Dent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dent animale)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir dent (homonymie).
Dents de Pirhana.

La dent est un organe dur et fortement minéralise implanté dans le palais des raies, la gencive des requins ou les os des mâchoires supérieure et inférieure des autres vertébrés, et dont les fonctions principales sont de saisir, retenir, déchirer et broyer les aliments, mais aussi la défense contre les prédateurs ou les rivaux.

Les dents sont souvent caractérisées par le régime alimentaire de l'espèce qui conditionne leur forme, leur nombre, leur implantation ou leur pérennité. Par exemple, les félins ont des dents carnassières très développées afin de déchiqueter leur proies, alors que les dents des humains sont adaptées à leur régime omnivore. On trouve des dents chez trois classes de vertébrés : poissons, reptiles et mammifères, mais certains groupes de ces classes n'en sont pas pourvues, tandis que d'autres voient leurs dents renouvelées tout au long de leur vie.

Description[modifier | modifier le code]

La dent est un organe minéralisé des vertébrés composé de structures organiques parmi les plus dures connues. Elle est constituée d'une partie implantée dans une structure osseuse, la racine, et d'une partie libre, la couronne. Le tissu constamment présent est la dentine, mais d'autres peuvent également être associés : pulpe dentaire, émail dentaire, cément et émailloïde[1].

La dent, qui a une structure homologue à celle de l'écaille placoïde chez le requin, est parfois considérée comme étant un phanère[2]. Cependant, un phanère est habituellement défini comme étant une production de l'épiderme[3].

Embryologie[modifier | modifier le code]

Chez les mammifères, l'émail, constituant l'épithélium dentaire, dérive de l'ectoderme de la cavité buccale, tandis que chez les vertébrés inférieurs, c'est l'endoderme qui participe à la formation des dents pharyngiennes. Les autres tissus (pulpe dentaire, dentine et parodonte), constituant le mésenchyme dentaire, dérivent de la crête neurale[4].

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Issu du latin dens de même sens, provenant d'une racine indoeuropéenne (reconstruite) °d-, °ed, °denk ou °dent (mordre, mâcher)[5], d'où sont aussi issus, entre autres, les mots odontos (grec ancien), tand (néerlandais).

Terminologie[modifier | modifier le code]

Homodontie des odontocètes.
Molaire brachyodonte, hétérodonte et monophyodonte d'un éléphant.

La denture d'un animal est l'ensemble de ses dents. Le nombre, la nature et la disposition des dents varient selon les espèces, et parfois selon les individus. Elle est en général caractéristique de leur régime alimentaire de l'espèce animale.

On utilise couramment le mot dentition à la place de denture, alors que, stricto sensu, la dentition est le processus de mise en place de la denture. La dentition permet d'estimer, dans la plupart des cas, l'age d'un animal tant qu'il n'est pas encore hors age.

On parle de dents palatines quand elles s'enchâssent dans le palais, des dents linguales sur la langue, et de dents vomériennes lorsqu'elles sont enchâssées dans le vomer tandis que des dents portés sur la mâchoire, comme pour les mammifères sont des dents maxillaires.

La morphologie et l'organisation des dents sont souvent utilisées pour caractériser les taxons animaux, et il existe tout un vocabulaire particulier caractérisant la dentition :

  • Selon le nombre :
    • polyodontie (du grec πολύς, polus « nombreux » et ὀδούς, odoús « dent ») : nombreuses dents sur la mâchoire (poissons, reptiles)
    • oligodontie (du grec ὀλίγος, oligos « peu abondant ») : nombre réduit de dents sur la mâchoire (mammifères)
  • Selon la forme :
    • haplodontie : dents coniques (poissons, reptiles)
    • plexododontie : dents aux formes complexes (mammifères)
  • Selon la différenciation et le rôle :
    • homodontie : dents toutes semblables, généralement coniques et tournées vers l’intérieur.
    • hétérodontie : dents différentes (mammifères avec les dents labiales, incisives et canines, et les dents jugales, prémolaires et molaires)
  • Selon le renouvellement :
    • polyphyodontie : plusieurs dizaines de génération de dents au cours de la vie de l'individu (poissons, crocodiles, serpents)
    • diphyodontie : deux générations de dents (la plupart des mammifères)
    • monophyodontie : une génération de dents (chiroptères)
  • Selon la croissance :
    • brachyodontie : croissance limitée, couronne basse (majorité des vertébrés).
    • hypsodontie : croissance continue, couronne très haute (ongulés, rongeurs, dents jugales des ruminants, chevaux ou éléphants).

Analogies[modifier | modifier le code]

Par extension, le terme de dent est employé en zoologie pour désigner un organe présentant une analogie de forme ou d'implantation :

Par dérivation, le mot dent désigne des éléments pointus ou découpés :

Dents, selon le régime alimentaire[modifier | modifier le code]

En effet, le régime alimentaire influe beaucoup sur les caractéristiques des dents. Selon les proies qu'ils mangent, chaque groupe d'animal a une dentition spécifique qui leur permet de capturer, manger et mâcher leur proie quelle soit animale ou végétale.

