Denys Colomb de Daunant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albin Théodore Denys Colomb de Daunant (Nîmes, 21 novembre 1922 - Nîmes, le 22 mars 2006) est un écrivain, poète, photographe et cinéaste connu pour être l'auteur et le coscénariste du film Crin-Blanc (1952) réalisé par Albert Lamorisse. Personnage hautement symbolique de la Camargue, aristocrate et dandy, il fut aussi manadier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Auguste Colomb de Daunant et de L. Carenou[1], Denys Colomb de Daunant est issu d'une famille protestante du Gard, les Colomb de Daunant, grands propriétaires de terres, de mas agricoles et d'usines.

Sous l'Occupation, il fut contraint de fuir la France après avoir insulté un officier allemand. Il essaya de rejoindre l'armée française libre au Maroc, mais fut arrêté en passant la frontière pyrénéenne et jeté en prison par les Franquistes. À son retour, il acheta en 1947, à l'âge de 25 ans, le Mas de Cacharel[2], aux Saintes-Maries-de-la-Mer, et s'y installa[3], le transformant en auberge rustique (sans eau courante, ni électricité, ni téléphone) pour cavaliers.

C'est là qu'il vécut, entre ses nombreux voyages, pendant soixante ans[4], dans ce qui était une manade de taureaux et de chevaux réputée[5],[6].

En 1948, il épousa Monique Bonis, la petite-fille du marquis de Baroncelli[5] et monta sa manade avec la jumenterie de Baroncelli[7].

Il fut directeur des Arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer, où il a lui-même toréé[7].

Il fut l'un des coauteurs, avec Albert Lamorisse et James Agee, du scénario du court-métrage Crin-Blanc : le cheval sauvage, sorti sur les écrans en 1952[8], ainsi que coauteur, avec Albert Lamorisse, du roman de même nom paru en 1953. C'est avec ses chevaux que fut tourné Crin-Blanc tandis que le mas de Cacharel servit de lieu de tournage aux scènes de dressage et de combat[7].

Il fut également coauteur, avec l'écrivain Jean Proal, du livre Camargue – terre des chevaux et des taureaux sauvages, paru aux éditions Marguerat en 1955[9].

L'historien d'art John Richardson rapporte, dans son livre The Sorcerer's Apprentice, que Denys Colomb de Daunant s'attachait à perpétuer l'esprit du grand-père charismatique de son épouse et vivait et s'habillait comme du temps du marquis. Opposé aux poteaux électriques, il refusait l'électricité[10].

L'auteur du livre Crin-Blanc est décédé le 22 mars 2006, à l’âge de 85 ans, deux ans après la disparition de son épouse[5]. Lui survivent deux enfants, Florian et Sylvie Colomb de Daunant.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • En collaboration avec Jean Proal, Camargue, livre illustré de 94 photographies, Éditions Marguerat (1955)
  • La nuit du Sagittaire, Au Diable Vauvert, Vauvert, 2006, 239 p. (ISBN 2846261059 et 978-2846261050)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur :

  • Corrida interdite (1959)
  • Le songe des chevaux sauvages (1960) (également comme scénariste)
  • L'abrivade (1963)

Comme acteur :

  • Crin-Blanc : le cheval sauvage (1953) (également comme scénariste)
  • Aux frontières du possible (1974)
  • Alerte au minotaure (1974)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf la généalogie de sa famille sur le site de la Société genevoise de généalogie.
  2. « Cacharel » est le nom camarguais de la sarcelle d'été (Anas querquedula). Dans son livre, Les Enfants du cinéma, éditions Grasset, 2011, François-Guillaume Lorrain explique que c'est de sa fréquentation du lieu que Jean Bousquet tira le nom de sa maison de couture Cacharel.
  3. Biographie de l'auteur, sur le site de la maison d'édition Au diable vauvert.
  4. Page « La Petite Histoire de notre Hôtel - Sur les traces de Crin Blanc » sur le site Hôtel de Cacharel.
  5. a, b et c « La Petite Histoire de notre Hôtel - Sur les traces de Crin Blanc », op. cit..
  6. Sur l'architecture des bâtiments de l'auberge cavalière de Cacharel, cf. L'évolution de la cabane camarguaise au XXe siècle d'après des cartes postales et photos anciennes, VI - « Les Cabanes de Cacharel » aux Saintes-Maries-de-la-Mer, sur le site pierreseche.com, 12 octobre 2008.
  7. a, b et c Biographie de l'auteur, sur le site de la maison d'édition Au diable vauvert.
  8. « La Petite Histoire de notre Hôtel - Sur les traces de Crin Blanc », op. cit. : « Père du mondialement connu Crin Blanc, il en écrivit l'histoire et le scénario et co-réalisa en 1952 le film qui a bouleversé des générations d'enfants ».
  9. Jean Proal, Denys Colomb de Daunant, Camargue, terre des chevaux et des taureaux sauvages... , Marguerat, 1955, 33 pages.
  10. (en) John Richardson, The Sorcerer's Apprentice: Picasso, Provence, and Douglas Cooper, University of Chicago Press, 2001, 335 p., p. 117. Compagnon du collectionneur d'art Douglas Cooper au Château de Castille de 1949 à 1961, John Richardson mentionne Colomb de Daunant en ces termes : « Denys Colomb perpetuates the spirit of his wife's charismatic grandfather. I recently read somewhere that he had finally installed electricity in his austerely handsome home, Le Mas de Cacharel, otherwise he continues to live and dress much as people did in the days of Baroncelli. »

Liens externes[modifier | modifier le code]