Deccani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Deccani
Poney Deccan dessiné par John Lockwood Kipling, 1891
Poney Deccan dessiné par John Lockwood Kipling, 1891
Région d’origine
Région Drapeau de l'Inde Inde
Région d'élevage District de Pune
Caractéristiques
Morphologie Poney ou cheval de selle
Taille 1,22 m à 1,37 m en général, jusqu'à 1,44 m
Robe Généralement baie, bai-brune ou alezane
Tête Front large
Statut FAO (conservation) CritiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autre
Utilisation Bât et selle

Le Deccani, ou Bhimthadi, est une race de poneys ou de petits chevaux de selle originaire de la vallée de la rivière Bhima, dans le district de Pune, en Inde. La race a vraisemblablement été sélectionnée par les Marathes à partir de la fin du XVIIIe siècle, à l'aide de croisements avec des chevaux arabes, persans et turcs. Elle gagne une excellente réputation chez les Britanniques au siècle suivant, lesquels en encouragent financièrement l'élevage et la réquisitionnent abondamment pour remonter leur armée. Ces ponctions ont affaibli la race, qui est considérée comme en voie de disparition au début du XXe siècle. Le Deccani est décrit comme un petit cheval de robe unie, proche de l'Arabe, particulièrement résistant, frugal et endurant. Il est pratiquement éteint de nos jours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rue de Bombay en 1890, avec des charrettes à bœufs et à poneys.

Le Deccani est également connu sous le nom de « Bhimthadi »[1],[2],[3] ou de « race du Deccan » (Deccan breed, en anglais[4]). Il tient son nom du vaste plateau du Deccan, en Inde[2]. La présence de chevaux dans la région est probable dès les IIe et Ier siècles, puisque des peintures rupestres ont été retrouvées dans les grottes d'Ajantâ[5]. Marco Polo mentionne un important commerce de chevaux débarqués dans les ports du Deccan[6]. En effet, les lourds chevaux de guerre recherchés par les Moghols et les sultans du Deccan ont toujours été importés[7], en particulier depuis l'Iran[8].

Il semble que les Marathes se soient mis à élever une race spécifique dès la fin du XVIIIe siècle[9]. Le guerrier et Maharajah Marathe Yashwantrao Holkar (1776-1811) est réputé pour avoir toujours monté en bataille une jument du nom de Mahua, de race Bhimthadi, dont il disait qu'elle portait son royaume sur sa selle[10]. D'après la tradition orale locale, au début du XIXe siècle, la race est croisée avec 500 chevaux et juments arabes, obtenus par les Nizam et nobles d'Hyderabad directement en Arabie[11]. Sous le nom de « Bhimtadi », la race est décrite en des termes très valorisants dans les sources britanniques[10]. Elle reçoit également l'influence d'étalons persans et turcs[10]. Les meilleurs sujets sont réputés provenir de Bhima et Uira[10].

Dans la description qu'il fait de l'économie de l'Inde à la fin du XIXe siècle, Sir George Watt est très impressionné par cette race, qu'il estime être l'une des meilleures de l'Inde[12]. Il signale que les meilleurs poneys sont nommés « Dhangar » ou « Khilári ». Les habitants les considèrent comme une race distincte, mais Watt estime que cette distinction provient d'une différence dans les pratiques d'élevage, les éleveurs Dhangar (en) ayant l'habitude de castrer leurs animaux[12]. Ces derniers élèvent des groupes de 20 à 30 poneys[4]. Le district de Pune a longtemps été fameux pour son élevage équin, la plupart des agriculteurs possédant une ou deux juments[4].

Les Britanniques poussent les habitants de la région de Bombay à pratiquer l'élevage de chevaux[13]. Dans le but de restaurer les anciennes caractéristiques qui leur sont utiles chez la race, ils investissent à partir de 1827 environ 100 000 £ dans un haras à Alegaon Paga, pendant quinze ans, avant d'abandonner l'expérience en 1842[14],[4]. Les famines et les différentes réquisitions britanniques qui ont touché la région au XIXe siècle ont anéanti le cheptel des Marathes[15]. En 1850, la race dite Deccan du sud a complètement disparu[16]. En 1898, les Britanniques ne trouvent plus ces poneys pour leurs régiments et doivent les remplacer par des mules, car la race a été décimée pendant la seconde campagne d'Afghanistan, les réquisitions ayant même touché les poulinières[17]. En 1907, d'après Sir Humphrey Francis De Trafford, la race Deccani vit de « mauvais jours »[18].

