Death Certificate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Death Certificate

Album de Ice Cube
Sortie 29 octobre 1991
Enregistré 1991
Durée 1:01:08
Genre Rap West Coast - Gangsta rap - Rap politique - Rap hardcore
Producteur Sir Jinx - Ice Cube (also exec.) - Boogiemen
Label Priority - EMI

Albums de Ice Cube

Singles

  1. Steady Mobbin'
  2. True to the Game

Death Certificate est le deuxième album studio du rappeur américain Ice Cube, sorti le sous le label Priority Records.

En raison de certains de ses propos à caractère raciste et politiquement à charge, ainsi que des déclarations acerbes du rappeur sur le trafic de drogue, le profilage racial et la détention d'armes, Death Certificate fut à sa sortie très controversé, malgré un succès critique au rendez-vous. L'album comprend notamment la diss track "No Vaseline" prenant pour cibles les membres de son ex-groupe de rap N.W.A., en réponse à leur dernier album Niggaz4Life contenant des diss tracks et des vers visant directement ou indirectement Ice Cube. Du fait de la violence et du caractère très explicite de ses paroles, "No Vaseline" est considérée comme l'une des meilleures diss tracks de tous les temps[1].

Death Certificate fut très anticipé avec plus d'un million de pré-commandes[2]. Il est certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) le 20 décembre 1991[3].

En 2003, Priority Records réédita l'album avec en supplément le titre inédit "How to Survive in South Central", qui apparaissait à l'origine sur la bande-son du film Boyz n the Hood. L'album fut à nouveau réédité pour son 25e anniversaire le 9 juin 2017 par le label Interscope Records, après qu'Ice Cube annonça avoir rejoint ce dernier fin mai 2017[4].

Contexte[modifier | modifier le code]

L'écriture et l'enregistrement de Death Certificate commencèrent début 1991 et se poursuivirent durant la majeure partie de cette année. Parallèlement à la réalisation de son deuxième album, Ice Cube était fortement impliqué dans plusieurs autres projets, dont le premier album de la rappeuse Yo-Yo, Make Way for the Motherlode, celui de son jeune cousin Del tha Funkee Homosapien, I Wish My Brother George Was Here, ou encore son premier rôle sur grand écran dans le film Boyz n the Hood, aux côtés de Cuba Gooding, Jr. et Laurence Fishburne. Comme pour son premier album AmeriKKKa's Most Wanted, Ice Cube était très impliqué dans la production de Death Certificate. Toutefois, au niveau de leurs sonorités, ces deux albums diffèrent assez sensiblement. Contrairement à AmeriKKKa's Most Wanted, rythmé par les beats secs et tranchants de The Bomb Squad, Death Certificate a un son plus orienté West Coast, avec notamment une utilisation abondante de samples de Funk et de Soul des années 1970.

Contenu[modifier | modifier le code]

Alors qu'il réalisait Death Certificate, Ice Cube se serait affilié au mouvement politico-religieux afro-américain Nation of Islam, dont l'influence se fait fortement ressentir sur la majorité du contenu de l'album, bien que le rappeur ait nié faire partie de l'organisation. Death Certificate est divisé en deux parties : une première intitulée "The Death Side" ("le Côté de la Mort"), regroupant les onze premiers morceaux de l'album, et une seconde intitulée "The Life Side" ("le Côté de la Vie"), contenant les autres. Le premier morceau, "The Funeral", s'ouvre sur la voix d'Ice Cube résumant en ces termes le concept de l'album: "The Death Side: a mirror image of where we are today; The Life Side: a vision of where we need to go" - "Le Côté de la Mort: une image miroir de là où nous nous trouvons aujourd'hui; le Côté de la Vie: une vision de là où nous devons aller". La première partie regorge ainsi de récits de trafic de drogue, de sexe et de violence qui sont autant d'éléments que l'on pouvait attendre d'un album de gangsta rap en 1991.

