Demis Hassabis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Demis Hassabis
Description de cette image, également commentée ci-après
Demis Hassabis en 2014.
Naissance le (42 ans)
à Londres
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Diplôme
baccalauréat (A-levels), Double First (en) en informatique, Philosophiæ doctor dans le domaine des neurosciences cognitives
Profession
Vice President of Engineering de Google DeepMind
Activité principale
Autres activités
Joueur de haut niveau (échecs, shogi, poker, Diplomatie, etc.)
Formation
Distinctions
5 fois champion du monde Pentamind, 2 fois champion du monde Decamentathlon, FRSA, FREng, CBE, FRS, D.Sc. h.c.
Demis Hassabis (à gauche) avec Blaise Agüera y Arcas (en) en 2014 à Londres lors d’un congrès de Wired.

Dr Demis Hassabis, né le à Londres, est un neuroscientifique, développeur et concepteur britannique de jeux vidéo.

Il est reconnu pour ses talents de programmation d’intelligence artificielle mais aussi en tant que joueur de haut niveau dans de multiples disciplines.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Le père de Demis Hassabis est d’ascendance chypriote grecque et sa mère est sino-singapourienne. Demis Hassabis a toujours vécu à Londres dans les quartiers de North London où il réside encore en janvier 2014[1],[2].

Jeune prodige des échecs[modifier | modifier le code]

Demis Hassabis est un jeune prodige des échecs, noté 2 300 au classement Elo à 13 ans (en janvier 1990). Il est alors parmi les meilleurs mondiaux de sa catégorie d’âge (moins de 14 ans) derrière Judit Polgár[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Demis Hassabis a eu son baccalauréat (A-levels) à 16 ans. Il a terminé ses études en 1997 au Queens’ College de Cambridge avec un Double First (en) en informatique[4].

En 2009, il obtient, après une formation à l’University College de Londres supervisée par Eleanor Maguire (en), un titre de Philosophiæ doctor dans le domaine des neurosciences cognitives. Il y a alors étudié le cerveau humain pour trouver de nouvelles inspirations pour la programmation d’intelligence artificielle.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

À peine seize ans, alors encore étudiant, il travaille avec Peter Molyneux au studio de production de jeux vidéo Bullfrog Productions, notamment sur Syndicate (1993), puis sur Theme Park (1994)[5].

En 1998, à Londres, à sa sortie de Cambridge, Hassabis fonde Elixir Studios, un studio de développement maintenant fermé. À la tête d’un groupe de 60 employés, il a signé des accords de production avec Vivendi Universal et Microsoft et a été le concepteur exécutif de Republic: The Revolution et Evil Genius.

En 2010, il fonde DeepMind Technologies Ltd. avec Mustafa Suleyman et Shane Legg. Cette entreprise est spécialisée dans l’intelligence artificielle. En janvier 2014, DeepMind Technologies est vendu environ 400 000 000 £[6] à Google[7] et est renommé Google DeepMind. Après la vente, Hassabis travaille encore au sein de cette nouvelle entité de Google comme Vice President of Engineering.

En 2015, plusieurs années de recherche d’un projet mené par Hassabis[8] aboutissent à AlphaGo, programme informatique de Google DeepMind jouant au go. Celui-ci est la première intelligence artificielle à battre un joueur professionnel dans un match (5 à 0)[9]. Peu de temps après, le 9 mars 2016 à Séoul, ce même programme réalise l’exploit de battre Lee Se-dol, souvent considéré comme le meilleur joueur au monde, dans la première partie d’un match[9],[10] remporté finalement 4 à 1 par AlphaGo. En 2017, un nouveau logiciel AlphaGo Zero obtient encore de meilleurs résultats. Puis, plus tard dans l’année, en décembre 2017, AlphaZero, programmé pour développer des stratégies sans aucune information extérieure, en jouant contre lui-même, se voit enseigner les règles des échecs et du shogi et bat respectivement Stockfish (28 victoires, 72 nulles et 0 défaites sur un match de 100 parties) et Elmo (en) (90 victoires, 2 nulles et 8 défaites également sur 100 parties) pourtant considérés tous deux comme les meilleurs programmes au monde d’échecs et de shogi (et nettement meilleurs à ces jeux que les meilleurs humains)[11].

