Davison Dalziel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Davison Dalziel, 1er baron Dalziel de Wooler
Fonctions
Member of the 34th Parliament of the United Kingdom (d)
Brixton (en)
-
Member of the 32nd Parliament of the United Kingdom (d)
Brixton (en)
-
Member of the 31st Parliament of the United Kingdom (d)
Brixton (en)
-
Member of the 30th Parliament of the United Kingdom (d)
Brixton (en)
-
Membre de la Chambre des Lords
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Nom dans la langue maternelle
Davison Dalziel, 1. Baron Dalziel of WoolerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
29e Parlement du Royaume-Uni (d)
32e Parlement du Royaume-Uni (d)
31e Parlement du Royaume-Uni (d)
30e Parlement du Royaume-Uni (d)
34e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
The vault of Baron Dalziel of Wooler, Highgate Cemetery.jpg

Vue de la sépulture.

Davison Dalziel (1852-1928), 1er baron Dalziel de Wooler, était un journaliste et patron de presse anglais, fondateur de l’agence de presse éponyme, l'Agence Dalziel, qui a réussi à concurrencer pendant trois ans, à l'échelle internationale, les trois premières agences mondiales, Associated Press, Havas et Reuters, grâce à l'aide discrète du Times de Londres. Il fut ensuite dirigeant du Parti conservateur anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Davison Alexander Dalziel descend d'une grande famille du Nord-Est de l'Angleterre, qui s'est distinguée dans les arts et les affaires. Son cousin, Henry Dalziel, est un ami du leader libéral, Lloyd George.

Presse quotidienne et agence de presse[modifier | modifier le code]

D'abord journaliste aux Nouvelles Galles du Sud pour le Sydney Echo, Davison Dalziel passe plusieurs années aux États-Unis où il s’investit en 1880 à 28 ans dans la création du Chicago News-Letter puis dans les services de gestion de grands quotidiens américains. Il décide de revenir en 1890 en Angleterre pour fonder son agence, l'Agence Dalziel, qui se heurte à une campagne de presse nationaliste en 1893 au moment du scandale de Panama, lorsqu'une de ses dépêches déclenche l'affaire Dalziel. L'agence doit fermer dans la foulée.

Plus de quinze ans après, il décide de revenir vers la presse et de prendre contrôle des quotidiens Standard et Evening Standard en 1910, de se faire élire au parlement la même année, sous l’étiquette du parti conservateur pour la circonscription de Brixton, puis d'obtenir un titre de baron.

La Compagnie des wagons-lits[modifier | modifier le code]

Il a revendu ses journaux, en particulier l’Evening Standard à Edward Hulton Jr, pour s’investir dans l’industrie, en fondant la General Motor Cab Company Ltd, en 1918, et en rejoignant la Pullman Company puis l’International Sleeping Car Share Trust Lt, ce qui lui permet de développer le service ferroviaire de l’Orient Express. Il redevient ensuite député de Brixton en 1924. De 1924 à 1928, il préside le conseil d’administration de la Compagnie des wagons-lits, qui popularise les Voitures Pullman CIWL, de type « Sud-Express », «Flèche d'Or», « Étoile du nord » et « Côte d’Azur »[1].

Références[modifier | modifier le code]