Denise A. Aubertin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubertin.
Denise A. Aubertin
Aubertindenise.png

Denise A. Aubertin (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain)

Biographie
Activité

Denise A. Aubertin est une artiste française, née en mai 1933 à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 17 mai 1933 à Boulogne_Billancourt[1], elle vit et travaille à Paris.

Denise Aubertin commence à travailler les livres en 1969 après avoir découvert les livres d’artistes du lettriste Gil Joseph Wolman, de Tom Phillips (en), et les œuvres de Dieter Roth réalisées à partir de produits alimentaires.

Les livres impubliables[modifier | modifier le code]

Ces œuvres sont réalisées sur des supports de livres, d'albums de musique ou de journaux. Ils proposent une autre manière d'écrire un livre. Par collage de photos, d'images, de bulles de bandes dessinées, de lambeaux de textes que l'artiste s'approprie, ces livres racontent une histoire grâce aux propres écrits de l'artiste, eux-mêmes entremêlés et éclatés. Taches de vin, de café, traînées de bout de cigarette, salissures, participent à l'effet plastique et tactile dû à l'introduction de matières, de déchets, de reliques-parcours.

« Je me mis à sculpter des livres. Je frottais des livres ouverts sur le balcon boueux, les laissais passer la nuit sous la pluie et dans le vent, j'en faisais séjourner dans la cuisine, tout près du fourneau, pour qu'il soit aspergés de graisse, puis, par-dessus les pages maculées d'une "crasse symbolique", j'écrivais mon journal. à l'aide d'images que je m'appropriais. Bientôt, je devais trouver la solution d'un moyen d'expression très personnel. »

— Denise A. Aubertin

Les livres cuits[modifier | modifier le code]

C'est en 1974 que Denise Aubertin réalise son premier livre cuit (au four). Enrobé de farine, avec divers ingrédient de cuisine (sel, poivre, plantes aromatiques, épices, riz...), elle invente une cuisine dadaïste de la culture livresque[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Denise A. Aubertin », sur le site du Centre national des arts plastiques
  2. Fabienne Dumont et Marie Standzman, « Art et féminisme en France et aux États-Unis », dans Marie-Hélène Dumas (dir.), Femmes & Art au XXe siècle : le temps des défis, Lunes, , =102