Dennis Rader

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dennis, Rader et BTK.
Dennis Rader
Tueur en série
Image illustrative de l'article Dennis Rader
Information
Naissance (72 ans)
(États-Unis)
Surnom BTK
Condamnation Août 2005
Sentence Prison à perpétuité
Meurtres
Victimes 10
Période Janvier 1974-Janvier 1991
Pays États-Unis
États Kansas
Arrestation Février 2005

Dennis Rader, alias BTK, (né le à Pittsburg, Kansas) est un tueur en série américain qui a assassiné dix personnes entre 1974 et 1991 dans les environs de Wichita (Kansas, Comté de Sedgwick). BTK, sigle de (en) bind, torture and kill (« ligoter, torturer et tuer »), est le surnom que Rader s'était lui-même donné dans ses rapports avec la police et la presse.

Arrêté en 2005 à la suite d'une disquette envoyée à la police en 2004, il a été condamné à dix peines perpétuelles consécutives.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rader est l'aîné de quatre frères. Né à Pittsburg, Kansas, il grandit à Wichita. Selon quelques rapports et selon ses propres confessions, il admet avoir torturé des animaux pendant son enfance. Il est également fétichiste sexuel des sous-vêtements féminins (il volera plus tard les sous-vêtements de ses victimes pour les porter lui-même). Rader étudie à la Kansas Wesleyan University entre 1965 et 1966. Il sert quatre ans (1966–1970) dans l'U.S. Air Force[1],[2].

En 1971, il s'installe à Park City, près de Wichita (Kansas). Il y travaille comme responsable de la sécurité de 1974 à 1988. En janvier 1974, Rader décime une famille : (1) Joseph Otero, 38 ans, (2) Julie Otero, son épouse, 34 ans, (3) Josephine Otero, 11 ans, et (4) Joseph Otero Junior, 9 ans. Sont épargnés les trois autres enfants des Otero qui sont à l'école au moment des meurtres. En avril 1974, il poignarde Kathryn Bright, 21 ans et tire sur son frère, Kevin, qui survit. En mars 1977, il étrangle Shirley Vian Redford, 24 ans, alors que ses trois jeunes enfants sont dans la maison. En décembre 1977, il étrangle Nancy Fox, 25 ans.

Entre 1974 et 1978, Rader envoie des courriers aux journaux locaux, dans lesquels il décrit ses meurtres et ses fantasmes violents, et signe BTK, sigle de (en) bind, torture and kill (« ligoter, torturer et tuer »). Rader obtient un diplôme de droit en 1979. En avril 1985, il enlève puis assassine Marine Hedge, 53 ans. En septembre 1986, il étrangle Vicki Wegerle, 28 ans, alors que son fils de 2 ans est présent. À partir de 1989, il travaille pour le bureau du recensement de son état. En janvier 1991, il enlève puis assassine Dolores Davis, 62 ans. À partir de 1991, il travaille pour la mairie de Park City dont il est licencié en mars 2005, à la suite de son arrestation.

En mars 2004, après qu'un journal ait publié un article sur les meurtres du BTK, Rader recommence à envoyer des lettres, accompagnées d'effets ayant appartenu à certaines de ses victimes. À partir de juillet 2004, il laisse des paquets contenant des objets : photos, permis de conduire, etc., de ses victimes, qui sont retrouvés par la police. Mais Rader commet une erreur : il envoie dans une de ses lettres une disquette à la police depuis un ordinateur de son église dont il est un membre influent. Les policiers tracent les métadonnées de la disquette et remontent à Rader qui est arrêté le [3]. En août 2005, il est reconnu coupable des meurtres de 10 personnes, pour lesquels il plaide coupable. Il n'est pas condamné à la peine capitale car ses crimes ont eu lieu avant 1994, l'année où la peine de mort est restaurée au Kansas. Cependant, il est astreint à dix vies consécutives d'emprisonnement. Il est habilité à la liberté conditionnelle à partir du 26 février 2180[4].

Médias[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • La nouvelle de Stephen King Bon Ménage, tirée du recueil Nuits Noires, Etoiles Mortes, s'inspire de cette affaire. L'écrivain a par ailleurs participé à l'écriture du scénario de l'adaptation cinématographique de cette nouvelle, réalisée par Peter Askin et sortie en octobre 2014[5].
  • Dans Mr Mercedes, toujours de Stephen King, il est fait mention de Dennis Rader

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Angerfist, DJ hollandais de musique électronique Gabber, a composé une musique retraçant les méfaits du tueur dans son titre Strangle & Mutilate.
  • Album Bind Torture Kill (2006) du groupe belge Suicide Commando (électro).
  • Le groupe de brutal death metal Suffocation a un titre s'intitulant Bind Torture Kill.
  • Le musicien Steven Wilson a écrit une chanson faisant référence à Rader. Celle-ci se trouve sur l'album Grace For Drowning et est intitulée Raider II.
  • Le groupe de métal Dead Cowboy's Sluts a intitulé l'introduction de leur CD, "The Hand Of Death", "B.T.K". Morceau que l'on retrouve régulièrement lors de leur concerts où des écrans diffusent des images de films d'horreur.
  • Sur l'album Blood In Blood Out du groupe de thrash metal Exodus figure la chanson BTK.
  • Le premier titre de l'album Thy Kingdom Scum du groupe de doom metal Church of Misery s'intitule B.T.K. (Dennis Rader).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gary C. King, « Criminal Profile: Dennis Lynn Rader », sur Investigation Discovery (consulté le 9 août 2011)
  2. (en) « Litany of horror », sur The Wichita Eagle, (consulté le 2 juin 2008)
  3. (en) Vernon J. Geberth, Sex-Related Homicide and Death Investigation, CRC Press, , p. 705.
  4. (en) Sam Coates, « Rader Gets 175 Years For BTK Slayings », sur Washington Post, (consulté le 20 février 2009)
  5. (fa) « Stephen King s'attire les critiques de la fille d'un serial killer », sur https://www.actualitte.com, (consulté le 4 octobre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]