Delphine Renard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Delphine Renard
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit
Directeur de thèse

Delphine Renard est une psychanalyste française née le , qui fut la victime d'un attentat durant la guerre d'Algérie, commis par l'Organisation armée secrète (OAS) le visant André Malraux à son domicile de Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1962, André Malraux habite les étages d'une maison dont les propriétaires demeurent au rez-de-chaussée[1]. Âgée de quatre ans et demi, leur fille jouait dans sa chambre quand une charge de plastic destinée à Malraux, explose devant les fenêtres de la chambre de l'enfant, ensanglantant son visage, et criblant ses yeux d'éclats de verre[2]. Delphine perdra définitivement l'usage d'un œil, puis en 1988 son état s'aggravant, deviendra aveugle.

Sa photographie légendée « ce visage mutilé accuse l’OAS » fait la une de Paris Match et discrédite gravement l'OAS.

Elle devient psychanalyste et publie en 2013 le récit de cet attentat dans un livre intitulé Tu choisiras la vie.

Elle soutient en 2011 une thèse de psychologie, intitulée Judaïsme et psychanalyse : Les « discours » de Lacan, à l'université Paris 7, sous la direction d'Alain Vanier, qu'elle publie l'année suivante aux éditions de Cerf[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Judaïsme et psychanalyse : les « discours » de Lacan, Paris, Le Cerf, 2012, 367 p. (ISBN 978-2-204-09696-6).
  • Tu choisiras la vie, Paris, Grasset, 2013, 336 p. (ISBN 978-2-246-80370-6).
  • La Grande Maison de brique rose : la mémoire blessée dans l'attentat de l'OAS contre André Malraux, Tirésias, 2014.
  • Après Micheline : lettre à ma mère morte, Lyon, Éditions Baudelaire, 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]