En décembre 2018, DeepMind dévoile AlphaFold, un outil de prédiction de la structure des protéines. « C’est notre premier investissement majeur en termes de ressources, financières et humaines, pour un problème scientifique, fondamental, très important et ancré dans la réalité » selon Hassabis[12]. AlphaFold remporte le même mois le 13e CASP (Critical Assessment of protein Structure Prediction (en)), un concours international biannuel créé en 1994 sur ce problème fondamental de biologie moléculaire. Une avancée dans ce domaine permettrait de mieux comprendre le vivant et ainsi ouvrirait la porte à des avancées médicales[13].

Joueur de haut niveau[modifier | modifier le code]

Après s’être essayé avec succès aux échecs dans sa jeunesse, Demis Hassabis s’est essayé à de nombreux autres jeux. Ainsi, il est également joueur de haut niveau au shogi, au poker (où il a participé à plusieurs reprises aux World Series of Poker)[14] et à Diplomatie.

À Diplomatie, ses meilleurs résultats en compétition sont une troisième place au championnat d’Europe de 2004 et la même année une victoire par équipes à la ManorCon (qui était cette année-là le classement sanctionnant le trophée par équipes du championnat du monde). Il a également participé cinq fois au championnat du monde : 68e en 1994, 21e en 2001, 6e en 2004, 4e en 2006 et 45e en 2017[15].

Lors des Mind Sports Olympiad (en), Demis Hassabis a été à cinq reprises champion du monde Pentamind (1998, 1999, 2000, 2001 et 2003)[16] et deux fois champion du monde Decamentathlon (2003 et 2004)[17],[18].

