De mortuis nihil nisi bonum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page de titre du livre de Diogène Laërce, traduit en latin par Isaac Casaubon, éd. Henri Etienne, 1594.

De mortuis nihil nisi bonum (parfois abrégée en ‘Nil nisi bonum’) est une locution latine, d’origine grecque, dont la traduction littérale est : « Des morts : rien sinon le bien ». Parfois rendue en latin médiéval comme De mortuis nil nisi bene [dicendum est], l’aphorisme latin suggère qu’il est socialement inconvenant de dire du mal des morts.

Origine[modifier | modifier le code]

La première expression écrite connue de cet aphorisme se trouve dans l’œuvre de Diogène Laërce, ‘Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres’ (IVe siècle), livre I, §§ 69-70, où il l’attribue au philosophe grec présocratique Chilon de Sparte, un des Sept Sages de Grèce (VIe siècle avant Jésus-Christ). En grec: « τὸν τεθνηκóτα μὴ κακολογεῖν » .

Au XVe siècle, le saint moine camaldule, Ambrogio Traversari, traduisit le livre grec de Diogène Laërce en latin. L’œuvre fut publiée en 1433 sous le titre de Laertii Diogenis vitae et sententiae eorum qui in philosophia probati fuerunt. Ce qui, dans l’atmosphère de la Renaissance avec la redécouverte des classiques anciens, popularisera considérablement cet aphorisme (avec beaucoup d’autres) conseillant le respect pour la mémoire des morts.