Description[modifier | modifier le code]

La FAO classe la race parmi les poneys[1], mais différentes sources font une distinction entre deux types, un cheval de selle et un poney. Le type cheval de selle est un animal de taille moyenne, dépassant rarement 14,2 mains (1,44 m). Réputé élégant, il possède un front large, des membres fins, et porte généralement une robe baie foncée. Il est apparenté à l'Arabe, du moins pour ce qui est de son endurance et de son caractère[12],[18], avec une qualité de pieds et de jointures réputée meilleure[19].

Le Deccani de type poney est un animal trapu et robuste, aux jambes courtes, dont la taille varie de 12 à 13,5 mains, ou un peu plus (soit 1,22 m à 1,37 m[12]), jusqu'à 14 mains, (soit 1,42 m) pour les meilleurs spécimens. La robe est généralement baie, bai-brune ou alezane, plus rarement grise, et encore plus rarement porteuse du gène dun[12]. Ce poney est très réputé également, puisqu'il est jugé aussi bon qu'un cheval arabe de premier ordre[20],[11],[18]. Il est connu pour être capable de « se nourrir de tout »[21], pour travailler par tous les climats, et pour être capable de parcourir 60 miles par jour[11].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le Deccani était réputé autrefois être « le gentleman des paysans »[18]. Le type poney était destiné principalement au transport du courrier[12] ou de tout type de charge[4]. La cavalerie de l'Inde a fait un usage important de cette race, réputée meilleure pour le transport de marchandises que le mulet[17]. Le 9th Royal Deccan Horse est le régiment de cavalerie le plus titré de l'Inde ; il a inspiré une marque d’allumettes qui a créé une série pour honorer les chevaux qui ont servi dans ce régiment[22].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Répartition des différentes races de chevaux élevées en Inde.

