Famille de Gaulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis De Gaulle)
Aller à : navigation, rechercher

La famille de Gaulle désigne dans cet article la famille et l'ascendance du général Charles de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française du 3 juin 1944 au 20 janvier 1946, fondateur de la Ve République française et 18e président de la République de 1959 à 1969.

Origine de la famille[modifier | modifier le code]

On trouve la famille de Gaulle dès le début du XVIe siècle à Châlons-en-Champagne où Jehan de Gaulle (vers 1530 – après 1601), marié à Jeanne Coustier, était porteur au sac, laboureur, vigneron, voiturier par terre et marchand.

Selon la généalogie de sa famille, établie par Julien-Philippe de Gaulle (1801-1883), historien et ancien élève de l'École nationale des chartes, la filiation suivie commence avec Jehan de Gaulle "le Jeune" (1615-1672), portefaix, facteur de grain et marchand à Châlons-en-Champagne, marié en 1636 à Marie Joannès. Julien-Philippe de Gaulle le dira également capitaine-châtelain de Cuisery, cette affirmation n'étant étayée par aucun document d'époque.

Des membres de cette famille se fixèrent ensuite au milieu du XVIIIe siècle à Paris.

De Gaulle, (entrée en charge 1752 en remplacement de Pelée de Varenne), Procureur au Parlement de Paris, demeurant rue de la Mortellerie, d'après l'Almanach Royal de 1766, p. 291.

L'Almanach Royal de 1766, p. 319, indique parmi les « huissiers-priseurs » (entrée en charge en 1756) : « De Gaulle, rue et vis-à-vis Saint Severin. » Voir aussi Almanach royal, 1789, p. 418, 1756 : « De Gaulle, rue Saint Jacques, vis-à-vis celle de la Parcheminerie », toujours « huissier-commissaire-priseur. » Cette fonction selon le Dictionnaire du Grand Siècle (sub verbo « Auxiliaires de Justice »), consistait à pratiquer les ventes volontaires des biens meubles. Le même Almanach Royal, indique aussi De Gaulle (entrée en charge en 1752 en remplacement de Pelée de Varenne), Cloître des Bernardins, de Châlons-en-Champagne, parmi les Procureurs au Parlement de Paris, qui peut être identifié comme étant Jean-Baptiste De Gaulle (1720-1797), à ne pas confondre avec Jean-Baptiste De Gaulle (1759-1832), son fils, qui a été avocat au Parlement de Paris puis directeur des Postes Militaires de la Grande Armée[1].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom « de Gaulle » semble être issu d'une ancienne forme germanique : De Walle, signifiant le mur (d'enceinte), le rempart, où De = le et Walle = mur, le w germanique ayant évolué en g.

Selon Albert Dauzat, « de Gaulle » serait un nom d'origine flamande, calqué du flamand van de Walle, « du Rempart »[2], pourtant rien dans la généalogie de la famille de Gaulle n'indique une quelconque origine flamande. Charles de Gaulle est certes né à Lille, cependant sa famille paternelle n'était aucunement originaire du Nord[3].

Certains auteurs prétendent que le nom « De Gaulle » proviendrait du mot flamand « De Walle »[Note 1].

Remarquons que dans l'église Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles se trouve un monument commémoratif de Marie de Gaule (1647) épouse de Charles d'Hovyne (1596-1671).

Les de Gaulle signaient indifféremment « Degaulle », « de Gaulle » ou « De Gaulle. ».

Bien que le « de » dans « de Gaulle » ne soit pas une particule nobiliaire, le patronyme « de Gaulle » s'écrit toujours, par convention et par habitude, avec un « d » minuscule comme tous les noms à particule, de noblesse ou non[4],[5]. Suivant cet usage, et conformément aux conventions de la langue française relatives à l'usage de la particule onomastique, le mot « Gaulle » étant monosyllabique, la particule « de » se conserve même quand le nom n'est pas précédé du prénom ou d'un titre de civilité[6].

Principaux membres de la famille de Gaulle et apparentés[modifier | modifier le code]

Parmi les principaux membres de la famille de Gaulle, on trouve :

ainsi que :

Généalogie de la famille de Gaulle[modifier | modifier le code]

La généalogie de Gaulle est authentifiée à partir de Jehan Degaulle[9] « le Jeune » (11/01/1615 à Châlons-en-Champagne – 26/07/1672 à Châlons-en-Champagne), portefaix, facteur de grain, marchand à Châlons-en-Champagne, et dit, sans preuve écrite, capitaine-châtelain de Cuisery[réf. nécessaire],. Avant lui, la généalogie est plus hypothétique, bien que les sources s'accordent pour faire de Jehan de Gaulle « le Jeune » le fils d'un Nicolas de Gaulle (17/02/1578 à Vauvillers – vers 1609), laboureur à Châlons-en-Champagne, et dit conseiller du roi au parlement de Bourgogne bien qu'aucun document n'étaye cette affirmation, lui-même fils de Gaucher de Gaulle (vers 1535-1584), vigneron, laboureur à Châlons-en-Champagne, lui-même fils de Jehan de Gaulle (vers 1530 – après 1601), porteur au sac, laboureur, vigneron, voiturier par terre, marchand à Châlons-en-Champagne, lui-même fils Jean de Gaulle dit « Jehannin » (vers 1505-?), vigneron, lui-même fils d'un certain Thibault de Gaulle (1475-?) dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Les noms sont orthographiés de Gaulle, De gaulle et Degaulle à l'époque.


