant Roissy. J’ai compris toute la violence qui l’habitait. Sa famille s’était saignée aux quatre veines pour qu’il aille jusqu’à l’IDHEC. Lui-même, avec une volonté farouche, avait arraché le droit d’en arriver là. Il se battait aussi pour que les autres n’en soient plus privés. »

Tournage[modifier | modifier le code]

  • Période de prises de vue : 16 août au 30 septembre 1976[3].
  • Extérieurs : Sarcelles (Val-d'Oise)[4].
  • Françoise Arnoul[2] : « Je n’allais que rarement sur le tournage, j’essayais de respecter ce qui avait été sa démarche première. Être seul, avec son équipe, ses comédiens. J’ai été très heureuse qu'il me demande d’y faire une apparition dans une scène mère-fille qui n’arrivent pas à dialoguer. Nous y avons gagné un producteur et un ami, Jean-Serge Breton, qui a été d’une présence discrète mais extrême, à la mort de Bernard[Note 2]. »

Musique[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Françoise Arnoul[2] : « Le film n’a malheureusement pas marché, malgré Pierre Mondy et Sabine Haudepin, remarquables comme d’habitude. Trop lucide, trop austère, trop pessimiste… ? […] Avec le choix de ses sujets, Bernard exprimait l’enfoui. Il a eu trop peu de temps pour acquérir la sérénité, prendre du recul et peut-être un jour, avec la même fougue, réussir des œuvres plus calmes.
Le Temps de vivre et Dernière sortie avant Roissy demeurent des films illustrant des réalités d'aujourd’hui. Ils ne vieilliront pas, ils touchent à une actualité douloureuse et grave. »

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Film pessimiste et prémonitoire du malaise des banlieues… On suit la vie de quelques habitants d'une cité populaire au nord de Paris. Certains se renferment dans la solitude quand d'autres expriment leur mal de vivre par la violence face à une société qui marginalise ses prolétaires, qu'ils soient blancs, noirs, jaunes ou rouges, si leurs aspirations ne sont pas conformes à ses dictats : consommation à tout va, ambition, profit… Le dernier film de Bernard Paul est une étude lucide sur notre société et peut-être même un avertissement. C’est le regard d’un authentique communiste sur un univers qu'il connaissait bien, car c’était le sien…

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Compagnon de Françoise Arnoul depuis 1964, c'est son dernier long métrage de fiction en tant que réalisateur.
  2. Décédé le à Paris.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]