Dennevy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dennevy
Dennevy
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-sur-Saône
Canton Canton de Chagny
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Daniel Charton
2014-2020
Code postal 71510
Code commune 71171
Démographie
Gentilé Denneviens
Population
municipale
306 hab. (2017 en diminution de 1,29 % par rapport à 2012)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 59″ nord, 4° 39′ 00″ est
Altitude Min. 223 m
Max. 337 m
Superficie 4,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dennevy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dennevy
Liens
Site web www.dennevy.com/

Dennevy est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.


Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est 21 kilomètres de Chalon-sur-Saône et 33 de Montceau-les-Mines.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cheilly-lès-Maranges Rose des vents
Saint-Sernin-du-Plain
Couches
N Saint-Gilles, Chamilly
Aluze
O    Dennevy    E
S
Saint-Léger-sur-Dheune

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dennevy est situé près du Canal du Centre et sur le bord de la Dheune, affluent de la Saône.

Climat[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[1], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise. Les gelées tardives sont peu fréquentes sur le village en général. Il y a bien quelques lieux-dits ou les risques de gelées sont plus importante (on parle de zones gélives). De violents orages peuvent s'abattre sur la commune avec rarement de la grêle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Philibert de Digoine est propriétaire à Dennevy en 1546. Sa fille probable Louise de Digoine, mariée en 1565 à Philibert de La Chambre sieur de Baillolle, est dame de Dennevy en 1584. Mais il semble que le finage soit divisé en plusieurs seigneuries.

Le village dispose d'un notaire au XVIe siècle, dont les minutes subsistantes éclairent la vie foncière du village.


Les seigneurs et propriétaires à Dennevy[modifier | modifier le code]

Plusieurs seigneurs et propriétaires de terres se sont succédé, le changement se faisait par héritage ou ventes des terres ou des droits. Les noms cités reproduisent l'orthographe figurant dans les documents :

Noms des seigneurs et propriétaires à Dennevy avant les années 1800
Année Nom et Prénom Propriété(s) ou qualité Commentaire
1118 Nicolas et Jean de Dennevy ?
1138 Gautier ? donnation au fils d'Anselle de Dennevy
1201 Guillaume de Millery ?
1225 Les Templiers et Hospitaliers de Saint-Jean propriétaire d'un pré
1260 Guillaume de Saulx seigneur de Saint-Gilles
1263 Perrinus dictus li Orgeux fief lige chevalier
1265 Gérard de Cranes fief lige chevalier
1273 - 1285 Pierre d'Orgeux intégralité de Dennevy et Saint-Gilles homme du Duc Rober II de Bourgogne
1290 Les Chanoines du Chapitre de la Cathédrale d'Autun quelques terres au XIII et XIVèmes siècles
1294 Guinoet de Saint-Gilles quelques terres ancien prêtre, acenssement fait par Jean de Couches (chevalier)
1303 Hugues de Cresnes un manse en fief reçu par Etienne de montaigu (seigneur de Sombernon et châteliain de Couches
1316 Guillaume de Communes plusieurs meix et arrières-fiefs
1321 Etienne Robert une pièce de vignes à Saint-Gilles bien d'Ardouin (prieur de Couches) loué contre 5 bichets de froment annuellement et perpétuellement
1341 Renaud Gardot de Saint-Gilles un pré au Breuil de Saint-Gilles bien de Guy de Seigneyo loué contre 1 boisseau de froment
1344 Jean de Dennevy ? meurt de la perste à Givry
1372 Philippe Dorgeul quelques héritages
1376 Jean de la Chapelle suelques meix et plusieurs héritages situés sur Saint-Gilles seigneur de Yreley
1377 Philippe de Lorgent 3 vignes (appelée Beauregards, Appelant et du Verger), un quartier de pré. chevalier, tient en fief du Duc
1382 Isabelle de Rully 4 soitures de pré au Breuil de Dennevy vente réalisée par Girard de Nisey
1395 Henry de Saint Nisy meix en fief (à Saint-Gilles), une pièce de vigne (contenant 9 ouvrées), une autre vigne (appelée Agi) et la moitié d'une soiture d'un pré situé à la Corvée de Saint-Gilles
1399 Jean de Saigey quelques héritages, seigneur de Dennevy et ecuyer
1400 Henri de Saint Nisy seigneur de Dennevy et Saint-Giles
1403 Robert de Lugney seigneur de Saint-Sernin du Plain
1423 Hugues de Thoissey, Robert de Malvilly et Jean de Sigey intégralité de Dennevy
1461 Jean de Saint Même seigneur de Dennevy
1473 Jean Lemaire ?
1474 Aymé Borde quelques terres à Dennevy et Saint-Gilles valeur de VIJ livres de rente
1475 Monsieur de Couches seigneur de Saint-Gilles
1496 Antoine de Clugny un plastre de maisons et ses dépendances dans la grande rue de Saint-Gilles
1491 Isabelle de Goux veuve, obtenu par contrat de mariage avec Philibert de Saint-Léger (Seigneur de Dennevy)
1503 Enfants de Sieur Bonot d'Ebaty la moitié de la seigneurie de Dennevy partagé avec le seigneur de Rully (Philippe de Saint-Léger)
1504 Anthoine de Cluny un moulin sur la rivière de la Dheune, la moitié de la Motte bien réclamé par Bernard Chantereau de Couche (sergent royal) à Jean (fils de Claude Meugnier) car son père n'avait pas payé la location a Anthoine de Cluny
1507 Antoine de Cluny une maison et l'écluse du moulin, une grande, la moitié de la Motte les propriétaires sont Jean et Jacob Bonnard, location contre la somme de 46 écus d'or valant chacun 35 sols.
1521 Regier (ou René) de Saubiez seigneur de Dennevy également seigneur d'Ebaty
1540 Philippe de Saint-Léger seigneur de Dennevy également seigneur de Rully, Gergy et Villeneuve
1549 Claude et Philippe de Saubief seigneur de Dennevy écuyer et également seigneur d'Ebaty
1567 Martial de Vindignat seigneur de Dennevy
1578 Charles de Saint-Léger baron de Dennevy également Baron de Rully et Gergy. Marie de Chaugy est sa femme.
1580 Messire Charles de Saint-Léger baron de Dennevy et Saint-Gilles était aussi chevalier de l'ordre du roi, seigneur et baron de rully, Gergy et Villers
1584 Jean Saint-Léger toutes les terres et possessions de Charles se Saint-Léger éritage
1590 Gaspart de Tintry baron de Dennevy également baron de Rully, Cergy, Saint-Léger et Genouilly
1604 - 1607 Philibert de la Chambre sieur de Ballole et Dennevy en partie
1608 Antoine Dublé une maison seigneuriale ruinée ses biens viennent de la reprise du fief des terres et seigneuries de Rully, Dennevy, Saint-Gilles et Saint-Léger. Il fut construire le château de Cormatin.
1636 Jean de Madelain un petit membre de chevance en la seigneurie de Dennevy seigneur de Digoine-les-Couches et de Demigny
? Antoine de Digoine en fief : une maison appelée la maison Guiot Denise, une terre et un petit pré avec maison, 5 soitures et demi au lieu-di Breuil et 4 autres au lieu-dit en Moley. écuyer
? Hérard Bouton seigneur de Dennevy et Saint-Gilles aussi seigneur de saint-Léger, Chamilly, de Chanrengeroux, de Joursanvaux, de Saint-Aubin, de Gamay et de Mimande. Il fut le premier de cette famille à être seigneur. Henri IV lui donna la charge de Grand Ecuyer des écuries Royales.
1638 Nicolas Bouton héritages de Hérard Bouton fils de Hérard Bouton
1666 Philippe Lachèze fief de Millery demeure à Blanzy
1670 Noël Bouton reprise de fiefs des terres et seigneuries de Dennevy retour de guerre
1737 Prieurs de Couches ? bails à rente et cens
1756 Monsieur de Montcrif seigneur de Millery et de Nyon
1776 Armand Josehp de Béthume reprise du comté également Duc de Charost. Certaines sources laissent à penser qu'il fit construire (ou reconstruire) le château de Dennevy, actuelle Mairie.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An IV An V Jean Brusson   Maire
An V An VI Antoine Guillemot   Maire
An VI An VII Jean Baptiste Desfontaines   Maire
An VII An VIII Chevalleret   Maire
An VIII 1800 Jean Baptiste Desfontaines   Maire
21 mai 1800 1818 Alexandres Jules Clémenceau   Maire
1818 janvier 1820 Baron d'Ordonneau   Maire
janvier 1820 avril 1822 Philippe Armet-Perrier   Maire
1822 1825 Jean Guillemot   Maire
1825 1827 Philippe Armet-Perrier   Maire
1827 1828 François Rolland   Maire
1828 1830 Simon Despernon   Maire
1830 1837 Antoine Desfontaines-Petiot   Maire
1837 1840 Simon Despernon   Maire
1840 1846 Pierre Desfontaines   Maire
1846 1848 François Tabary   Maire
1848 1852 Louis Desmarais   Maire
1852 1870 Antoine Desfontaines-Petiot   Maire
1870 1877 Jean Baptiste Clerc   Maire
1877 1888 Henri Alin   Maire
1888 1912 Claude Rougeot   Maire
1912 1919 Philibert Perricaudet   Maire
1919 1929 Alfred Roidot   Maire
1929 1943 Jules Boulisset   Maire
novembre 1943 octobre 1944 Pierre Marius Boeuf   Maire
octobre 1944 1945 Fernand Jarniat   Maire
1945 1971 Pierre Bouthenet   Maire
1971 1989 Marcel Contant   Maire
mars 1989 mars 2008 Marie-Josèphe Neau   Maire
mars 2008 en cours Daniel Charton   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Grand Chalon.

Instance judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2017, la commune comptait 306 habitants[Note 1], en diminution de 1,29 % par rapport à 2012 (Saône-et-Loire : -0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7207227527057749271 0141 0571 057
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0941 141575525493542516512463
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458464430382356353377350339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
337362320309282293322326310
2017 - - - - - - - -
306--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

D'après d'anciennes archives, on retrouves les informations suivantes :

  • 1435 : 4 feux francs (Le feu fiscal est une notion utilisée au Moyen Âge afin de servir de référence au calcul de l'impôt) dont 1 solvable, 5 misérables.
  • 1461 : 10 feux francs, 2 serfs (Les serfs sont une classe de travailleurs agricoles. Ils doivent résider et travailler dans un endroit, et cultiver la terre, propriété de leur seigneur, lequel peut être un noble, un dignitaire ecclésiastique ou une institution religieuse comme un monastère).
  • 1543 : 47 feux.
  • 1635 : 26 habitants.
  • 1638 : 26 feux.
  • 1656 : 30 habitants.
  • 1666 : 35 habitants, 11 veuves.
  • 1674 : 49 personnes imposées.
  • 1693 : 31 habitants et 4 veuves.
  • 1710 : 28 habitants, 9 veuves.
  • 1711 : 20 habitants, 9 veuves.
  • 1713 : 16 habitants, 3 veuves.
  • 1735 : 24 habitants, 4 veuves.
  • 1740 : 50 feux, 34 vignerons 1 meunier, 2 manouvriers, 5 laboureurs, 1 tonnelier, 1 marchand, 1 cordonnier, 1 maréchal.
  • 1750 : 42 habitants, 5 veuves.
  • 1793 : 720 habitants.
  • 1800 : 722 habitants.
  • 1815 : 737 habitants.
  • 1830 : 124 vignerons, 7 laboureurs, 3 maréchaux-ferrant, 3 domestiques, 3 propriétaires, 2 marchands de plâtre, 2 tonneliers, 2 tailleurs de pierre, 2 maçons, 2 charrons, 1 menuisier, 1 bourgeois, 1 marchand de vin, 1 cordonnier, 1 voiturier, 1 éclusier, 1 meunier, 1 marchand en gros.
  • 1835 : 866 habitants.
  • 1838 : 921 habitants, 201 maisons.
  • 1839 : 927 habitants, 201 maisons.
  • 1859 : 1057 habitants.
  • 1861 : 1141 habitants.
  • 1869 : 565 habitants, 433 maisons. (Rappel : 1862, séparation de Dennevy et de Saint-Gilles.
  • 1885 : 516 habitants.
  • 1892 : 512 habitants.
  • 1894 : 515 habitants.
  • 1901 : 458 habitants.
  • 1954 : 339 habitants.
  • 1982 : 309 habitants, 160 immeubles dont 25 résidences secondaires et 14 vacantes.
  • 1962 : 337 habitants.
  • 1999 : 293 habitants

