Denis Badré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Denis Badré
Illustration.
Fonctions
Sénateur des Hauts-de-Seine

(16 ans, 1 mois et 6 jours)
Élection 24 septembre 1995
Réélection 26 septembre 2011
Gouvernement Ve République
Groupe politique UCR
Maire de Ville-d'Avray

(22 ans, 3 mois et 11 jours)
Élection 18 juin 1995
Réélection 18 mars 2001
16 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Georgette Sireyjol
Successeur Aline de Marcillac
Biographie
Nom de naissance Denis Paul Marie Léopold Badré
Date de naissance (78 ans)
Lieu de naissance Pontarlier (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique MoDem
Enfants Bertrand Badré
Diplômé de École polytechnique

Denis Badré, né le [1] à Pontarlier (Doubs)[2], est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École polytechnique, (promotion 1963)[3] et de l'École nationale des eaux et forêts, Denis Badré travaille d'abord dans la protection contre les avalanches à Grenoble avant de devenir conseiller technique puis directeur de cabinet de plusieurs secrétaires d'État à l'agriculture[2] entre 1978 et 1981 (Pierre Méhaignerie, Jacques Fouchier et Jacques Blanc)[4].

Il épouse Sabine Vasseur, et sera père de 4 enfants.

Il dirige ensuite l'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (1981-1986[5]) avant de prendre la tête de l'administration au ministère de l'Agriculture (1986-1989)[4] puis d'être directeur général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture (1989-1993)[4] et enfin directeur général de l'administration et du développement au ministère de l'Environnement (1994-1995)[6].

Élu local[modifier | modifier le code]

Maire de Ville-d'Avray[modifier | modifier le code]

Élu maire de Ville-d'Avray, commune des Hauts-de-Seine de 12 000 habitants, en juin 1995, succédant à Georgette Sireyjol, maire sortant DVD dont il était l'adjoint[7], il est réélu en mars 2001 avec 68 % des suffrages[8] puis en mars 2008, où la liste qu'il conduit aux élections municipales recueille 52,66 % des voix, devant celles de l'UMP (26,99 %) et du PS (20,36 %). Il est réélu le 23 mars 2014 avec 76,76 % des voix, devant la liste du candidat Alexis Girzonas[9]. Il démissionne au profil d'Aline de Marcillac, le 6 octobre 2017[10].

Conseiller général[modifier | modifier le code]

En 1996, il est élu conseiller général du canton de Chaville succédant ainsi à Marcel Houlier. Il conserve ce mandat jusqu'en 2004, date à laquelle il est battu par l'UMP Jean-Jacques Guillet lors des élections cantonales. Arrivé au 1er tour derrière ce dernier mais devant le candidat du Parti socialiste, il préfère éviter de risquer de faire gagner le canton à la gauche et se retire au profit de Jean-Jacques Guillet qui l'emporte au 2d tour face à Bruno Lemoine (PS).

Autres fonctions locales[modifier | modifier le code]

Il est élu le conseiller métropolitain délégué de la métropole du Grand Paris[11].

Mandat national[modifier | modifier le code]

En 1995, dans la foulée de son élection à la mairie de Ville-d'Avray, il est en 2e position sur la liste UDF menée par le maire de Boulogne-Billancourt Jean-Pierre Fourcade, et devient sénateur des Hauts-de-Seine.

Battu aux élections cantonales de 2004, il est toutefois réélu sénateur en septembre de la même année sans être soutenu par l'UDF[12]. Il recueille 10,33 % des voix, soit plus que l'ancien ministre Jean-Pierre Fourcade qui est lui aussi réélu. Il est candidat à un troisième mandat lors des élections sénatoriales de 2011 mais, concurrencé par la multiplication des listes de la droite et du centre (notamment celle du Nouveau Centre Hervé Marseille, maire de Meudon), il n'est pas réélu.

Responsabilités partisanes[modifier | modifier le code]

Il participe à la création du MoDem à Villepinte où il est nommé membre du bureau exécutif national[13].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sénat français, « Anciens sénateurs Ve République : BADRÉ Denis », sur www.senat.fr (consulté le ).
  2. a et b « Denis Badré veut sauver les centres-villes », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  3. « anciens élèves de Polytechnique ou l'École des mines sénateurs français », sur www.annales.org (consulté le ).
  4. a b et c « Ministère Gustave DEFRANCE Denis BADRE », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  5. Décret du 25 juillet 1986 PORTANT NOMINATION D'UN DIRECTEUR DE L'ECOLE NATIONALE DU GENIE RURAL,DES EAUX ET DES FORETS (lire en ligne).
  6. Arrêté du 7 juin 1995 portant délégation de signature (lire en ligne).
  7. « Les nouveaux maires tout frais sortis des urnes - Pedigree express des élus franciliens qui entrent pour la première fois à l'hôtel de ville. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « La droite bat tous les records », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Municipales: Girszonas défie Badré à Ville d'Avray », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Ville d’Avray : Aline de Marcillac « chef du village » », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Laurent Terrade, « Métropole du Grand Paris : "Nous avons tout à construire" : Patrick Ollier, député-maire (LR) de Rueil-Malmaison a été élu vendredi 22 janvier président de la Métropole du Grand Paris (MGP). Il devient ainsi le premier président de cette nouvelle collectivité née le 1er janvier 2016. Retour sur la mise en place et la gouvernance d'une entité aussi inédite que complexe avec ses douze "territoires" se substituant aux anciens EPCI. », Localtis Info,‎ (lire en ligne).
  12. « LES CANDIDATS », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Composition du nouveau bureau exécutif du Mouvement Démocrate », sur Mouvement Démocrate (consulté le ).
  14. « Le Bureau, L'Équipe », sur Centre-Ville en Mouvement - Association du renouveau du centre-ville (consulté le ).
  15. Décret du 15 novembre 2018 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]