Le morceau "A Bird in the Hand" relate la complainte d'un jeune homme tombé dans le trafic de drogue pour subsister :

"Do I have to sell me a whole lot of crack
For decent shelter and clothes on my back?
Or should I just wait for help from Bush?
Or Jesse Jackson and Operation PUSH?"
qui peut se traduire comme suit :
"Dois-je vendre tout un tas de crack
Pour un toit décent et des vêtements sur mon dos?
Ou dois-je attendre de l'aide de Bush?
Ou Jesse Jackson et l'Opération PUSH?"

Le morceau "Black Corea" du "Life Side" de l'album dénonce violemment, sur fond de menace d'émeute et de vandalisme, la prépondérance des petits commerces tenus par la communauté coréenne dans les ghettos américains. Ce morceau fut perçu comme une réponse à la mort de Latasha Harlins, une Afro-américaine de quinze ans abattue le 16 mars 1991 par le propriétaire coréen d'un magasin, dans une altercation au sujet d'une bouteille de jus d'orange. Un peu moins d'un an après la sortie de Death Certificate éclataient les émeutes de Los Angeles, au cours desquelles beaucoup de personnes d'origine coréenne furent prises pour cibles. Ice Cube fut alors accusé d'inciter les Afro-américains à la haine raciale envers les Asiatiques.

"Look Who's Burnin'" traite des dangers et des ravages des infections sexuellement transmissibles dans les quartiers pauvres. "Alive on Arrival" raconte quant à lui l'histoire d'un jeune homme qui, échappant à une fusillade de gangs, se fait interroger par des policiers dans la salle d'attente d'un hôpital alors qu'il se vide lentement de son sang jusqu'à mourir.

"Color blind" prêche la neutralité et la fraternité entre les membres de la communauté afro-américaine et dénonce les violences entre gangs rivaux tels que les Bloods et les Crips.

Alors qu'Ice Cube se gardait d'attaquer directement ses ex-acolytes de N.W.A. sur son premier album solo, il ne s'en prive pas sur Death Certificate avec les diss tracks "True to the Game" et surtout "No Vaseline". Contrairement aux autres albums du rappeur, Death Certificate n'a pas connu de version censurée. Les morceaux "Steady Mobbin'", "True To The Game" et "Givin' up the Nappy Dug Out" ont cependant été éditées en versions "propres" adaptées à la radiodiffusion.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Death Certificate

Compilation des critiques
PériodiqueNote
AllMusic5 étoiles sur 5[5]
Robert ChristgauC+[6]
Entertainment WeeklyA–[7]
RapReviews9.5/10[8]
Rolling Stone4 étoiles sur 5[9]
Chicago Sun-Times4/4 étoiles[10]
Pitchfork9.5/10[11]
Select4/5[12]
The Rolling Stone Album Guide4 étoiles sur 5[13]
The Source4.5/5[14]

Death Certificate fut et reste largement acclamé par la critique.

David Jeffries, auteur d'une critique pour la base de données musicale en ligne Allmusic, considère que « si le premier album de Ice Cube fut une attaque de choc qui prouva que l'héritage de N.W.A. serait plus fort divisé, son second opus fut une nouvelle espèce de superstar relevant du miracle, une suite qui égale son classique prédécesseur et le surpasse même selon certains ». Le titre « Black Korea » est selon lui « une représentation extrême de combien cet album est plus tranchant et coupant que son premier, et même si l'intro annonce une scission de l'album entre un « Côté de la Mort » et un « Côté de la Vie », les deux sont en réalité aussi sombres l'un que l'autre ».

Bien que ne lui ayant initialement attribué qu'un score de 4 "micros" (mic) et demi sur 5[14], le magazine The Source l'a rétrospectivement inclus dans sa liste des albums de Hip-Hop auxquels il attribue son plus haut score ("5 mics"), parue dans son 150e numéro[15].

« Son homophobie peut en irriter plus d'un » écrivait Ted Kessler dans le magazine britannique Select, tout en reconnaissant que « l'effet de choc de tels propos a été émoussé par des rappeurs moindres ». Il considère que c'est « la combinaison sublime du P-Funk des années 1970 et de l'excellent débit tendu de Ice Cube délivrant des rimes confectionnées pour choquer qui fait plaisir »[12]. Le magazine Spin décrit l'album comme « incorporant des opinions politiques virulentes à une connaissance brute de la rue » et atteignant « un niveau presque George Clinton-esque de folie festive »[16].

