Denis-Nicolas Foucault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foucault.
Denis-Nicolas Foucault
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Denis-Nicolas Foucault fut un administrateur colonial français de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né le à Québec, fils de François Foucault, garde-magasin puis écrivain et contrôleur de marine à Québec. Son père est aussi conseiller au conseil souverain et un habile négociant de la Nouvelle-France. Sa mère est Catherine Sabourin, fille d'un des marchands les plus actifs de la colonie[1].

Sa carrière commence sous les ordres de son père, on le remarque en 1738 comme employé sur les listes des bureaux de la marine à Québec[2]. Il est ensuite élève de la marine à Rochefort dans les années 1740, arsenal maritime situé à quelques kilomètres au sud du port de la Rochelle. Il participe à plusieurs campagnes maritimes sur la Gironde à l'Ile Royale en 1745, mais aussi sur huit autres navires. Cet officier de plume passe écrivain et enfin écrivain principal en 1757[3].

Il est envoyé en Louisiane en 1762, alors que l'opposition entre le gouverneur de la colonie, Louis Billouart comte de Kerlerec, et Vincent Gaspard Pierre de Rochemore, paralyse la colonie. Les deux s'accusent mutuellement des maux de la colonie et chaque officier est alors, plus ou moins, obligé de prendre un camp. Le ministre rappelle, devant les lettres des habitants et des marchands de la colonie, les deux hommes et commence une instruction extra-judiciaire menée par Dupont et quatre conseillers au Châtelet[4]. Il est nommé commissaire de marine sur proposition de Kerlerec qui écrit pourtant de lui "Il a de grandes difficultés malgré ses remarquables qualités pour tirer au clair la situation financière de la colonie. Il est incompétent devant la situation et je suis obligé malgré ma répugnance de le conseiller"[5]. Il devient par ordre du roi ordonnateur[6] la même année. Dès l'arrivée du commissaire d'Abbadie en 1763, venu de Rochefort, il laisse sa place d'ordonnateur mais reste en Louisiane en tant que contrôleur[7].

Il fut compromis dans la révolte des habitants contre les Espagnols en 1768, embastillé puis nommé à Pondichéry avant d'exercer la fonction d'intendant des îles de France et de Bourbon à Port-Louis entre 1776 et 1781[8].

Il mourut à Tours le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. voir www.biographi.ca et la fiche sur www.ourrots.ca par Pierre-Georges Roy
  2. Voir le site horizons Nouveaux permettant de visualiser en ligne, les archives coloniales de la série C11
  3. Voir les archives nationales, série MAR C2 55
  4. C13A 41, f°429, 1764
  5. C13A 43, f°63, 20 juin 1762
  6. C13A 43, f°5
  7. C13A 43, f°216 et 227
  8. « Le maréchal de Castries et la politique française dans l'océan Indien à la fin de l'Ancien régime », Jean Tarrade, Révolution française et océan Indien. Prémices, paroxysmes, héritages et déviances, Claude Wanquet et Benoît Jullien, 1996.