Aller au contenu

De l'or pour les braves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
De l'or pour les braves

Titre original Kelly's Heroes
Réalisation Brian G. Hutton
Scénario Troy Kennedy-Martin
Musique Lalo Schifrin
Acteurs principaux
Sociétés de production Avala Film
Metro Goldwyn Mayer
Katzka-Loeb
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Guerre, comédie
Durée 144 minutes
Sortie 1970

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

De l'or pour les braves (Kelly's Heroes) est un film de guerre américain, humoristique et subversif[1], réalisé par Brian G. Hutton et sorti en 1970.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, près de Nancy en France, Kelly (Clint Eastwood), un ancien lieutenant rétrogradé, capture un colonel du renseignement allemand. Lorsque Kelly remarque que son prisonnier est porteur d'un lingot d'or, il le saoule pour obtenir des informations. Avant qu'il ne soit tué, le prisonnier ivre révèle qu'il y a un stock de 14 000 barres d'or entreposées dans un coffre de banque, à 40 kilomètres, dans les lignes allemandes, dans la ville de Clermont-en-Argonne.

Tank M4 A3 Sherman utilisé dans le film

Kelly recrute le reste du peloton, y compris le sergent incrédule « Big Joe » (Telly Savalas). Finalement, d'autres soldats doivent être recrutés ou s'invitent à l'opération. Comme le sergent des approvisionnements « Crapgame l'escroc » (Don Rickles) ou un anachronique hippie, commandant de chars M4 Sherman, « Oddball le cinglé » (Donald Sutherland), ainsi que des stéréotypes de G.I., présentés comme compétents, las de la guerre.

Il devient rapidement évident que leur propre armée est tout autant un obstacle que les Allemands. Un chasseur-bombardier allié les prend pour des ennemis, les attaque et détruit leurs véhicules. Ils doivent poursuivre à pied et lutter contre des patrouilles allemandes.

Quand le général Colt (Carroll O'Connor), un opportuniste fanatique, capte des messages radio du peloton qui progresse, il les interprète comme une percée audacieuse des troupes. Il se précipite en première ligne pour accompagner cette percée. Il y voit une belle occasion de gloire.

Les hommes de Kelly se hâtent vers la ville pour y parvenir avant leur propre armée. Là, ils découvrent que la ville est défendue par trois redoutables chars Tigre avec un appui d'infanterie. Ils pénètrent dans la ville et s'en emparent prenant la défense allemande par surprise.

Un char Tigre reste en place devant la banque. Kelly arrive à convaincre le commandant du char Tigre (Karl-Otto Alberty), dont le véhicule est endommagé, de détruire le mur d'enceinte de la banque pour partager le butin. Ils s'emparent des barres d'or au moment où la population de la ville fête sa libération. Ils les partagent entre eux et évacuent au moment où le général Colt survient. Il décore ce qu'il pense être des soldats méritants : des braves.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le film, censé se dérouler en Lorraine, est tourné en Yougoslavie car on y trouve encore de nombreux tanks Sherman dans les années 1970. Quant aux chars « Tigres » des Allemands, il s'agit en réalité de tanks T-34 russes modifiés.
  • Le "Sturmbannführer" est en réalité Hauptsturmführer. Le « sergent » SS est en réalité adjudant (Oberscharführer). Le maire de "Clarmont" a mis son écharpe à l'envers (rouge vers le haut) ; lorsqu'il parle avec le sergent Joe, elle est à l'endroit (bleu vers le haut).
  • Un enregistrement de Clint Eastwood chantant Burning Bridges, le thème du film, a été fait ; il n'a jamais été diffusé.
  • Le film était initialement plus tragique. Clint Eastwood confessa[5] qu'il regretta la version finale montée du film, car il avait tourné des scènes plus « dures » et faisant l'introspection des personnages ou en dénonçant la guerre : plus de 20 minutes sont coupées. En réalité, entre le scenario original qui s'inspirait d'un fait divers et la production finale qui cherche à rivaliser avec le film MASH, le film passe de la comédie-dramatique à un film satirique.
  • Le réalisateur John Landis est assistant de production dans le film. Il apparaît à l'écran déguisé en nonne.
  • Le film est inspiré d'un fait réel[6] survenu à la fin de Seconde Guerre mondiale lorsque des soldats américains récupérèrent de l'or nazi avec le concours de soldats de la Wehrmacht en Bavière en 1945. Ce « casse » fut même ajouté au Livre Guinness des records grâce au travail de l'historien Ian Sayer.

Réception critique et commerciale[modifier | modifier le code]

Sorti aux États-Unis peu de temps après Sierra torride, précédent film avec Eastwood en vedette, De l'or pour les braves ne reste qu'une seule semaine dans le top 10 hebdomadaire du magazine Variety[7]. Finalement, le film se hisse à la 30e place du top annuel de Variety, avec 4,2 millions $ de recettes net[7] et rapportera un total de 5 200 000 $ de recettes au box-office, ce qui est relativement décevant[7],[8].

Il a totalisé 661 768 entrées en France[9] et 1 100 000 entrées (soit 13 570 000 SEK) en Suède[10]. Dans les autres pays, le film totalise 2,2 millions d'entrées en Italie, 1,4 million d'entrées en Espagne et 28 000 entrées en Belgique francophone[7].

Il s'est classé à la 34e place au classement des 100 plus grands films de guerre de tous les temps de Channel 4[11]. De l'or pour les braves reçoit 80 % des 20 commentaires positifs sur le site Rotten Tomatoes[12].

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « De l'or pour les braves - la critique + test Blu-ray », sur Avoir Alire - aVoir-aLire.com (consulté le ).
  2. Hughes, p.194
  3. « Fiche œuvre : DE L'OR POUR LES BRAVES », sur cnc.fr (consulté le )
  4. « Comédiens ayant doublés Clint Eastwood en France » (consulté le )
  5. (en) Lee Pfeiffer, CINEMA RETRO "movie classics spécial edition" : Kelly's Heroes, , 79 pages (ISSN 1751-4606), Interviews de John Landis et Clint Eastwood
  6. (en) Ian Sayer, Nazi Gold: The Sensational Story of the World's Greatest Robbery – and the Greatest Criminal Cover-Up, Mainstream Digital
  7. a b c et d « DE L'OR POUR LES BRAVES - CLINT EASTWOOD BOX OFFICE 1971 », sur BOX OFFICE STORY (consulté le ).
  8. (en) « Kelly's Heroes », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  9. « Box-office français de De l'or pour les braves », sur Jp's Box-office (consulté le )
  10. « Kelly's Heroes : Box Office / Business » (fiche business — section business inconnue, mal supportée par le modèle {{imdb titre}}.Voir documentation de {{imdb titre/Section}}, SVP. — ), sur l'Internet Movie Database (consulté le 12 mars 2015)
  11. channel 4 – 100 greatest war films of all time
  12. (en) « Kelly's Heroes », Rotten Tomatoes (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]