De la guerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le livre de Carl von Clausewitz. Pour le film de Bertrand Bonello, voir De la guerre.

De la guerre (en allemand : Vom Kriege) est un traité de stratégie militaire écrit par le général prussien Carl von Clausewitz.

Écrit en majeure partie après les guerres napoléoniennes entre 1816 et 1830, puis compilé, il fut publié par son épouse après sa mort en 1832.


Présentation[modifier | modifier le code]

Page de titre de l'édition de 1832.

De la guerre devait se composer au total de huit tomes mais on n'en possède que six et l'ébauche d'un septième[réf. nécessaire]. Ces tomes sont organisés de la manière suivante :

  • Livre I : De la nature de la guerre
  • Livre II : De la théorie de la guerre
  • Livre III : De la stratégie en général
  • Livre IV : L'engagement
  • Livre V : Les forces militaires
  • Livre VI : La défensive
  • Livre VII : L'attaque (incomplet)
  • Livre VIII : Le plan de guerre (manquant)

À travers tous ces tomes, il traite de notions telles que les schémas opératoires ou bien encore les moyens stratégiques d'exploiter la victoire.

L'interprétation qui a été faite en France de cet ouvrage, notamment par Ferdinand Foch, a conduit à la stratégie de l'offensive à outrance en 1914[1].

C'est l'un des traités les plus importants sur la stratégie militaire jamais écrit et, encore aujourd'hui, il est toujours recommandé dans les académies militaires. C'est dans ce livre que la fameuse citation de Clausewitz trouve son fondement, selon laquelle : « La guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens »[2].

Clausewitz donne une définition importante de la guerre, qu'il compare à un duel :

« La guerre est un acte de violence dont l'objectif est de contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté. »

Il définit ensuite des notions clefs :

Clausewitz regroupe, sous le concept de « friction », tout ce qui s'oppose à l'action de guerre et qui fait que quelque chose de pourtant simple n'est jamais facile à réaliser. Pour réduire cette friction, il préconise l'entraînement intensif et l'élaboration de procédures :

  • la contingence, caractéristique essentielle de la guerre ;
  • la pertinence relative des leçons de l'histoire ;
  • le lien indissociable entre la guerre et la politique ;
  • l'introduction des probabilités dans le raisonnement stratégique ;
  • les avantages relatifs de la défense sur l'attaque ;
  • les graduations de la guerre jusqu'à la « guerre absolue » ;
  • la nature du génie militaire ;
  • le courage ;
  • l'audace ;
  • la montée aux extrêmes.

Éditions en français[modifier | modifier le code]

  • De la guerre, traduction par Denise Naville, collection « Arguments », éditions de Minuit, 1955.
  • De la guerre, traduction par le lieutenant-colonel De Vatry, édition complétée et révisée par Jean-Pierre Baudet, volume relié, Champ Libre, 1989
  • De la guerre, traduction par Laurent Murawiec (édition abrégée par Gérard Chaliand), collection « Tempus », éd. Librairie Académique Perrin, 448 p., 2006. (ISBN 2-262-02458-8)
  • De la guerre, traduction de Jean-Baptiste Neuens, Paris, Astrée, 2014. (ISBN 979-10-91815-04-8)
  • De la guerre, traduction de Nicolas Waquet, collection Petite Bibliothèque, édition Rivages poche, 2014. Edition pour les prépas scientifiques. (ISBN 978-2-7436-1516-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Dufour, Maurice Vaisse, La Guerre au XXe siècle.
  2. « Le Devoir de philo - Clausewitz en Afghanistan, puis l'apocalypse », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]