Deborah Coyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deborah Coyne
Deborah Coyne.jpg

Deborah Coyne (juin 2012).

Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Employeur
Parti politique

Deborah Margaret Ryland Coyne (née le 24 février 1955) est une avocate constitutionnaliste, professeure et auteure canadienne et personnalité du Parti libéral du Canada puis du Parti vert du Canada.

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Deborah Coyne est détentrice d'un baccalauréat en droit de l'Osgoode Hall Law School de l'Université York et d'une maîtrise en philosophie spécialisée en relations internationales de l'Université d'Oxford.

Elle travaille un temps au bureau du premier ministre John Turner, puis enseigne pendant 2 ans la constitutionnalisation du droit à l'University of Toronto Law School (en) de l'Université de Toronto. Elle travaillera également à la Business Council on National Issues (en) et à la Commission ontarienne des droits de la personne.

Jusqu'à l'élection fédérale canadienne de 2006, elle est membre de l'Immigration and Refugee Board of Canada[1]. Lors de l'élection, elle se présente comme candidate du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Toronto—Danforth. Elle y affronte le chef du Nouveau Parti démocratique Jack Layton. Coyne termine deuxième après Layton avec 17 256 voix (34,2 %).

En avril 2007, elle est à nouveau candidate contre Layton pour l'élection fédérale canadienne de 2008, mais abandonne la course en novembre de la même année[2],[3],[4],[5].

Le 18 janvier 2008, elle s'est présentée à la course à la succession de John Godfrey dans Don Valley-Ouest à la suite de l'annonce par ce dernier qu'il prendrait sa retraite en juillet. Le 25 février, elle s'est retirée de la course et a appuyé la candidature de Rob Oliphant (en)[6].

Le 27 juin 2012, Deborah Coyne a annoncé qu'elle se portait candidate à la Course au leadership du Parti libéral du Canada (2013) (en)[7],[8]. Elle y affronte notamment le demi-frère de sa fille, Justin Trudeau, qui remporte très largement l'élection avec 80,1% des suffrages, quand elle n'obtient que l'avant-dernière place avec 0.81% (833 voix)[9].

En février 2015 elle devient conseillère principale en matière de politiques auprès d'Elizabeth May, cheffe du Parti vert du Canada[10]. Début août 2015 elle annonce qu'elle sera candidate du parti écologiste dans la nouvelle circonscription de Carleton (Ontario)[11].

Famille[modifier | modifier le code]

Deborah Coyne a fréquenté l'ancien premier ministre Pierre Trudeau, avec qui elle a eu une fille, Sarah Elisabeth[12],[13]. Elle a également un fils, Matthew, avec le journaliste Michael Valpy (en).

Deborah Coyne est la cousine du journaliste Andrew Coyne (en) et de l'actrice Susan Coyne (en) ainsi que la nièce de James Coyne[8]. Elle vit avec sa famille à Toronto.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en)Roll of the Dice: Working with Clyde Wells during the Meech Lake Accord, Toronto: James Lorimer & Co., 1992.
  • (en)Seven Fateful Challenges for Canada: A Viable and Dynamic Canada in an Interdependent World, Montreal/Toronto: Robert Davies Publishing, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Constitutional expert may run for Liberals », CBC News,‎
  2. (en)Deborah Coyne, « Notes for remarks by Deborah Coyne on the occasion of her nomination as the federal Liberal candidate for the riding of Toronto Danforth » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 24 mars 2007
  3. (en)Susan Delacort, « Election fever gripping parties: Liberals and NDP hold nomination meetings in case Tories call vote », Toronto Star,‎
  4. (en)James Cowan, « Tough fight expected for Liberal nomination », National Post,‎
  5. (en)Lisa Queen, « Coyne switches ridings for nomination », The North York Mirror
  6. (en)« DVW Liberal Nomination Candidate Deborah Coyne Withdraws From Race and Supports Rob Oliphant », sur roboliphant.ca
  7. (en)Joan Bryden, « Liberal leadership race gains new Trudeau tie as Deborah Coyne announces plans to run », National Post,‎
  8. a et b La Presse canadienne, « Direction du PLC: Deborah Coyne, ex-conjointe de Pierre Elliott Trudeau, se lance dans la course », Le Devoir,‎
  9. « Chefferie du Parti libéral du Canada: Justin Trudeau devient chef du parti » Huffington Post, 14 avril 2013.
  10. « Deborah Coyne est nommée conseillère principale en matière de politiques auprès de la cheffe du Parti vert », site des verts du Canada, 27 février 2015.
  11. « Deborah Coyne chez les verts », Le Devoir, 4 août 2015 .
  12. (en) John English, Just Watch Me: The Life of Pierre Elliott Trudeau, 1968–2000, Toronto, Knopf Canada,‎ (ISBN 9780676975239), p. 631-632
  13. (en)Brett Popplewell, « Pierre Trudeau's daughter, Sarah, lives under the radar », The Toronto Star,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]