Deep Green Resistance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deep Green Resistance (DGR) est une organisation écologique fondée par Derrick Jensen, Lierre Keith (en) et Aric McBay en 2011 et pronant des formes d'actions radicales.

Présupposés[modifier | modifier le code]

Les buts de cette organisation sont la restauration des écosystèmes et le démantèlement de la civilisation industrielle[1].

En ce sens, DGR se différencie et émet une vive critique des organisations écologistes traditionnelles[2],[3]. Pour DGR, les organisations écologiques traditionnelles font usage de stratégies qui ne sont pas suffisantes pour mettre fin à la destruction globalisée des écosystèmes[4],[5].

Modes d'action[modifier | modifier le code]

La perspective Deep Green soutient que la culture dominante, un terme qui englobe toutes les cultures de la civilisation mondialisée, ne subira pas de transformation volontaire vers des modes de vie durable. Cela inclut le rejet d'un éventuel succès d'un changement lent et progressif vers la durabilité. Les membres du mouvement Deep Green croient que la civilisation industrielle s'effondrera inévitablement. Cette idée repose sur des exemples historiques de l'effondrement de grandes civilisations telles que Rome ou la civilisation maya[6], ainsi que sur des statistiques relatives à la non-durabilité du système actuel[7]. DGR affirme que les êtres humains doivent agir de manière décisive avant l'effondrement afin de garantir une Terre qui reste habitable pour tous les organismes et agir pour construire une société structurée de manière plus durable après l'effondrement. Deep Green Resistance soutient un mouvement de résistance actif dans le but d'accélérer l'effondrement de la civilisation industrielle.

Dans la théorie Deep Green, les changements de mode de vie ou personnels ne sont pas considérés comme des méthodes suffisantes pour créer un changement significatif[8]. Le mouvement environnemental traditionnel est perçu comme étant distrait par son accent mis sur les changements de style de vie individuels et les solutions technologiques au lieu de se confronter aux systèmes de pouvoir et de demander des comptes aux individus, aux industries et aux institutions. Les fondateurs du mouvement Deep Green estiment que les solutions technologiques, aussi bien intentionnées soient-elles, ne sont pas satisfaisantes et pourraient même conduire à une destruction écologique accélérée. Les partisans de la résistance encouragent les stratégies comportant des tactiques allant de la violence (non pas sur des personnes mais sur du matériel) à la non violence[9]. La stratégie décrite par Jensen, McBay et Keith est principalement axée sur le sabotage d’infrastructures, tel que le démantèlement d’un barrage, plutôt que sur toute forme de violence personnelle. Ce mouvement et l'auteur du livre Comment la non-violence protège l'État, Peter Gelderloos, ont été critiqués par Vincent Cheynet dans la revue La Décroissance pour leur discours prônant l'utilisation de la force dans les mouvements sociaux[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Outre la littérature anglo-saxonne davantage étoffée, sont parus en langue française plusieurs ouvrages proches de la théorie de DGR :

  • Vandana Shiva, Derrick Jensen, Stephanie McMillan, Lierre Keith et Aric McBay, Murray Bookchin, Chris Hedges, Armand Farrachi, Josh Headley (textes et discours de). Écologie en résistance : Stratégies pour une Terre en péril, vol. 1 et vol.2, éditions Libre, 2016.
  • Derrick Jensen, Zoos : Le cauchemar de la vie en captivité, éditions Libre, 2016.
  • Peter Gelderloos, Comment la non-violence protège l’État : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, éditions Libre, 2018.
  • Derrick Jensen, Lierre Keith et Aric McBay. Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète, éditions Libre, 2018.
  • Daniel Quinn, Ishmael, éditions Libre, 2018.
  • Earth First! Manuel d’action directe, éditions Libre, 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Derrick Jensen, Lierre Keith et Aric McBay, Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète, Éditions Libre, , 350 p. (lire en ligne)
  2. Nicolas Casaux, « L'écologie du spectacle et ses illusions vertes (espoir, « progrès » & énergies « renouvelables ») », Le Partage,‎
  3. Nicolas Casaux, « 350.org et les énergies "renouvelables" : le greenwashing de la colonisation », Le Partage,‎
  4. George Monbiot, « La consom'action, un moyen pour les puissants d'égarer la résistance », Le Partage,‎
  5. a et b « Deep Green Resistance, ne nous trompons pas d’ennemi », http://biosphere.blog.lemonde.fr,‎ 2018 ` (lire en ligne)
  6. Jared Diamond, Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Folio, .
  7. Pablo Servigne, Raphaël Stevens, Comment tout peut s'effondrer : Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations, Seuil, , 304 p..
  8. Derrick Jensen, Lierre Keith et Aric McBay, Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète, Éditions Libre, , 350 p..
  9. Peter Gelderloos, Comment la non-violence protège l’État : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, Éditions Libre, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]