Dean Moriarty, auteur d'une critique négative dans le fanzine Louder Than A Bomb!, observait qu'il y avait à l'époque "une règle chez les critiques de musique" qui "dit que tout album de Ice-T / N.W.A. / Ice Cube doit être décrit comme un sinistre et intransigeant portrait de la vie dans le ghetto... O.G. était le dernier en date. Death Certificate est le prochain. [Mais] tu ne peux pas imaginer le ghetto lorsque tu fermes les yeux en l'écoutant. C'est juste plein de chansons à propos de fusillades, de baises et de N.W.A."[17]

Death Certificate ne reçut qu'un maigre budget de 18.000 dollars pour sa promotion et ses deux singles, « Steady Mobbin' » et « True to the Game », ne furent pas très diffusés à la radio[18]. Ils furent toutefois chacun accompagnés d'un clip musical.

Distinctions / Classements[modifier | modifier le code]

  • Classé n°8 dans la liste des Meilleurs albums Hip-Hop de tous les temps de MTV en 2005[19].
  • Inclus dans la liste des 100 Meilleurs albums de Rap du magazine The Source en 1998[20].
  • Classé n°17 dans la liste des 100 Meilleurs albums de Musique Noire de tous les temps selon la critique du magazine The Source en 2006.[21]
  • Classé n°12 dans la liste des 100 Meilleurs albums de Rap de tous les temps du site ThoughtCo[22].
  • Classé n°5 dans la liste des 25 Meilleurs albums de Hip-Hop de 1991 du magazine Ego Trip en 1999[23].
  • Classé n°16 dans la liste des Meilleurs albums de l'année du journal The Village Voice en 1991[24].
  • Classé n°35 dans la liste des Meilleurs albums de l'année du magazine New Musical Express en 1991[24].
  • Inclus dans la liste des 100 Albums essentiels du 20ème siècle du magazine Vibe en 1999[24].

Controverse[modifier | modifier le code]

En 1992, suite à la controverse que suscita l'album, l'État américain de l'Oregon décida d'interdire toute exposition de l'image de Ice Cube dans les points de vente de son territoire[18]. Cette interdiction visait également certaines publicités pour la liqueur de malte de la marque St. Ides dont le rappeur faisait la promotion à l'époque[25]. En 2006, dans une interview accordée au magazine FHM, Ice Cube affirmait ne pas regretter les déclarations controversées de son album[26].

Par peur de voir Death Certificate interdit à la vente au Royaume-Uni sous le coup des lois du pays contre l'incitation à la haine raciale, l'album y fut commercialisé sans les titres "Black Korea" et "No Vaseline". Island Records, le distributeur de cette version de l'album, en supprima ces titres avec l'accord de Priority Records, mais pas celui de Ice Cube[18]. "Nous sommes très excités à propos de Ice Cube" affirmait Marc Marot, dirigeant de Island Records, "mais personnellement je ne pouvais pas supporter ces deux chansons. J'ai conscience qu'une auto-censure après l'affaire de N.W.A. nous met dans une position bizarre, mais nous n'allons pas promouvoir du racisme à l'encontre de minorités ou de l'antisémitisme. Nous sommes arrivés à un compromis avec Priority qui était acceptable."[12] Ces chansons ont depuis été réintégrées dans une réédition de l'album disponible au Royaume-Uni.

Performance commerciale[modifier | modifier le code]

Death Certificate a débuté en 2e position au US Billboard 200[27] et numéro 1 au US Top R&B/Hip-Hop Albums[28], s'étant vendu à 105.000 exemplaires à l'issue de la première semaine suivant sa sortie.

Le 20 décembre 1991, l'album fut certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) après s'être vendu à plus d'un million d'exemplaires, seulement deux mois après sa sortie.

Le 4 septembre 2015, Death Certificate fut de retour au classement du US Billboard 200 en 99e position avec 14.000 ventes lors de cette semaine, au cours de laquelle les albums Greatest Hits et AmeriKKKa's Most Wanted du rappeur firent également leur retour à ce classement, respectivement en 118e position avec 11.920 ventes et en 150e position avec 8.300 ventes[29].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Titre Producteur(s) Sample(s) / interpolation(s)[30] Durée
1."The Funeral" Sir Jinx "The Nigga Ya Love to Hate", "Better Off Dead", "Once Upon a Time in the Projects" et "Turn Off the Radio" de Ice Cube 1:37
2."The Wrong Nigga to Fuck Wit" Sir Jinx - Ice Cube "Good Old Music" de Funkadelic

"Flash Light" de Parliament

"The Payback" de James Brown

"Get Down Tonight" de KC and the Sunshine Band

"Razor Blade" de Little Royal & the Swingmasters

"Rollin' Wit' the Lench Mob" de Ice Cube

"Ya Don't Quit" de Ice-T

Extrait du film "Predator 2"

2:48
3."My Summer Vacation" Boogiemen - Ice Cube "Atomic Dog" de George Clinton

"Back to Life (Acapella)" de Soul II Soul

"The Drive-By" et "JD's Gaffilin' (Part 2)" de Ice Cube

"So Ruff, So Tuff" de Roger

3:56
4."Steady Mobbin'" Boogiemen - Ice Cube "Reach Out" de Average White Band

"After the Dance (Instrumental)" de Marvin Gaye

"Love Amnesia" de Parlet

"Dr. Funkenstein" et "Sir Nose D'Voidoffunk [Pay Attention - B3M]" de Parliament

4:10
5."Robin Lench" Boogiemen - Sir Jinx 1:13
6."Givin' Up the Nappy Dug Out" Boogiemen - Ice Cube "Hip Hug-Her" de Booker T. & the M.G.'s

"Smooth Criminal" de Michael Jackson

"Fencewalk" de Mandrill

"Do It Roger" de Roger

"Mr. Wiggles" de Parliament

"Impeach the President" de The Honey Drippers

"No Damn Good" de Big Daddy Kane

"I'll Take You There" de The Staple Singers

"Jimmy" de Boogie Down Productions

4:15
7."Look Who's Burnin'" Sir Jinx - Ice Cube "Sister Sanctified" de Stanley Turrentine et Milt Jackson

"The Freeze (Sizzaleenmean)" de Parliament

"Burning Love Breakdown" de Peter Brown

"More Bounce to the Ounce" de Zapp

"Go See the Doctor" de Kool Moe Dee

"La Di Da Di" de Doug E. Fresh et Slick Rick

"Jimmy" de Boogie Down Productions

"A Bitch Iz a Bitch" de N.W.A.

"Claudine Theme" de Gladys Knight & the Pips

3:53
8."A Bird in the Hand" Boogiemen - Ice Cube "Chains and Things" de B.B. King

"Take Some...Leave Some" de James Brown

"Don't Change Your Love" de Five Stairsteps

"Bop Gun (Endangered Species)" de Parliament

"Big Bird Writes a Poem" de Big Bird

2:17
9."Man's Best Friend" Boogiemen - Ice Cube "Flash Light" de Parliament

"Dig on It" de Jimmy McGriff

"Atomic Dog" de George Clinton

"I Turned You On" de The Isley Brothers

"What They Hittin' Foe?" de Ice Cube

"Gossip" de Cyril Neville

Extrait du film "A Rage in Harlem"

2:06
10."Alive on Arrival" Boogiemen - Ice Cube "Fame" de David Bowie

"Person to Person" de Average White Band

"The Big Bang Theory" de Parliament

"Outstanding" de The Gap Band

3:11
11."Death" (featuring Khalid Abdul Muhammad) Ice Cube 1:03
12."The Birth" (featuring Khalid Abdul Muhammad) Sir Jinx - Ice Cube "Hard Times" de Baby Huey

"Mystique Blues" de The Crusaders

"Long Red" de Mountain

Extrait du film "The Color Purple"

