De Simon Bus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De Simon S.p.A.
Création 1925
Dates clés 1976 : Tremblement de terre dans le Frioul et destruction de l'usine
Disparition 2008
Fondateurs Giovanni De Simon
Forme juridique S.p.A. Société par actions
Siège social Osoppo-Udine
Drapeau d'Italie Italie
Activité Production de transports en commun
Produits Autobus & Autocars
Site web www.desimon.itVoir et modifier les données sur Wikidata

La société De Simon S.p.A. était une entreprise italienne réputée de carrosserie industrielle créée en 1925 à Osoppo dans la région du Frioul.

L'histoire[modifier | modifier le code]

La carrosserie De Simon a été créée en 1925, période difficile où l'Italie, sortie victorieuse de la Première Guerre mondiale était, comme beaucoup d'autres pays européens, épuisée par l'effort de guerre et les bouleversements qui s'ensuivirent. L'activité économique tardait à se reprendre.

Giovanni De Simon commença à fabriquer des châssis pour autobus en bois. Quelques années plus tard, son fils Ilvo engagea l'entreprise vers la réalisation de carrosseries spéciales en utilisant les châssis en acier fournis par les constructeurs italiens Alfa Romeo, Fiat, Lancia et OM.

C'est à partir de 1960 que l'entreprise familiale connaîtra une forte croissance et deviendra un des constructeur les plus recherché en matière de carrosserie d'autobus urbain. La quasi totalité de la production est réalisée à partir de châssis pour autobus fournis par Fiat V.I.. Rares étaient les régies municipales de transport d'Italie du Nord (ATM) à ne pas compter dans leur parc des autobus Fiat Carrossés De Simon.

Le , la région du Frioul est frappée par un terrible tremblement de terre qui touchera 77 communes, fera 989 victimes et 45.000 sans abri. Les conséquences de ce séisme dont les répliques fortes se sont poursuivies jusqu'en , ont été catastrophiques pour la région mais également pour l'entreprise dont tous les bâtiments d'une surface de 70 000 m2 ont dus être détruits et il faudra deux ans pour tout reconstruire.

Autobus interurbain articulé Inbus - De Simon aux couleurs normalisées en Italie

À partir de 1977, De Simon entame une collaboration étroite avec la division autobus de Breda costruzioni ferroviarie qui donnera naissance à la société Inbus, un groupement d'entreprises spécialisées dans la construction d'autobus. Inbus deviendra une véritable marque d'autobus qui sera fusionnée au sein du groupe public Finmeccanica pour former BredaMenarinibus en 1987. En 1980, Inbus connut sa meilleure performance avec presque 30 % du marché italien des autobus urbains.

En 1987, De Simon refuse son intégration dans BredaMenarinibus et reprend son indépendance. La direction engage alors une collaboration avec les constructeurs Iveco et Renault. La spécialité de l'entreprise est l'utilisation de l'acier inox dans ses carrosseries, détail qui fera à nouveau sa renommée. La production s'oriente alors vers les autocars, délaissant les autobus urbains dont les régies renouvellent moins fréquemment leur parc sans connaître d'expansion. Elles préfèreront souvent acquérir les modèles complets des grands constructeurs.

À partir de 1993 et l'ouverture totale des marchés européens à la concurrence, (mais toujours pas vraiment en France !), de grands constructeurs, MAN, Mercedes-Benz et Scania font appel à De Simon pour carrosser certains modèles. De Simon réalise également plusieurs modèles spéciaux pour Van Hool et deviendra même le dépositaire de la marque en Italie.

Autobus Rocar - De Simon à Bucarest

En 1996, De Simon obtient un marché avec la société roumaine "Rocar" pour la production complète de 400 autobus urbains dont la livraison doit s'échelonner jusqu'en 2002.

À partir de 1997, De Simon produit des autobus interurbains en version 10, 12 et articulés de 18 mètres baptisé "Millemiglia Zefiro", commercialisé par le réseau Scania dans plusieurs pays.

Le , la société dépose son bilan n'ayant pu trouver un partenaire en Europe[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article sur la fin de De Simon (consulté le 5 septembre 2017)