Delphine Borione-Pratesi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Delphine Borione-Pratesi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadrice pour les droits de l'Homme, chargée de la dimension internationale de la Shoah, des spoliations et du devoir de mémoire (d)
depuis
Ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de la FAO, du PAM et du FIDA
-
Serge Tomasi (d)
Céline Jurgensen (d)
Secrétaire générale adjointe
Union pour la Méditerranée
-
Présidente du conseil d'administration
Instituts culturels nationaux de l'Union européenne
-
Ambassadrice de France au Kosovo
Ambassade de France au Kosovo
-
Jean-François Fitou (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Delphine BorioneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activité
Conjoint
Ludovico Pratesi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Delphine Borione, née à Paris le (60 ans), est une diplomate française, ancienne élève de l'École nationale d'administration (promotion "Michel de Montaigne", 1988). Ministre plénipotentiaire depuis 2019, elle est ambassadrice représentante permanente de la France auprès des organisations des Nations unies à Rome de 2017 à 2020 et depuis ambassadrice thématique chargée des droits de l'homme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée de Sciences Po Paris (1982), titulaire d'un diplôme d'études approfondies (1983) en histoire des relations internationales (Paris IV) et d'une licence (1985) en droit des affaires (Paris I), elle a notamment été en poste en Italie (de 1993 à 1999 détachée au Programme alimentaire mondial des Nations unies, puis de 2003 à 2006 à l'Ambassade de France à Rome comme conseillère culturelle) et au Kosovo (en 1999 : comme conseillère du représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, Bernard Kouchner, auprès de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), puis comme responsable du poste diplomatique français : bureau de liaison devenu ambassade après la reconnaissance de l'indépendance du pays par la France) à Pristina de 2007 à 2009[1]. Elle a également été conseillère technique à l'Élysée sous la présidence de Jacques Chirac (2002-2003, 2006-2007) chargée notamment des réunions G7/G8.

Elle s'intéresse particulièrement à l'art contemporain et est fondatrice, avec son mari Ludovico Pratesi, de l'association culturelle romaine "Futuro".

Elle est nommée par Bernard Kouchner le directrice de la coopération culturelle et du français à la direction générale de la mondialisation du ministère des affaires étrangères et européennes[2].

À ce titre elle assure en 2012-2013 la présidence du réseau des Instituts culturels nationaux de l'Union européenne (EUNIC)[3].

Le décret du lui confie également « la terminologie et la néologie du ministère des affaires étrangères » qui relevaient auparavant du service des affaires francophones[4].

La direction de la coopération culturelle et du français est supprimée le . Elle assure alors le secrétariat général de la concertation sur l'avenir de l'enseignement français à l'étranger, tout en conservant la présidence du réseau EUNIC.

Elle est ensuite nommée en au secrétariat général de l'Union pour la Méditerranée[5], avec le titre de secrétaire générale adjointe pour les affaires sociales et civiles[6].

De 2017 à 2020, elle est ambassadrice représentante permanente auprès de la FAO, du PAM et du FIDA (Rome)[7].

Le , elle est nommée en Conseil des ministres ambassadrice pour les droits de l’homme, chargée de la dimension internationale de la Shoah, des spoliations et du devoir de mémoire[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]