Denise Cerneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Denise Cerneau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Activité
RésistanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Denise Cerneau, née le 3 décembre 1905 à Pontigny (Yonne), morte le 27 juin 1993 à Badecon-le-Pin (Indre) fut une pionnière de la Résistance française en zone occupée et en zone interdite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militantisme[modifier | modifier le code]

Denise Cerneau est une amie de Pierre de Froment. Elle est son premier agent. Ayant effectué un court stage de formation auprès du capitaine d'Autrevaux, correspondant à Paris du commandant Léon Simoneau du 2e bureau de l'état-major de l'armée, elle assure l'intérim de la direction du réseau pendant les tournées de Froment dans les départements du Nord et de l'Est. Elle-même effectue seule plusieurs tournées. Elle joue un rôle-clef dans la publication des premiers numéros de l'édition de zone Nord du journal Les Petites Ailes de France. Le poste radio du sous-réseau Ferdinand est caché chez elle. Les messages sont chiffrés et déchiffrés par ses soins. Chargée des rapports du réseau avec les services spéciaux de Vichy, avec le groupe de Robert Guédon et d'autres mouvements clandestins, tel celui d'Alfred Heurtaux, elle est de fait l'adjoint de Pierre de Froment. Son fils Gilbert, 16 ans en 1940, milite à ses côtés.

Arrestation - Déportation[modifier | modifier le code]

Arrêtée par l'Abwehr le 14 février 1943, Denise Cerneau est internée au fort de Romainville en compagnie de Pierre de Froment, Edmond Hadengue, Louis Jorimann et d'autres membres de l'équipe. Le 21 octobre 1943, elle est déportée à Aix-La-Chapelle. Le 31 du même mois, elle est mise au camp de Ravensbruck. Le 7 mars 1945, elle est transportée au camp de Mauthausen où elle retrouve Jane Sivadon, Odile Kienlen, Anne-Marie Boumier, Anne Noury et Pierre de Froment. Le 22 avril 1945, elle est remise à la Croix-Rouge suisse.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Frenay: La nuit finira, Laffont, 1973; Volontaires de la nuit, Laffont, 1975.
  • Henri Noguères: Histoire de la Résistance en France, Laffont, 1967.
  • Henri Navarre: Le service de renseignements (1871-1944), Plon, 1978.
  • André Caudron: Les Petites Ailes. Journal et réseau (automne 1940 - été 1941), Memor, Bulletin n°15-16, Université Charles de Gaulle, Lille III, 1992.
  • Les Petites Ailes, Memor, Bulletin n°18, Université Charles de Gaulle, Lille III, décembre 1993.
  • Pierre de Froment: Un volontaire de la nuit dans les camps nazis, Lavauzelle, 2004.