Dell Hymes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dell Hymes
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
anthropologue, linguiste, professeur d'université, sociologueVoir et modifier les données sur Wikidata
A travaillé pour
Palmarès
Distinction

Dell Hathaway Hymes (, Portland, Oregon - , Charlottesville, Virginie) est un sociolinguiste, anthropologue et folkloriste dont le travail porte essentiellement sur les langues amérindiennes du Nord-Ouest Pacifique. Il a mis en place le modèle SPEAKING.

Le modèle SPEAKING[modifier | modifier le code]

En sociolinguistique, le modèle SPEAKING est un modèle mnémotechnique développé par Dell Hymes. Il s’agit d’un outil contribuant à identifier et catégoriser les composantes d’une interaction linguistique. Cet outil a été créé par Hymes qui pensait que pour parler convenablement une langue, il fallait non seulement en maîtriser le vocabulaire et la grammaire, mais aussi connaître le contexte d’emploi de chaque mots. Pour que sa pensée soit plus facilement mise en œuvre, Hymes l’a structurée en construisant l’acronyme S-P-E-A-K-I-N-G (pour setting and scene, participants, ends, acts sequence, key, instrumentalities, norms, & genre ou, comme il l’a proposé lui-même en français, P-A-R-L-A-N-T pour participants, actes, raison (résultats), localisation, agents, normes, ton) dans lequel il a regroupé les seize composantes qu’il avait identifiées en huit sections[1].

Le modèle contient seize composantes qui peuvent permettre d’analyser bon nombre d’éléments d’un discours : la forme du message, son contenu, le cadre et le moment de l’énonciation, l’émetteur, le récepteur, le destinataire, les buts, les finalités, le ton, les canaux, la forme discursive, les normes d’interaction, les normes d’interprétation et les genres de discours[2].

Sections[modifier | modifier le code]

"Setting et Scene"[modifier | modifier le code]

"Setting refers to the time and place of a speech act and, in general, to the physical circumstances" (Setting (lieu et moment) renvoie au cadre et au moment de l’énonciation du discours, et de manière plus générale, aux circonstances physiques[3].) Le salon d’une maison peut faire office de cadre pour raconter une histoire. Scene renvoie au "psychological setting" (contexte psychologique) ou à la "cultural definition" (définition culturelle) d’une scène, avec des caractéristiques telles que le degré de formalité, les variations entre sérieux et plaisanterie[4]. L’histoire peut être contée en famille, à l’occasion de l’anniversaire des grands-parents. La famille sera alors tantôt joyeuse et taquine, tantôt sérieuse et solennelle.

Participants[modifier | modifier le code]

Interlocuteurs et personnes présentes ne prenant pas la parole. Les linguistes distinguent ainsi les destinataires et les autres récepteurs du message[5]. Au cours du repas de famille, une tante peut raconter une histoire aux jeunes filles présentes, mais les garçons, bien qu’on ne leur adresse pas la parole, peuvent entendre cette histoire.

"Ends"[modifier | modifier le code]

Objectifs, tant au niveau des intentions que des résultats[6]. Une tante peut raconter une histoire sur la grand-mère dans le but de divertir l’ensemble des convives, apprendre une leçon aux jeunes femmes et célébrer la grand-mère.

"Act Sequence"[modifier | modifier le code]

Constitue l’ordre chronologique de l’événement. L’histoire racontée par la tante peut ainsi surgir en réponse à un toast porté en l’honneur de la grand-mère. L’histoire, son déroulement et son développement sont le fait de la tante. Il peut y avoir des interruptions de part et d’autre au cours de la narration. Enfin, le groupe est susceptible d’applaudir à la fin de l’histoire et se tourner ensuite vers un autre sujet ou une autre activité.

"Key"[modifier | modifier le code]

Aspects pouvant établir le ton, la manière ou l’état d’esprit ("tone, manner, or spirit") de la prise de parole[7]. Pour taquiner la grand-mère, la tante est susceptible d’imiter la voix ou les mimiques de celle-ci, ou employer un ton sérieux afin de mettre l’accent sur la sincérité ou souligner l’admiration que l’histoire contée suscite.

"Instrumentalities"[modifier | modifier le code]

Formes et registres de discours[8]. La tante est susceptible de raconter son histoire dans un registre familier, avec de nombreuses variations dialectiques, ou d’employer un registre plus formel et des formes grammaticales soignées et conformes aux règles.

"Norms"[modifier | modifier le code]

Règles sociales régissant l’événement et les comportements des participants. Si la tante raconte une histoire légère, les règles permettront probablement plus d’interruptions et d’ajouts de part et d’autre, ou des interruptions réservées aux femmes plus âgées du groupe. Une histoire plus sérieuse laissera certainement moins de place aux interruptions.

Genre[modifier | modifier le code]

Type de discours, ou pour l’exemple employé ici, type d’histoire. La tante peut ainsi raconter une histoire sur la personnalité de la grand-mère, ou un exemplum pour donner en exemple un comportement. On retrouve des termes différents pour catégoriser les types de discours selon les disciplines d’étude. De même, les communautés linguistiques ont parfois des termes propres pour décrire ces types de discours[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. NB : ces sections ne sont pas classées par ordre d’importance, mais seulement à des fins mnémotechniques
  2. Hymes (1974), p. 53-62.
  3. Hymes (1974), p. 55.
  4. Hymes (1974), p. 55-56.
  5. Hymes (1974), p. 54 and 56.
  6. Hymes (1974), p. 56-57.
  7. Hymes (1974), p. 57.
  8. Hymes (1974), p. 58-60.
  9. Afin de ne pas être accusé de créer un moyen mnémotechnique « ethnocentré » sur l’anglais, et donc une théorie « ethnocentrée » sur l’anglais, Hymes a indiqué qu’il aurait pu créer un moyen mnémotechnique similaire en français avec P-A-R-L-A-N-T pour participants, actes, raison (résultats), localisation, agents, normes, ton (1974, p. 62).