La race est originaire de la vallée de la rivière Bhima dans le district de Pune[2], d'où son autre nom de Bhimthadi[23]. Le Deccani est devenu extrêmement rare : en 1988, d'après le comptage transmis à la FAO, il en restait moins de 100 représentants[1]. Il a été ajouté tardivement à la liste des races de chevaux indigènes de l'Inde par la FAO, vers 1999, avec le Chummarti et le Sikang[24], deux autres races en voie d'extinction[25]. CAB International (2002)[26] ainsi que d'autres sources (2004)[23] considèrent la race comme étant « pratiquement éteinte ». Son niveau de menace est toujours considéré comme « en danger critique d'extinction » par la FAO en 2007[27], de même que par l'étude de l'université d'Uppsala menée pour la FAO en 2010, qui le liste comme une race asiatique locale en danger critique d'extinction[28]. En 2014, l'encyclopédie Delachaux et Niestlé souligne le manque d'informations au sujet de cette race, présumée « très rare »[3]. En 2016, CAB International le cite également comme « presque éteint »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Deccani/India », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS) (consulté le 24 novembre 2015).
  2. a b c et d Porter et al. 2016, p. 460.
  3. a et b Rousseau 2014, p. 331.
  4. a b c d et e (en) Gazetteer of the Bombay Presidency: Poona (3 pts.), vol. 18, Partie 1 de Gazetteer of the Bombay Presidency, Government Central Press, , p. 61-63.
  5. (en) H. Epstein, « The Chandella Horse of Khajuraho: with comments on the origin of early Indian horses », Zeitschrift für Tierzüchtung und Züchtungsbiologie, vol. 89, nos 1-4,‎ , p. 170–177 (ISSN 1439-0388, DOI 10.1111/j.1439-0388.1972.tb01394.x, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017)
  6. (en) Vaidehi Vasant Pujari, « Some Aspects of "Bazaar" in Early Medieval Deccan: Glimpses From Contemporary Marathi Literature », Proceedings of the Indian History Congress, vol. 62,‎ , p. 218–226 (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017).
  7. Eaton 2005, p. 190.
  8. (en) Mushirul Hasan, India partitioned: the other face of freedom, vol. 1, Lotus Collection, , 120 p. (ISBN 8174360123), p. 103.
  9. (en) Jos Gommans, « The Horse Trade in Eighteenth-Century South Asia », Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 37, no 3,‎ , p. 228–250 (DOI 10.2307/3632257, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017).
  10. a b c et d Porter et al. 2016, p. 461.
  11. a b et c Shakespear 1873, p. 126.
  12. a b c d e et f Watt 2014, p. 295.
  13. (en) Peter Robb, « Ali Imran: The Punjab under imperialism, 1885–1947. xii, 264 pp. Princeton, N.J. and Guildford, Surrey: Princeton University Press, 1988. £27.80. Guha Sumit: GUHA: The agrarian economy of the Bombay Deccan, 1818–1941. [xi], 218 pp., map. Delhi, etc.: Oxford University Press, 1985 [UK 1989].Rs. 160, £10.95. Roseberry J. Royal III: Imperial rule in Punjab, 1818-1881: the conquest and administration of Multan. [viii], 285 pp.Riverdale, MD: New Delhi: Riverdale Company; Manohar, 1987. », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol. 54, no 2,‎ , p. 402–403 (ISSN 1474-0699 et 0041-977X, DOI 10.1017/S0041977X0001524X, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017).
  14. The Sessional Papers Printed by Order of the House of Lords or Presented by Royal Command, in the Session 1852-3, (lire en ligne), p. 10.
  15. (en) Edward Thompson et G.T. Garratt, History of British Rule in India, vol. 2, Atlantic Publishers & Dist, , 698 p. (ISBN 8171568041 et 9788171568048), p. 519.
  16. (en) C. A. Bayly, « VI. Creating a Colonial Peasantry: India and Java c. 1820-1880 », Itinerario, vol. 11, no 1,‎ , p. 93–106 (ISSN 2041-2827 et 0165-1153, DOI 10.1017/S0165115300009402, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017).
  17. a et b (en) Gurcharn Singh Sandhu, The Indian Cavalry: History of the Indian Armoured Corps, vol. 1, Vision Books, , 473 p. (ISBN 8170940133 et 9788170940135), p. 142-144.
  18. a b c et d De Trafford 1907, p. 46-47.
  19. Shakespear 1873, p. 127.
  20. (en) Hamid Yar Jung Nawab, A Trip to Baghdad: With an Appendix on the Arab Horse, Bombay Gazette Press, , p. 59-60.
  21. (en) Black and White Budget, vol. 3, W.J.P. Monckton, , p. 274-275.
  22. (en) Warren Dotz, Light of India: A Conflagration of Indian Matchbox Art, Potter/TenSpeed/Harmony, , 144 p. (ISBN 160774614X et 9781607746140).
  23. a et b (en) Ramesh Chandra, Cities and towns of India, Commonwealth Publishers, , 456 p. (ISBN 8171698085 et 9788171698080), p. 174.
  24. (en) Sas Biswas, Indian biodiversity for the present millennium: global prospects and perspectives, Satish Serial, , 314 p. (ISBN 8189304097 et 9788189304096), p. 165.
  25. (en) Mritunjay Kumar, Pallav Shekhar, S.Haque et Dinesh Mahto, « Feline Babesiosis », Veterinary World, vol. 1, no 4,‎ , p. 120-121 (lire en ligne).
  26. Porter 2002, p. 176.
  27. (en) « Critical Breeds List 2007 », FAO (consulté en avril 2011).
  28. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 57 et 64.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [De Trafford 1907] (en) Sir Humphrey Francis De Trafford, « The East Indian Horse », dans The Horses of the British Empire, vol. 1, W. Southwood, , 286 p.
  • [Eaton 2005] (en) Richard M. Eaton, A Social History of the Deccan, 1300-1761: Eight Indian Lives, vol. 1, Cambridge University Press, , 221 p. (ISBN 0521254841 et 9780521254847)
  • [Porter 2002] (en) Valerie Porter, « Deccani », dans Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CABI, (ISBN 085199430X et 9780851994307)
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453, lire en ligne), « Deccani pony », p. 460-461. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Rousseau 2014] Élise Rousseau (ill. Yann Le Bris), Tous les chevaux du monde, Delachaux et Niestlé, , 544  p. (ISBN 2-603-01865-5), « Deccani », p. 331Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Shakespear 1873] (en) Captain Henry Shakespear, « The horse supply of India », The Calcutta Review, vol. 57,‎ (lire en ligne)
  • [Watt 2014] (en) George Watt, A Dictionary of the Economic Products of India, vol. 4, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Library Collection - Botany and Horticulture », , 652 p. (ISBN 1108068766 et 9781108068765, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) « Deccani/India », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 31 décembre 2017 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 31 décembre 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.