1:21
13."I Wanna Kill Sam" Sir Jinx - Ice Cube "Dominoes" de Donald Byrd

"Hot Pants - I'm Coming, I'm Coming, I'm Coming" de Bobby Byrd

"Chocolate City" de Parliament

"Rock Creek Park" de The Blackbyrds

"Love and Affection" de Ike White

"I Almost Got to Heaven Once" de Joe Tex

"Funky President (People It's Bad)" de James Brown

"Sucker M.C.'s (Krush Groove 1)" de Run-DMC

3:22
14."Horny Lil' Devil" Boogiemen - Ice Cube "Pot Belly" de Lou Donaldson

"Don't Call Me Nigger, Whitey" de Sly & the Family Stone

"Funky President (People It's Bad)" de James Brown

"Cheesy Rat Blues" de LL Cool J

"Please, Please, Please" de James Brown et The Famous Flames

"Ain't We Funkin' Now" de The Brothers Johnson

Extrait du film "Do the Right Thing"

3:42
15."Black Korea" Sir Jinx - Ice Cube "Also Sprach Zarathustra" de The Cecil Holmes Soulful Sounds

Extrait du film "Do the Right Thing"

0:46
16."True to the Game" Sir Jinx - Ice Cube "Outstanding" de The Gap Band

"Reach for It" de George Duke

"You Can Make It if You Try" de Sly & the Family Stone

"Ashley's Roachclip" de The Soul Searchers

"Wrath of My Madness" de Queen Latifah

"Long Red" de Mountain

4:10
17."Color Blind" (featuring Deadly Threat, Kam, WC & the Maad Circle, King Tee and J-Dee) Boogiemen - Ice Cube "Pungee" de The Meters

"Opus Pocus" de Jaco Pastorius

4:29
18."Doing Dumb Shit" Boogiemen - Ice Cube "Funkentelechy" de Parliament

"Cosmic Slop" de Funkadelic

"You Can Make It if You Try" de Sly & the Family Stone

'Dumb Girl' de Run-DMC

"The Breakdown (Live)" de Rufus Thomas

3:45
19."Us" Sir Jinx - Ice Cube "Blues in the Night" de Johnnie Taylor

"Gamin' on Ya!" de Parliament

"The End of Our Road" de Gladys Knight & the Pips

"Synthetic Substitution" de Melvin Bliss

3:43
20."No Vaseline" Sir Jinx - Ice Cube "Dazz" de Brick

"It's My Thing" de Marva Whitney

"To Da Break of Dawn" de LL Cool J

"Prelude", "Dopeman", "Message to B.A.", "8 Ball", "A Bitch Iz a Bitch" de N.W.A.

"Vapors" de Biz Markie

"Ball of Confusion (That's What the World Is Today)" de The Temptations

"Better Off Dead" et "Turn Off the Radio" de Ice Cube

"Atomic Dog" de George Clinton

5:15
Durée totale: 61:08
Titre bonus de la réédition de 2003
21."How to Survive in South Central" Sir Jinx - Ice Cube "(Not Just) Knee Deep" de Funkadelic

"So Ruff, So Tuff" de Roger

"Agony of Defeet" de Parliament

"Supergroovalisticprosifunkstication (The Bumps Bump)" de Parliament

"Atomic Dog" de George Clinton

"Uphill Peace of Mind" de Kid Dynamite

Extrait du documentaire "Gangs, Cops & Drugs"

3:40
Durée totale: 64:48
Titres bonus de la réédition de 2017 (ne comprenant pas "How to Survive in South Central" de la précédente réédition)
1."Only One Me" Checkboy - Ice Cube 3:40
2."Good Cop Bad Cop" T-Mix - Ice Cube "Fuck Tha Police" de N.W.A. 3:27
3."Dominate the Weak" Big SOJ - Ice Cube 4:06
Durée totale: 72:15

Personnel[modifier | modifier le code]