Dario De Toffoli (en), lui-même champion du monde Pentamind en 2002 et 2012, a appelé Demis Hassabis le « Génie des jeux » ((it) « genio dei giochi »)[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, Science place des travaux de Demis Hassabis sur la connexion entre mémoire et imagination dans le top 10 (en neuvième position) des percées scientifiques de l’année[20]. En 2009, il est élu Fellow of the Royal Society of Arts (FRSA) pour son travail de game designer. En 2013, il fait partie des cinquante noms de la Smart List de Wired, cinquante des plus brillants esprits du monde devant désigner chacun un nom d’un talent émergeant qui façonnera l’avenir, Hassabis étant choisi par Peter Molyneux[21]. En octobre 2014, en tant que fondateur de DeepMind Technologies vendu quelques mois plus tôt à Google, l’Evening Standard de Londres place Demis Hassabis comme le troisième Londonien ayant le plus de pouvoir derrière George Osborne (alors chancelier de l’Échiquier) et Boris Johnson (maire de Londres)[22]. En novembre 2014, pour ses travaux novateurs autour de l’intelligence artificielle et des neurosciences, il reçoit le prix Mullard (en) de la Royal Society, ce prix récompense « les personnes dont le travail a le potentiel d’apporter une contribution à la prospérité nationale » et n’avait plus été attribué depuis cinq ans[23]. En 2015, il est listé en septième position (et comme premier Britannique) dans la liste du Financial Times du top 50 des entrepreneurs dans les nouvelles technologies en Europe[24]. En 2016, il reçoit la médaille d’argent de la Royal Academy of Engineering. En décembre de la même année, Science cite de nouveau des travaux de Demis Hassabis (AlphaGo) dans les percées scientifiques de l’année[25] (cette liste, contrairement à celle de 2007, ne comporte que neuf travaux et n’est pas ordonnée). En 2017, Demis Hassabis est placé parmi les cent personnes les influentes au monde par le magazine américain Time, cette liste n’est pas ordonnée si ce n’est par catégorie, Demis Hassabis est classé dans les « Pionniers » (« Pioneers »)[26]. En 2017, il est élu Fellow of the Royal Academy of Engineering (FREng)[27] et reçoit un Golden Plate Award dans le domaine Business décerné par l’American Academy of Achievement[28]. Le 1er janvier 2018, il est promu commandeur de l’ordre de l’Empire britannique (CBE) pour « service à la science et à la technologie »[29]. En mai 2018, il est élu Fellow of the Royal Society (FRS)[30] et il reçoit le titre de docteur ès sciences honoris causa (Honorary Degree of Doctor of Science) de l’Imperial College London en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle dans le domaine de l’intelligence artificielle[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Je suis un gars de North London, j’y suis né et y ai grandi… Aucune raison d’en partir » (« I’m a north London boy, born and bred… There’s no reason to move. ») : (en)« Exclusive interview: meet Demis Hassabis, London's megamind who just sold his company to Google for £400m », Evening Standard, 31 janvier 2014. Consulté le 25 août 2015.
  2. (en) « Lunch with the FT: Demis Hassabis », Financial Times, 30 janvier 2015. Consulté le 25 août 2015.
  3. (en) Demis Hassabis: 15 facts about the DeepMind Technologies founder, sur The Guardian, le 28 janvier 2014.
  4. (en) Part Three - Demis Hassabis.
  5. « Demis Hassabis, le maître du jeu de Google » dans Les Échos du 9 mars 2016.
  6. À titre de comparaison : soit à peu près 500 000 000  ou 650 000 000 $.
  7. (en) « Google buys UK artificial intelligence startup Deepmind for £400m » dans The Guardian, article de Samuel Gibbs du 27 janvier 2014.
  8. Dans l’émission de radio Le téléphone sonne du 15 mars 2016 sur France Inter, la victoire contre Lee Se-dol est présentée comme la victoire de Demis Hassabis.
  9. a et b Avec des parties sans handicap et sur un goban 19×19.
  10. « Jeu de go : machine 1-humain 0 » dans Liberation.fr, article d’Eva John du 9 mars 2016.
  11. (en) « Google's 'superhuman' DeepMind AI claims chess crown », article du 6 décembre 2017 sur le site de la BBC.
  12. « Après les échecs et StarCraft, l’IA de Google s’attaque à l’un des plus grands mystères de la science » sur Numerama le 9 décembre 2018.
  13. « DeepMind, l’IA de Google, est championne en biologie moléculaire » dans Le Figaro le 11 décembre 2018.
  14. (en) Page biographique sur son site personnel.
  15. Fiche de Demis Hassabis dans The World Diplomacy Database.
  16. Le Pentamind est un pentathlon de jeux de société, les cinq jeux disputés sont variables d’une année sur l’autre.
  17. Le Decamentathlon est un décathlon de jeux de société et de tests, les dix épreuves sont fixes : bridge, échecs, dames, go, Mastermind, Reversi, compétences de mémorisation, tests de créativité, tests d’intelligence, calcul mental.
  18. (en) « Cerebral athletes play mind games » dans The Guardian, article de David Ward du 22 août 2005.
  19. (it) « Google & Deepmind: dietro c’è il genio dei giochi Hassabis »,
  20. (en) Science, 21 décembre 2007 : Vol. 318, Issue 5858, p. 1844-1849.
  21. (en) « The Wired Smart List 2013 », Wired UK (consulté le 31 juillet 2015)
  22. (en) « Leading the way: Top 20 Londoners in The 1000 power list », article du 16 octobre 2014.
  23. (en) Communiqué de presse de la Royal Society pour le prix Mullard en 2014.
  24. (en) FT Top 50, 19 juin 2015.
  25. (en) Science, 22 décembre 2016 : « From AI to protein folding: Our Breakthrough runners-up ».
  26. « TIME 100: The Most Influential People of 2017 » sur time.com, consulté le 21 avril 2017.
  27. (en) « New Fellows 2017: Dr Demis Hassabis FREng. Co-founder and Chief Executive Officer, DeepMind; Vice President of Engineering, Google ».
  28. (en) « 2017 Summit ».
  29. (en) « New Year Honours 2018: AI chief Demis Hassabis made CBE ».
  30. (en) « Distinguished scientists elected as Fellows and Foreign Members of the Royal Society ».
  31. (en) « “Use good judgment” President Alice Gast urges graduates ».

Liens externes[modifier | modifier le code]