Delaunay-Belleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaunay.
Delaunay-Belleville
Création 1904
Disparition 1950
Fondateurs Pierre et Robert Delaunay Belleville
Siège social Drapeau de France Saint-Denis (France)
Produits Automobile
Une Delaunay-Belleville de 1908

Delaunay-Belleville était une marque française d'automobiles de luxe créée en 1904 par deux frères, Pierre et Robert Delaunay Belleville.

Delaunay-Belleville Type 06 8L de 1913
Delaunay-Belleville Type 06 8L de 1913
La planche de bord d'une Delaunay-Belleville Type 06 8L de 1913

Le projet de cette ancienne entreprise de chaudronnerie située à Saint-Denis, était de construire des véhicules très haut de gamme.

Le premier type H-4 était une limousine à moteur de 3,6 litres, à six cylindres. La production se diversifia par la motorisation, tout en restant dans la catégorie haute. Le radiateur rond des Delaunay-Belleville les caractérisait parfaitement. Elles étaient alors considérées comme la marque automobile la plus prestigieuse. L'absence de vibration du moteur (dont les différents versions sont conçues par l'ingénieur Marius Barbarou entre 1904 et 1914) les rendait particulièrement silencieuses pour l'époque.

Delaunay-Belleville était la marque préférée du tsar Nicolas II de Russie. L'anarchiste Jules Bonnot réalisa en 1911, avec des complices, son premier braquage de banque au volant d'une Delaunay-Belleville.

Les Établissements Delaunay-Belleville à Saint-Denis

Ces véhicules étaient souvent carrossés selon la demande des clients par des carrossiers qui devinrent plus tard célèbres comme D'Ieteren, Labourdette et Mühlbacher.

Pendant la Première Guerre mondiale, Delaunay-Belleville produit des chars Renault FT.

Après 1919, tout en conservant un type de motorisation identique, la ligne fut modernisée. Parallèlement fut lancée en 1922 la 12-CV P-4-B à quatre cylindres, qui se rapprochait du haut de gamme du constructeur Renault.

En 1931, pour se démarquer de la production mondiale ordinaire, furent lancés deux grands châssis, à moteur Continental de 4 et 4,5 litres. Les dernières voitures Delaunay-Belleville de série furent une réplique de la Mercedes-Benz 13-CV 230: cette RI-6 possédait quatre roues à suspensions indépendantes, et fut produite jusqu'en 1948, date à laquelle l'usine fut cédée à De Rovin pour la construction de ses voiturettes.

Voiture de la Bande à Bonnot[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qui a été popularisé par la chanson de Joe Dassin (où les paroles évoquent une De Dion - Bouton, marque disparue mais encore synonyme de voiture ancienne pour les auditeurs des années 70 ) , la plupart des voitures utilisées par la Bande à Bonot (notamment le célèbre braquage de la Société Générale qui inaugura la méthode de la fuite en auto des bandits) étaient des Delaunay Belleville, à l'époque une référence inégalée en matière de performances et de fiabilité.

Jules Bonnot, ancien chauffeur de Maître, connaissait bien et appréciait ce type de voitures

Références

  • La Delaunay-Belleville (1904-1947), un fleuron de l'automobile, Pierre-Henri, Philippe et François Richer, Les Éditions Page de Garde, Elbeuf.


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :