Dent de Gargantua (Saint-Suliac)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dent de Gargantua)

Dent de Gargantua
Image illustrative de l’article Dent de Gargantua (Saint-Suliac)
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type menhir
Protection Logo monument historique Classé MH (1889)
Visite propriété privée
Caractéristiques
Matériaux quartz
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 55″ nord, 1° 57′ 14″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Saint-Suliac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Dent de Gargantua
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Dent de Gargantua
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Dent de Gargantua

La Dent de Gargantua est un menhir situé à Saint-Suliac, dans le département français d'Ille-et-Vilaine.

Protection[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1889[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un bloc de quartz blanc en forme d'obélisque à quatre faces. Il mesure 5 m de haut, 3 m de large côté nord et 2 m de large côté sud[2].

Folklore[modifier | modifier le code]

Selon la légende Gargantua, qui se promenait sur les bords de la Rance, vit une fée dont il tomba amoureux et il l'épousa. Alors que Gargantua rentrait de la chasse, sa femme accoucha d'un garçon. Gargantua voulut le dévorer mais la fée remplaça le nourrisson par une énorme pierre qu'elle cachât dans des langes. Gargantua se brisa une dent sur la pierre et la cracha par terre. De colère, le géant frappa du pied le sol, formant ainsi la plaine de Mordreuc désormais inondée à Pleudihen-sur-Rance, puis il quitta les lieux mais il fût gêné par les graviers qui étaient rentrés dans ses chaussures lorsqu'il en frappait le sol. Gargantua secoua ses chaussures pour s'en débarrasser et deux blocs de granite en tombèrent, l'un à l'embouchure de la Rance (le Rocher de Bizeux) et l'autre dans la baie (le Rocher de Cancale)[3].

Deux autres mégalithes locaux, désormais disparus, étaient aussi associés au géant : le Gravier de Gargantua[3], menhir probablement envasé sur la grève[2], et le Lit de Gargantua ou Berceau de Gargantua[3], dolmen ruiné disparu avec l'élargissement de la grève[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bézier, Inventaire des monuments mégalithiques du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, H. Caillière, , 360 p. (lire en ligne), p. 33-36. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jacques Briard, Loïc Langouët et Yvan Onnée, Les mégalithes du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut culturel de Bretagne et Centre régional d'archéologie d'Alet, coll. « Patrimoine archéologique de Bretagne », , 122 p. (ISBN 9782868220929), p. 109

Articles connexes[modifier | modifier le code]