Par contre, certains groupes d'animaux ne sont pas pourvus de dents. Par exemple:

  • Les tortues (terrestres et marines) sont édentées. Elles possèdent un bec corné qui leur permettent de trancher leur nourriture.
  • Bien que les ancêtres des oiseaux aient possédé des dents (voir Archaeopteryx), aujourd'hui tous les oiseaux en sont dépourvus.
  • Parmi les mammifères, l'ordre des édentés (voir xenarthra) est un groupe d'animaux sans dent, ayant un régime alimentaire à base d'insectes.

Au contraire, certains animaux ont des dents qui sont renouvelées tout au long de la vie.

  • Les dents des reptiles sont remplacées tout au long de la vie, avant qu'elles ne s'abiment. Un crocodile voit ses dents être remplacées plus de quarante fois au cours de sa vie.
  • Les requins ont des dents qui poussent en tapis roulant le long de la mâchoire. Chaque mâchoire du grand dauphin possède de 20 à 28 dents, d'un diamètre d'environ 1 cm
  • Les incisives des rongeurs poussent continuellement durant toute leur vie.

Carnivores[modifier | modifier le code]

Carnassiers[modifier | modifier le code]

Dents de bull Terrier.

Les carnassiers sont caractérisés par des canines (crocs) proéminentes et fortes. Ils ont une dentition complète soit composée d'incisives, de canines, de prémolaires et de molaires. Leur dentition fait souvent place à des dents carnassière pour déchirer la viande de leur proie.

Insectivores[modifier | modifier le code]

Omnivores[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dent (anatomie humaine).
Dents de porc.

Herbivores[modifier | modifier le code]

Les dent des herbivores leur servent à mastiquer les fibres ligneuses des plantes.

Frugivores[modifier | modifier le code]

Dentition selon le groupe animal[modifier | modifier le code]

Cet organe hautement différencié d'origine ectodermique et mésodermique a une fonction initiale de protection dans l'évolution (organe exosquelettique). La dent haplodonte (du grec απλοος, haploos « simple » et ὀδούς, odoús « dent ») des reptiles et des poissons a pour fonction principale la préhension et la rétention des dents, la dent plexodonte (du grec πλέγοος, plexoos « complexe ») des mammifères voit sa fonction se spécialiser dans la mastication.

Mammifères[modifier | modifier le code]

Carnivores[modifier | modifier le code]

Sous-ordre des caniformes (Caniformia) :

 v · d · m  Formule dentaire
mâchoire supérieure
1 3 1 3 3 1 3 1
1 2 1 3 3 1 2 1
mâchoire inférieure
Total : 30
Denture commune aux Felidae

Sous-ordre des féloidés ou féliformes (Feliformia) :

Insectivores[modifier | modifier le code]

Les insectivores ont une dentition complète caractérisée par des dents jugales pointues et des dents colorées (souvent rouges à la pointe).

Chiroptères[modifier | modifier le code]

Les Cchiroptères (chauve-souris) ont aussi une dentition complète, mais qui est caractérisée par des canines proéminentes et des espaces significatifs entre les incisives.

Lagomorphes[modifier | modifier le code]

Les lagomorphes (lièvres, lapins...) sont caractérisés par deux paires d'incisives rainurées et la présence d'un diastème, ce qui les distingue des rongeurs.

Rongeurs[modifier | modifier le code]

Dessin d'un crâne en coupe longitudinale
C'est principalement leurs grandes incisives à croissance continue qui caractérisent les rongeurs.

Les rongeurs ont des incisives proéminentes et colorées (souvent jaunâtres) qui poussent continuellement durant toute leur vie, ce qui leur permet de ronger activement sans crainte d'usure prématurée, mais pose de grave problèmes en cas de malocclusion dentaire. Il y a aussi présence de dents jugales après le diastème.

Artiodactyles[modifier | modifier le code]

Dents de bovin

Les artiodactyles n'ont pas d'incisives supérieures et possèdent un diastème.

Proboscidiens[modifier | modifier le code]

Éléphant d'Afrique avec ses défenses.

Les Proboscidiens (éléphants...) sont caractérisés par des incisives qui leur servent de défenses. Chez les éléphantoïdes, la formule dentaire n'est jamais complète (2 prémolaires et 3 molaires). Le jeune possède des prémolaires de lait qui tombent quand les molaires apparaissent, il n'y a pas de prémolaires définitives. Quand la troisième molaire apparait, c'est au tour de la première de tomber.

Reptiles[modifier | modifier le code]

Tête de Caïman yacare

Les reptiles sont parfois caractérisés par des crochets à venin de certains serpents.

Poissons[modifier | modifier le code]

Poissons osseux[modifier | modifier le code]

Les balistes ou les tétraodons ont des dents antérieures élargies et soudées ainsi que des dents pharyngiennes.

Poissons cartilagineux[modifier | modifier le code]

Évolution des dents[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire évolutive des dents.

Les dents dans la culture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Richard, André Beaumont, Pierre Cassier, Biologie animale - Les Cordés - 9ème édition - Anatomie comparée des vertébrés, Dunod, 1 juil. 2009 - 688 pages, page 404
  2. Alain Lautrou, Anatomie dentaire, Elsevier Masson, 1997 - 264 pages, page 7
  3. Office québécois de la langue française, Phanère, Grand dictionnaire terminologique, 2010
  4. Etienne Piette, Michel Goldberg, La dent normale et pathologique, De Boeck Supérieur, 2001 - 392 pages, page 9
  5. Le Robert, dictionnaire historique de la langue française, Paris 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]