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[6][modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités du village, on retrouve :

(Baron de l'Empire et Grand officier de la Légion d'honneur), son nom est gravé sur le pilier Ouest de l'Arc de Triomphe à Paris.

Il est né le 23 juillet 1770 à Saint-Maurice en Charente-Maritime et mort le 29 septembre 1855 (à 85 ans) à Autouillet en Yvelines. Selon plusieurs sources, il vint à Dennevy en 1811 ainsi qu'à son retour d’Espagne en 1817 pour "s'occuper de ses propriétés. Il s'y trouve également en 1818 ainsi qu'à son retour de l'île de Ré en 1826 puisqu'il annonce alors au Ministre de la Guerre qu'il "se retire à Dennevy". Parmi ses biens sur la commune, il avait, d'après les archives de la commune, des terres au lieu-dit Plante aux prêtres, en Fromenteaux et en Fauchot. Un relevé cadastral de 1825 montre qu'il possédait une maison bourgeoise située à l'angle de la route de Saint-Léger et de la Place des Platanes; ainsi que tous les bâtiments côté sud de la place et une bonne partie de la rue Froide. Le Baron acheta en 1835, le château d'Antouillet, près de Thoiry dans les Yvelines, où il terminera sa vie en 1855, âgé de 86 ans.

  • Auguste Gien :

(tailleur de pierre et compositeur de chansons), son nom est gravé[7] au Panthéon à Paris.

Né le 5 Juillet 1884 à Dennevy, il fut d'abord tailleur de pierre dans notre village puis à Paris du côté de Montmartre. Il composa et publia plusieurs chansons sous le pseudonyme de Jean Millery. Caporal infirmier au 210ème régiment d'infanterie, il fut tué au début de la Première Guerre mondiale (en août 1914 à Rozelieures).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Un livre nommé "Histoire et petites histoires de Dennevy et de Saint-Gilles" existe et a été réalisé par Jacques Boeuf basé sur une fouille d'informations dans les archives nationales de Saône-et-Loire ainsi que dans les Mémoires de la Société Eduenne d'Autun, une copie de cet ouvrage se trouve actuellement à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans ce livre, il est également fait état de deux autres cahiers nommés "Dennevy, l'ancien village origine et faits historiques" qui a été réalisé par Madame Besset afin de ne pas laisser perdre les différents témoignages du passé. Ces ouvrages ont été déposés à la Société Eduenne par cette dernière.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. Jacques Boeuf, Histoire et petites histoires de Dennevy et de Saint-Gilles, Bibliothèque Nationale de France, Bibliothèque François-Mitterrand - Paris, 75013 France, 240 p. (notice BnF no FRBNF41231976), page 91 à 97
  7. Liste des personnes citées au Panthéon de Paris