Denis Gratias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Denis Gratias
Description de cette image, également commentée ci-après
Denis Gratias
Naissance
Paris (France)
Nationalité France Française
Domaines Physique, Chimie, Cristallographie
Institutions CNRS, ONERA
Diplôme ENSCP/Chimie ParisTech
Distinctions Prix Jean-Ricard 1999
Médaille d'argent du CNRS 1994
Membre correspondant de l'Académie des Sciences 1994 élu membre de l'Académie des Sciences en 2019

Denis Gratias, né le à Paris (France) est un scientifique français, directeur de recherche émérite au CNRS. Sa spécialité est la science des matériaux, en particulier la cristallographie. Depuis la découverte des quasi-cristaux par Dan Shechtman en 1982, il contribue à leur description, en développant notamment des modèles théoriques. Il est membre correspondant de l'Académie des sciences depuis 1994[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Denis Gratias est diplômé ingénieur chimiste en 1970 à Chimie ParisTech. En 1978, Denis Gratias soutient, au Laboratoire de Métallurgie Structurale (CNRS-ENSCP), sa thèse d'État, intitulée Cristallographie des interfaces dans les cristaux homogènes[2] et développe avec Richard Portier un formalisme de diffraction des électrons rapides[3]. Il effectue ensuite son stage post-doctoral à l'université de Californie à Berkeley (États-Unis) où il s'intéresse aux problèmes de thermodynamique statistique de champ moyen généralisé[4] (Cluster Variation Method).

De retour en France, il prend son poste au Centre d'Études de Chimie Métallurgique (CECM), laboratoire CNRS de Vitry-sur-Seine mais il est rapidement invité par John-Werner Cahn à l'institut de Physique Théorique de l'université de Californie à Santa Barbara (États-Unis) pour participer à une collaboration interdisciplinaire autour de la physique théorique et de la science des matériaux. C'est à cette occasion qu'il est confronté au problème non résolu à l'époque des diffractions d'ordre 5 observées en par Dan Shechtman. Il contribuera à la rédaction de l'article séminal[5] de 1984 annonçant la découverte des quasi-cristaux.

À son retour commence une longue période d'intense collaboration autour de la cristallographie entre le CECM de Vitry et le Centre de physique théorique (CPHT) de l'École polytechnique.

En 2000, Denis Gratias et son épouse Marianne Quiquandon migrent à Châtillon au Laboratoire d'étude des microstructures (LEM, laboratoire mixte ONERA-CNRS) qu'il a dirigé jusqu'en 2009.

Il est depuis 2014 directeur de recherche CNRS émérite affecté à Chimie ParisTech, à l'Institut de Recherche de Chimie Paris (IRCP), au sein de l’équipe de métallurgie structurale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Académie des sciences »
  2. « CRISTALLOGRAPHIE DES INTERFACES DANS LES CRISTAUX HOMOGENES / DENIS GRATIAS - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le )
  3. D. Gratias and R. Portier, Time-like perturbation method in high-energy electron diffraction, Acta Cryst. A, A39 4, 576{584 (1983).
  4. J. M. Sanchez, F. Ducastelle and D. Gratias, Generalized cluster description of multicomponent systems, Physica A, 128(1-2), 334-350 (1984)
  5. D. Shechtman, I. Blech, D. Gratias and J. W. Cahn, Metallic phase with long-range orientational order and no translational symmetry, Phy.Rev. Lett. 53 (20), 1951-1953 (1984)