Deaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deaux
Vue sur Deaux.
Vue sur Deaux.
Blason de Deaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Alès-3
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Laurent Brunel
2014-2020
Code postal 30360
Code commune 30101
Démographie
Gentilé Deaussois
Population
municipale
677 hab. (2014)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 03″ nord, 4° 09′ 03″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 198 m
Superficie 5,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Deaux

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Deaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Deaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Deaux
Liens
Site web deaux.fr

Deaux est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie

Localisation

Cette commune rurale est située à 12 km de la ville d'Alès, à 3 km du chef-lieu de canton Vézénobres et à 3 km de Méjannes-lès-Alès.

Communes limitrophes

Hydrographie et relief

Article connexe : Droude.

La Droude, rivière capricieuse, passe à environ un kilomètre en contrebas du village.

Climat

Voies de communication et transports

  • Deaux accueille l'aérodrome d'Alès Cévennes depuis 1975. Il est géré par la Chambre de commerce et d'industrie d'Alès Cévennes. Il a une piste de 1 400 m et un aéroclub.
  • Sur l'aérodrome il y a un pélicandrome, base de ravitaillement des avions bombardiers d'eau pour la lutte contre les feux de forêts. Canadairs et trakers peuvent remplir leurs réservoirs d'eau ou de retardant en quelques minutes. Base stratégique pour le nord du département, les Cévennes, l'Ardèche et la Lozère.

Toponymie

Histoire

Moyen Âge

Époque moderne

Révolution française et Empire

Époque contemporaine

La commune était principalement occupée par des viticulteurs jusque dans les années 1980. Depuis, la plupart des vignes ont été arrachées et ont laissé place aux constructions nouvelles. De nouveaux habitants sont venus s'installer sur la commune. Le village est rapidement devenu un village dortoir d'Alès et de Nîmes.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 André Brunel    
2001 2014 François Ferrier DVD  
2014 en cours Laurent Brunel UMP-LR Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages

Population et société

Démographie

Les habitants de la commune sont appelés les Deaussois.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 677 habitants, en augmentation de 14,94 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
199 198 209 190 244 247 240 227 206
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
216 213 193 148 156 146 126 124 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
132 135 145 103 114 110 110 105 118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
125 97 174 288 390 476 578 647 677
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Santé

Manifestations culturelles et festivités

  • Les Traces de Deaux : épreuve de course hors stade de 15,4 km ou 7,2 km autour du village et dans les bois environnants. Elle comporte également des courses pour enfants dotées de prix. Cette manifestation, qui regroupe quelque 500 participants, est organisée à partir de 2008 par l'association locale MA RANDO DOUCE.
  • L'association A Deaux Mino organise régulièrement des activités culturelles, sportives, ou festives :

Cultes

Économie

Revenus de la population et fiscalité

Emploi

Entreprises de l'agglomération

Secteurs d'activités

Culture locale et patrimoine

Édifices civils

Capitelle neuve du rond-point de la route de Méjannes-lès-Alès.
Article connexe : Capitelle.

Édifices religieux

  • Une église paroissiale existait à Deaux jusqu'à ce qu'elle soit ruinée au XVIIe siècle. Il ne faut donc pas confondre le beffroi qui trône au cœur du village avec un clocher. Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[5].

Personnalités liées à la commune

Patrimoine culturel

Patrimoine naturel

Le village de Deaux se situe dans un paysage vallonné et boisé. La forêt environnante se compose principalement de chênes verts.

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Deaux Blason D'or, à la croix losangée d'argent et de sable[6].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. « Recherches sur critères », Clochers de France.
  6. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 72-73