Dayan Degereki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dayan Deerkh (Mongol cyrillique : Даян Дээрх, parfois retranscrit Dayan Deerh), ou Dayan Degereki ( Wylie : Ta-yan Te-ri-khe) est une divinité du chamanisme mongol, omniprésente dans le chamanisme jaune. Elle est reliée à un rite de la fertilité se pratiquant dans une grotte, dans le district de Tsagaan-Üür, aïmag de Hövsgöl[1].

Il est à la fois une divinité de la fertilité et un esprit gardien des initiations chamaniques, et à la fois une déité protectrices de la loi bouddhiste[2]

Description[modifier | modifier le code]

Dayan Deerh est souvent décrit comme un cavalier, portant au moins quelques attributs typiquement mongols (Birtalan mentionne les bottes). Il portent généralement sur ses représentations une triple couronne chamanique comprenant trois miroirs, bien que les statues aient un casque de guerrier. Dans une image de rouleau appartenant à un moine de Mörön, il porte un miroir autour du cou, destiné à éloigner les mauvais esprits, un attribut également utilisé par les chamanes; un collier composé de perles indiquant "la coexistence du bouddhisme et du chamanisme"[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ágnes Birtalan, The representation of the Mongolian shaman deity Dayan Deerh in invocations and in a Buddhist scroll painting, vol. 42, coll. « Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines », (DOI 10.4000/emscat.1800, lire en ligne)
  • (en) Róbert J. Török, A Tibetan offering ritual to Dayan Degereki, a Mongolian local deity, vol. 62, coll. « Acta orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae », (DOI 10.1556/AOrient.62.2009.1.3), p. 45-87
  • Ágnes Birtalan, « An Invocation to Dayan Dērx Collected from a Darkhad Shaman's Descendant », dans Kara György, The Black Master: Essays on Central Eurasia in Honor of György Kara on His 70th Birthday, Otto Harrassowitz Verlag, (ISBN 9783447051866, lire en ligne), p. 21–33
  • Carole Pegg, Mongolian Music, Dance, & Oral Narrative: Performing Diverse Identities, U of Washington P, (ISBN 9780295981123, lire en ligne)
  • Ippei Shimamura, « Yellow Shamans (Mongolia) », dans Shamanism: An Encyclopedia of World Beliefs, Practices, and Culture, vol. 1, ABC-CLIO, (ISBN 9781576076453, lire en ligne), p. 649–651

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ágnes Birtalan 2011
  2. Török Róbert J. 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]