Deniz Yücel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deniz Yücel
Image illustrative de l’article Deniz Yücel
Deniz Yücel en 2018.

Naissance (46 ans)
Flörsheim am Main, Allemagne
Nationalité Allemande et turque
Profession Journaliste
Médias
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Presse écrite Die Tageszeitung et Die Welt

Deniz Yücel (turc : [deˈniz jyˈdʒæl]), né le à Flörsheim am Main (Allemagne), est un journaliste turc et allemand travaillant avec les journaux Die Tageszeitung et Die Welt. Accusé d'« appartenance à une organisation terroriste, utilisation de données et propagande terroriste » par la justice turque et d'« espion » par le Président turc Recep Tayyip Erdoğan, Deniz Yücel qui couvre la répression généralisée après le coup d'Etat raté en Turquie du mois de juillet 2016, est emprisonné pendant un an, entre le 14 février 2017 et le 16 février 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Défilé de voitures à l'appui de Yücel à Flörsheim le 25 février 2017

Deniz Yücel est né en Allemagne de parents turcs et possède la double nationalité allemande et turque[1]. Il couvre en tant que journaliste la répression généralisée après le coup d'Etat raté en Turquie du mois de juillet 2016. Il réalise alors des entretiens avec Cemil Bayik (un des leaders du Parti des travailleurs du Kurdistan) qui accuse le président turc Recep Tayyip Erdoğan de collusion avec l'État islamique[2]. Par ailleurs, Deniz Yücel publie un article contenant un courriel du gendre de Recep Tayyip Erdoğan, Berat Albayrak, qui se trouve également être le ministre de l’Énergie, mettant à jour l'existence de liens entre ce dernier et l'État islamique[2].

Deniz Yücel a été accusé à plusieurs reprises par le gouvernement turc de s'impliquer dans l'espionnage pour le compte du Service fédéral de renseignement et soutenant les organisations liées au Mouvement Gülen et au Parti des travailleurs du Kurdistan, ces deux dernières étant considérées comme des organisations terroristes en Turquie[3]. Il est accusé alors d'« appartenance à une organisation terroriste, utilisation de données et propagande terroriste »[2]. À l'occasion de discours publics, le président turc Recep Tayyip Erdoğan, déclare à son sujet que « Deniz Yücel est un espion et non un journaliste »[4].

Après arrestation, Deniz Yücel est emprisonné pour propagande terroriste le [5]. Cette affaire est largement critiquée par les médias allemands ainsi que par les politiques et le public allemand[6],[7],[8],[9],[10],[11]. Le , durant son incarcération, il se marie avec la productrice de télévision Dilek Mayaturk, dans la prison de Siliviri près d'Istanbul[2].

Relation entre la Turquie et l'Allemagne[modifier | modifier le code]

Cette arrestation suivie de cet emprisonnement crispe les relations entre les deux pays que sont la Turquie et l'Allemagne depuis le coup d'Etat raté en Turquie du mois de juillet 2016[1] où l'Allemagne a vivement critiqué les purges effectuées par le pouvoir turc et la détention de citoyens allemands pour « raisons politiques »[12]. L'Allemagne, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, critique cette détention provisoire en la qualifiant de « constitutionnellement et politiquement inacceptable » en avril 2017 et suppose que « Yücel sert de jouet au pouvoir turc dans une sale campagne électorale »[1]. Deniz Yücel, de son côté, appelle les lecteurs à soutenir les médias indépendants turcs en s'abonnant à la version numérique de Cumhuriyet, Birgün ou Evrensel[1].

La Turquie procède à des purges massives frappant notamment le milieu journalistique et la liberté de la presse depuis le coup d’État raté. Ainsi dix-sept journalistes, dirigeants et employés du journal Cumhuriyet sont accusés d'aide à des organisations terroristes armées[13].

En février 2018, il est mis en liberté conditionnelle et quitte Istanbul pour Berlin, cette décision permettant d'apaiser les relations germano-turques[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Turquie-Allemagne : enfin de l'aide consulaire pour le journaliste Deniz Yücel , liberation.fr, le 4 avril 2017.
  2. a b c et d Turquie. Le journaliste allemand Deniz Yücel se marie en prison, ouest-france.fr, le 13 avril 2017
  3. « Erdoğan: Deniz Yücel PKK'nın temsilcisi olarak konsoloslukta saklandı », sur T24 (consulté le 19 mai 2017)
  4. (de) SPIEGEL ONLINE, Hamburg Germany, « Erdoğan: "Deniz Yücel ist ein deutscher Agent" », sur Sueddeutsche Zeitung (consulté le 19 mai 2017)
  5. « WELT-Korrespondent Deniz Yücel in der Türkei im Polizeigewahrsam - WELT », sur DIE WELT (consulté le 2 mars 2017)
  6. (de) SPIEGEL ONLINE, Hamburg Germany, « SPIEGEL und SPIEGEL ONLINE: Wir fordern Freiheit für Deniz Yücel und alle in der Türkei inhaftierten Journalisten - SPIEGEL ONLINE - Politik », sur SPIEGEL ONLINE (consulté le 2 mars 2017)
  7. (en-GB) Kareem Shaheen, « 'Assault on freedom of expression': Die Welt journalist's arrest in Turkey condemned », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  8. (en) Aletha Adu, « Merkel BLASTS president Erdogan's ‘bitter and disappointing’ regime for journalist arrest », Express.co.uk,‎ (lire en ligne)
  9. « Turkey orders German newspaper journalist jailed until trial », sur Washington Post (consulté le 2 mars 2017)
  10. (en-GB) Philip Oltermann, « Angela Merkel urged to ban Erdoğan over jailed German journalist », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  11. (en-GB) Reuters, « Journalist for German newspaper arrested in Turkey », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  12. Les conseils d’Ankara à ses ressortissants créent la polémique, bienpublic.com, le 11 septembre 2017
  13. Turquie: le procès du quotidien anti-Erdogan Cumhuriyet reprend , lexpress.fr, le 11 septembre 2017.
  14. Delphine Minoui, « Un journaliste turco-allemand remis en liberté à Istanbul », Le Figaro, samedi 17 février 2018, page 7.

Liens externes[modifier | modifier le code]