Ice Cube - interprète, producteur, producteur exécutif, mixage

Khalid Muhammad - interprète

Deadly Threat - interprète

Kam - interprète

The Madd Circle - interprète

King Tee - interprète

J-Dee - interprète

DJ Bobcat Bobby Ervin - producteur

Sir Jinx - producteur, mixage

Boogie Men – producteur

Bob Morse - ingénieur du son, mixage

Frank Macek - ingénieur du son, mixage

Mr. Stoker (Andy Growcott) - ingénieur du son

DJ Pooh - mixage

Daryll Dobson - mixage

Bernie Grundman - mastering

Brian Gardner - mastering

Mario Castellanos - photographie

Kevin Hosmann - direction artistique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La rédaction, « "No Vaseline est le meilleur Diss Track de tous les temps" - Ice Cube – Black Star Edition » (consulté le 12 mai 2019)
  2. (en) « Ice Cube dot org Part of the Rapbasement Network », sur web.archive.org, (consulté le 12 mai 2019)
  3. (en) « Ice Cube Death Certificate », RIAA (consulté le 30 mai 2014)
  4. Sim, « Ice Cube signe chez Interscope Records », sur Hip Hop Corner, (consulté le 12 mai 2019)
  5. (en) « Ice Cube Death Certificate Review », AllMusic (consulté le 30 mai 2014)
  6. (en) « Ice Cube Death Certificate Review », Robert Christgau (consulté le 30 mai 2014)
  7. (en) « Ice Cube Death Certificate Review », Entertainment Weekly (consulté le 30 mai 2014)
  8. (en) « Ice Cube :: Death Certificate :: Priority Records », RapReviews (consulté le 30 mai 2014)
  9. (en) « Ice Cube Death Certificate » (consulté le 30 mai 2014)
  10. (en) « Ice Cube, as radical as he wants to be », Chicago Sun-Times (consulté le 10 juin 2019)
  11. (en) « Ice Cube Death Certificate Review », Pitchfork (consulté le 10 juin 2019)
  12. a b et c (en) Kessler, Ted, « Ice Cube: Death Certificate », Select (19), janvier 1992
  13. (en) Relic, Peter (2004). "Ice Cube". In Brackett, Nathan; Hoard, Christian (eds.). The New Rolling Stone Album Guide (4th ed.). Simon & Schuster. pp. 400–01. (ISBN 0-7432-0169-8)
  14. a et b (en) « Reef (January 1992). "Ice Cube: Death Certificate". », The Source (28): 85 (consulté le 10 juin 2019)
  15. (en) « Kazeem (August 4, 2010). "The Complete List Of 5 Mic Hip-Hop Classics". The Source. »
  16. (en) Spin (1/92, p. 72)
  17. (en) Moriarty, Dean, « On 33 », Louder Than A Bomb! #2,‎ , p. 5
  18. a b et c (en) « RRC: Archives », sur www.rockrap.com (consulté le 19 mai 2019)
  19. (en) « MTV’s “Greatest Hip-Hop Albums Of All Time” », sur KOOLOUT, (consulté le 19 mai 2019)
  20. (en) « Rocklist.net...The Source 100 Best Rap Albums & Singles.. », sur www.rocklistmusic.co.uk (consulté le 19 mai 2019)
  21. (en) « TREVORNELSON.COM :: TOP 100 », sur web.archive.org, (consulté le 19 mai 2019)
  22. (en) Henry Adaso, « The 100 Best Rap Albums of All Time », sur ThoughtCo, (consulté le 19 mai 2019)
  23. (en) « Ego Trip Magazine – Hip-Hop's Greatest Albums By Year », sur Genius (consulté le 19 mai 2019)
  24. a b et c (en) « Acclaimed Music - Death Certificate », sur web.archive.org, (consulté le 19 mai 2019)
  25. (en) Tree Riddle, « Best 1990s Rap Commercials for St. Ides Malt Liquor », sur Club 93.7 (consulté le 25 mai 2019)
  26. (en) « Ice Cube Quote/Unquote: September 2006 | Entertainment | FHM.com », sur web.archive.org, (consulté le 25 mai 2019)
  27. (en) « Ice Cube Death Certificate Chart History », sur Billboard (consulté le 8 juin 2019)
  28. (en) « Top R&B/Hip-Hop Albums - Ice Cube Death Certificate »
  29. (en) « N.W.A Takes Over Charts, Gets First Top 40 Hit on Hot 100 », sur Billboard (consulté le 8 juin 2019)
  30. (en) « Death Certificate by Ice Cube: Album Samples, Covers and Remixes », sur WhoSampled (consulté le 10 juin 2019)