Quelques portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La plupart de ceux qui ajoutent foi à cette étymologie pensent que ce mot signifie « Le Gallois », mais en vieux flamand "De Walle" signifie « la baleine » (actuellement « de walvis ») ou un gros poisson de mer comme un dauphin. Plusieurs familles « van de Walle » portent d'ailleurs une baleine ou dauphin dans leurs armes. Les mots « le gallois », ou « le wallon » se disent en flamand « de Waal » (ou « de Wael ») avec a long.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach Royal, de 1789-1790 : liste des Procureurs au Parlement de Paris (entrée en charge en 1752 en remplacement de Pelée de Varenne) : « De Gaulle, Cloître des Bernardins, de Châlons-en-Champagne. »
  2. de Gaulle, nom d'origine flamande, calqué du flamand van de Walle, « du Rempart » (nom d'origine : maison située près du rempart), Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, 1951.
  3. Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, Paris, Plon, 2004
  4. Du bon usage des titres de noblesse et de la particule
  5. cf. actes notariaux du XVIIe siècle notamment
  6. Mémento typographique, Ch. Gouriou, éditions du Cercle de la Librairie, §58.
  7. Notice biographique
  8. Témoignage chrétien, article du 16 avril 2012
  9. AD 51, 4E 8420
  10. http://chatry.pagesperso-orange.fr/dcy501_f.htm
  11. http://gw5.geneanet.org/touvet?lang=fr&pz=cedric&nz=touvet&ocz=0&m=D&p=nicolas&n=de+gaulle&t=L&sosab=10&alwsurn=yes&color=&v=13
  12. http://gw5.geneanet.org/soisic31?lang=fr&m=D&p=thibault&n=degaulle&t=L&sosab=10&color=&v=13
  13. http://gw1.geneanet.org/fgringo?lang=fr&pz=francois+benoit+marie&nz=grinda&ocz=0&m=D&p=thibault&n=de+gaulle&t=L&sosab=10&color=&v=15
  14. http://gw0.geneanet.org/alphami?lang=fr&m=N&v=DE%20GAULLE
  15. http://gw0.geneanet.org/amillien?lang=fr&pz=alexandrine+andree&nz=millien&ocz=0&m=D&p=thiebault&n=de+gaulle&t=L&sosab=10&color=&v=17
  16. http://gw1.geneanet.org/fraternelle?lang=fr&pz=honore+gabriel&nz=de+riqueti+de+mirabeau&ocz=0&m=D&p=jehan&n=de+gaulle&t=L&sosab=10&color=&v=12
  17. http://gw1.geneanet.org/houot?lang=fr&m=N&v=de%20GAULLE
  18. http://gw5.geneanet.org/sance18?lang=fr&m=N&v=DEGAULLE%20%28de%20Gaulle%29
  19. http://gw1.geneanet.org/gerardlpdupon?lang=fr&m=N&v=DE%20GAULLE
  20. http://gw4.geneanet.org/ptexier?lang=fr&m=N&v=de%20GAULLE
  21. Almanach Royal, 1766, p. 291 : « 1752 = De Gaulle, (remplace Pelée de Varenne), demeurant rue de la Mortellerie, de Châlons-en-Champagne. »
  22. Fille de Louis Hue et de Louise Charlotte Delair (????-1737).
  23. Fille de Pierre Gaussen (1736-????), commis vérificateur du roi, et de Marie Anne Geneviève Barbier (1733-????).
  24. Fils de Jean Joseph Xavier Bidauld, peintre paysagiste, membre de l'Académie des Beaux-Arts.
  25. Fils de François Lami et de Louise Hélène Heim.
  26. Charles Sedelmeyer (30/04/1837 à Vienne – 09/08/1925 à Paris), marchand de tableaux et éditeur d'art.
  27. Fils d'Olivier Marie Sainsère (09/09/1852 à Bar-le-Duc – 07/09/1923 à Paris), homme politique, secrétaire général de la présidence de la République et conseiller d'État, et d'Anne Marie Henry.
  28. Fille de Paul Gers, banquier (banque Gers).
  29. Fille de Charles Louis Maillot (18/06/1781-26/01/1855 à Lille), contrôleur des tabacs, et de Marie Joséphine Jacqueline Hermel (15/06/1789-19/12/1841 à Lille).
  30. Fille de Jules Émile Maillot (09/02/1819 à Lille – 25/01/1891 à Lille), industriel textile fabricant de tulle, et de Julia Marie Léonie Delannoy (26/02/1835 à Lille – 18/06/1912), négociante.
  31. Fille de Pierre Gourdon, écrivain.
  32. Frédérique Neau-Dufour, Geneviève de Gaulle-Anthonioz : l'autre De Gaulle, 2004, page 69.
  33. Fille de Jacques Vendroux, président du Conseil d'administration d'une biscuiterie, et de Marguerite Forest.
  34. Fils d'Henri de Boissieu, comte de Boissieu, et de Marguerite Froger de Mauny.
  35. Jules de Gaulle a été président de la Société entomologique de France en 1912.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lacouture, De Gaulle, (3 volumes) : 1 — Le Rebelle (1890-1944), 2 — Le Politique (1944-1959), 3 — Le Souverain (1959-1970), Paris, Le Seuil, 1984, 1985 et 1986. Paris, Points Histoire, 1990.
  • Damon Mayaffre, Le Discours présidentiel sous la Ve République. Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 384 pages (ISBN 2724612442)
  • J. Valynseele et N. Dreneau, La parentèle de Charles et Yvonne de Gaulle (1990)
  • André Delavenne, Bourgeoisie ancienne
  • Bottin Mondain (édition 2009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]