Der Kreis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Cercle et Kreis (homonymie).

Der Kreis
Le Cercle, The Circle

Pays Suisse
Langue Allemand, français et anglais
Périodicité Bimensuel
Genre Revue gay
Diffusion 1 900 ex. (1957)
Date de fondation 1932
Date du dernier numéro 1967
Ville d’édition Zurich

Rédacteur en chef « Rolf », pseudonyme de Karl Meier
Site web der-kreis.ch

Der Kreis (« Le Cercle » en français) était un magazine suisse gay publié entre 1932 et 1967 et distribué internationalement. Il se distinguait notamment par l'absence de pornographie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le journal est fondé en 1932 sous le titre Schweizerisches Freundschaftsbanner (Bannière Suisse de l'Amitié) par Laura Thoma[1]. Son nom change une première fois en 1937 pour Menschenrecht (Droits humains)[2]. Le magazine s'est concentré sur les problématiques lesbiennes, jusqu'au départ de la majorité des rédactrices lesbiennes en 1942, après lequel il s'oriente exclusivement vers la communauté gay. C'est alors que l'acteur Karl Meier reprend le rôle de rédacteur en chef en utilisant le nom de plume « Rolf » et renomme le magazine Der Kreis (Le Cercle)[3].

Fonctionnement de 1942 aux années 1960[modifier | modifier le code]

En 1942, le tirage bimensuel du magazine était d'environ 200 copies et en 1957 cette proportion était passée à 1 900 dont 700 abonnés en Europe et aux États-Unis[2]. C'était la seule publication gay disponible en Europe durant la Seconde Guerre mondiale[2],[4], bénéficiant du statut neutre de la Suisse vis-à-vis du Troisième Reich.

Der Kreis a été publié en plusieurs langues : il était originellement écrit en allemand, mais une section francophone a été ajoutée en 1942 et une autre en anglais en 1951[2],[3],[1]. Le magazine contenait des nouvelles, des histoires, des poèmes, des photographies, des illustrations et des rapports de recherche scientifique[2]. Bien que les publications suisses étaient sujettes à la censure durant la période d'activité du magazine, les éditeurs de Der Kreis ont réussi à éviter la censure de « textes provocants », car les censeurs ne pouvaient les lire en anglais[5]. En gros, le magazine contenait très peu de contenu scabreux car Meier souhaitait promouvoir « une vision noble de l'homosexualité » qui valorise l'amitié par rapport au sexe[3].

La direction de la revue a commencé à décliner dans les années 1960, car les jeunes lecteurs avaient tendance à acheter plus de publications scandinaves qui présentaient des photos de nu et de la pornographie. Le dernier exemplaire a été publié en 1967[2].

Der Kreis-Club[modifier | modifier le code]

Les éditeurs de Der Kreis ont formé en 1949[1] une société appelée Der Kreis Club à laquelle tous les lecteurs étaient invités à adhérer. Le club a tenu des réunions hebdomadaires à Zurich[1] où les lecteurs se réunissaient pour rencontrer d'autres hommes, discuter des affaires courantes et écouter les conférences organisées par le club; de petites réunions pour les lecteurs français ont également eu lieu à Paris. Un bal international qui attirait des centaines de gays de toute l'Europe a été organisé par Der Kreis-Club chaque année à Zurich[2],[3]. Le club a été dissous en 1967, lorsque le magazine a cessé de paraître[2].

Impact et influence[modifier | modifier le code]

Durant l'après-guerre, Der Kreis a exercé une forte influence sur le mouvement homosexuel en Europe et même en Amérique du Nord. Pour les lecteurs, le magazine apportait un soutien durant cette période difficile. Il a servi de modèle pour des magazines et des organismes similaires en Suisse (l'Isola-Klub[6],[7] à Bâle), Allemagne (la camaraderie die Runde à Reutlingen e 1950[1]), France (la revue Arcadie en 1954[1]), les Pays-Bas (Cultuur- en Ontspannings Centrum[1]), Danemark (Kredsen en 1948[1]) et aux États-Unis (Mattachine Society[1]). Grâce à l'évolution de la législation dans les différents pays vers plus de liberté éditoriale, ces nouveaux magazines se sont éloignés des idéaux de Der Kreis, ce qui a conduit directement à sa disparition.

Dans le livre de Hubert Kennedy (en), The Ideal Gay Man, qui raconte l'histoire de Der Kreis, Kennedy décrit le magazine comme ayant été « le plus important magazine promouvant les droits légaux et sociaux des hommes gays au monde »[8] pour la majorité de sa période de publication et un des rares magazines de ce type à l'époque[9]. De plus, il demeure la seule publication incluant du contenu éditorial en trois langues[9].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Deux expositions ont été réalisées sur Der Kreis :

L'héritage de Charles Welti — dans lequel on retrouve des documents importants contraires à la politique de confidentialité de Der Kreis — a été réorganisé par d'anciens abonnés et transmis aux archives homosexuelles aux Archives sociales suisses à Zurich.

Le Cercle, réalisé par le réalisateur suisse Stefan Haupt et porté par le producteur Ivan Madeo depuis 2012[10], a été présenté en à Berlin[11]. Cette docufiction suisse, mêlant scènes reconstituées, séquences historiques des années 1950 et témoignages, a remporté le Teddy Award et le Panorama Audience Award dans la catégorie des documentaires à la Berlinale 2014[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Frédéric Gloor, « Der Kreis Les mouvements pionniers - GayRomandie », sur gayromandie.ch, (consulté le 14 avril 2015).
  2. a b c d e f g et h (en) George E. Haggerty, Gay Histories and Cultures: An Encyclopedia, vol. 2, Taylor & Francis, (ISBN 9780815333548, lire en ligne), « Kreis, Der (The Circle) ».
  3. a b c et d Jackson 2009.
  4. (en) Andrew Belonsky, « The Man Who Made Magazines Gay », Out (en), (consulté le 12 juin 2014).
  5. a et b (en) Boyd van Hoeij, « The Circle (Der Kreis): Berlin Review », sur hollywoodreporter.com, (consulté le 12 juin 2014).
  6. (de) Association schwulengeschichte.ch, « Isola-Club, Basel... ein Kind des KREIS », sur schwulengeschichte.ch, (consulté le 14 avril 2015).
  7. Kennedy 2013, p. 46.
  8. « The world's most important journal promoting the legal and social rights of gay men », Hubert Kennedy (en).
  9. a et b Kennedy 2013, p. 1.
  10. (de) Helene Arnet, « Als die Stadtpolizei gegen Schwule hetzte », Tages-Anzeiger,‎ (lire en ligne).
  11. (de) « Der Kreis », sur swissfilms.ch (consulté le 8 octobre 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hubert Kennedy, The Ideal Gay Man: The Story of Der Kreis, Routledge, (ISBN 9781135786366, lire en ligne)
  • (de) Hubert Kennedy, Der Kreis : eine Zeitschrift und ihr Programm, Berlin, Verlag rosa Winkel, (ISBN 3861490846, OCLC 67768420)
  • (de) Kuno Trüeb et Stephan Miescher, Männergeschichten : Schwule in Basel seit 1930, Basel, Buchverlag Basler Zeitung, (ISBN 3861490935, OCLC 19080368)
  • (en) Julian Jackson, Living in Arcadia: Homosexuality, Politics, and Morality in France from the Liberation to AIDS, University of Chicago Press, (ISBN 9780226389288, lire en ligne), « Beginnings, 195–1956 »
  • Thierry Delessert et Michaël Voegtli, Homosexualités masculines en Suisse : De l'invisibilité aux mobilisations, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le Savoir suisse », (ISBN 978-2-88074-952-1)
  • Teresa Vena, « Le journal homosexuel zurichois Der Kreis », Revue suisse d’histoire, vol. 59, no 3,‎ , p. 342-350 (DOI 10.5169/seals-99176)