De l'universalité de la langue française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De l’universalité de la langue française
Image illustrative de l’article De l'universalité de la langue française

Auteur Antoine de Rivarol
Pays France
Genre Essai
Distinctions 1er prix ex-aequo de l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin
Éditeur Bailly et Desenne
Lieu de parution Paris
Date de parution 3 juin 1784
Type de média in-8°
Nombre de pages 92

De l’universalité de la langue française, parfois appelé Discours sur l’universalité de la langue française, est un essai, publié le le , par Antoine de Rivarol.

Cet essai, où Rivarol présente les langues dominantes qui régissent le continent européen pour démontrer pourquoi celles-ci ne peuvent remplacer la langue française, a remporté le prix de l’Académie de Berlin.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1783, l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin mettait au concours un triple sujet ainsi libellé : « Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle ? Pourquoi mérite-t-elle cette prérogative ? Est-il à présumer qu’elle la conserve[1] ? »

Rivarol venait alors de se faire connaître par un pamphlet dialogué, publié en 1782, contre le long poème « potager » de l’abbé Delille, les Jardins, mais sa gloire allait être rapidement assise par le succès de ce « discours » et par la causticité de son esprit[1].

Le , l’Académie de Berlin rendit son verdict, adjugeant ex-aequo le prix à la longue et pesante Ursachen der Allgemeinheit der französischen Sprache (Dissertation sur les causes de l’universalité de la langue française et la durée vraisemblable de son empire du philosophe Johann Christoph Schwab, traduite en français par Denis Robelot en 1803[2], et au mince essai de Rivarol, qui fut assez souvent appelé, depuis, le Discours sur l’universalité de la langue française[1].

Description[modifier | modifier le code]

Rivarol commence par tracer une brève histoire des origines de la langue française, en rappelant que la conquête romaine et l’invasion des Francs en Gaule ont contribué à l’émergence d’une hiérarchie linguistique, au sommet de laquelle était le latin. Cependant, du contact entre le latin et les idiomes parlés par la population « barbare » a résulté la vulgarisation du latin classique, à savoir une multitude de dialectes de patois.

Il souligne les deux principaux dialectes divisant le territoire français: le picard parlé au Nord et le provençal au Sud. Bien que la prééminence ait été donnée au dialecte du nord (la langue d’oïl), Rivarol trouvait « sa prononciation un peu sourde[3] » et regrettait l’éclipse du dialecte du sud (la langue d’oc) « qui n’a que des sons pleins[3] » et qui « auroit donné au Français l’éclat de l’Espagnol et de l’Italien[3] ».

Cette dissertation couronnée devint, peu à peu, la pensée inaugurale d’une vaste entreprise restée à l’état de fragments (un Prospectus, un Discours préliminaire et quelques textes : Rivarol ambitionnait d’élaborer un dictionnaire de la langue française qui ne vit jamais le jour[1].

Réception[modifier | modifier le code]

« Quant à la valeur de son discours, nous l’apprécierons d’un mot, qui peut s’appliquer d’ailleurs à la plupart des écrits de Rivarol : c’est l’œuvre d’un spirituel ignorant, un recueil d’aperçus ingénieux, très fins, entremêlés de fautes de gout et d’effroyables bévues[4]. »

— Pierre Larousse, Dictionnaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Antoine de Rivarol, De l’universalité de la langue française, Paris, Obsidiane, , 71 p., 22 cm, p. 5.
  2. Freeman G. Henry (dir.) et Johann Christoph Schwab, Le grand concours : dissertation sur les causes de l'universalité de la langue françoise et la durée vraisemblable de son empire, Amsterdam, Rodopi, , viii, 243 p. (ISBN 978-9-04201-924-9, lire en ligne), vii.
  3. a b et c Antoine de Rivarol, De l’universalité de la langue française, Berlin, Académie de Berlin, , 71 p., 22 cm (lire en ligne), p. 14.
  4. Henry Coston, Antoine de Rivarol et l'émigration de Coblence, Paris, , 86 p., 24 cm (lire en ligne), p. 17.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :