De quoi Sarkozy est-il le nom ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De quoi Sarkozy est-il le nom ?
Auteur Alain Badiou
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Éditions Lignes
Collection Circonstances
Date de parution [1]
Nombre de pages 155
ISBN 978-2-35526-003-2

De quoi Sarkozy est-il le nom ? est un essai d’Alain Badiou publié en 2007. Cet ouvrage, proche du pamphlet[2] par la vigueur avec laquelle il attaque le pouvoir établi, a connu un succès inattendu auprès du grand public en dépassant les 60 000 exemplaires vendus en moins de deux ans[3].

Contenu[modifier | modifier le code]

Dans cet essai, Alain Badiou analyse ce que signifie profondément l’élection du président Nicolas Sarkozy le . À partir de ce décryptage, l’auteur explore différents thèmes philosophiques, tels que le temps, l’identité ou le courage. Sans rompre avec la pensée hégélienne[4], Alain Badiou identifie deux grandes séquences dans l’histoire de l’hypothèse communiste : l’expérience de la révolution, de la Révolution française à la Commune de Paris, et un moment de réalisation, de la Révolution russe à la fin de la révolution culturelle en Chine et à la fin du mouvement militant des années 1966–1975 (dont l’épicentre est mai 1968). Il termine son ouvrage sur l’espoir d’une troisième séquence à venir.

Réception[modifier | modifier le code]

Un succès inattendu[modifier | modifier le code]

Les 3 000 exemplaires du livre sont écoulés en 4 jours, contre un an en général pour les ouvrages de la collection Circonstances[5]. Rapidement, De quoi Sarkozy est-il le nom ? devient un succès de librairie en dépassant les 23 000 ventes[6] début 2008.

Critique de l'ouvrage en France[modifier | modifier le code]

À la suite de l'engouement du public et de la forte médiatisation de l’ouvrage, plusieurs intellectuels ont critiqué le livre, lui reprochant notamment son ton provocateur lorsqu’il choisit d’appeler le président « Sarkozy l’homme aux rats » (page 47) ou lorsqu’il compare les racines du sarkozisme et celles du pétainisme (page 103 et suiv.) :

Par exemple, Pierre Assouline a vivement critiqué sa « violence à l'écrit » et le ton de ses attaques contre Nicolas Sarkozy, considérant qu’un « Rubicon était franchi dans cet avilissement[7] » dans l’usage du sobriquet « l’homme aux rats ».

À noter que les deux autres ouvrages ayant défrayé le quinquennat de Nicolas Sarkozy sont : Crise au Sarkozistan (1/11/2010) et Sarko m'a tuer (31/08/2011).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation de l’ouvrage « De quoi Sarkozy est-il le nom ? » sur le site de l’éditeur », sur editions-lignes.com, (consulté le 8 juin 2011)
  2. Evelyne Pieiller, « Dans la caverne d’Alain Badiou », sur monde-diplomatique.fr, (consulté le 8 juin 2011)
  3. « La révolution par le best-seller », sur lexpress.fr, (consulté le 8 juin 2011)
  4. Pierre Khalfa, « Vérité et émancipation, à propos de L’hypothèse communiste d’Alain Badiou, », sur mouvements.info, (consulté le 8 juin 2011)
  5. Régis Soubrouillard, « Badiou ou le revival du gauchisme », sur marianne.net, (consulté le 8 juin 2011)
  6. Anne Brigaudeau, « "De quoi Sarkozy est-il le nom?", succès inattendu, », sur france2.fr, (consulté le 8 juin 2011)
  7. Pierre Assouline, « De quoi Badiou est-il le nom ? », sur La république des livres, passouline.blog.lemonde.fr, (consulté le 8 juin 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]