Davide Balula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Davide Balula
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Davide Balula est un artiste plasticien et musicien, né en 1978 à Annecy (Haute-Savoie, France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Davide Balula est né en 1978 à Annecy[1],[2].

Davide Balula a étudié la musique contemporaine au conservatoire de musique et de danse d'Annecy, les arts plastiques à l'École d'Art d'Annecy ainsi qu'aux Arts décoratifs de Strasbourg et à l'ENSAPC.

Il est représenté par la galerie Frank Elbaz à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son travail peut prendre des formes très diverses : peinture, sculpture, cocktail, installation, performance[3]... Il collabore régulièrement avec des restaurateurs, des danseurs ou des musiciens (Biba Bell, Jonathan Bailey, Jesse Peterson, Section Amour[réf. souhaitée], Labranisch[4]}...) lors de performances et concerts d'improvisations musicales afin de ré-interpréter certaines œuvres ou certaines expériences sensorielles mises en œuvre dans ses expositions.

Quelques œuvres :

  • Niagara falls and cranberry leaves, 2011 est une boisson diurétique réalisée à partir d'eau récoltée sur le site des Chutes du Niagara.
  • Burried paintings, 2010 est une série de peintures réalisée à l'aide de toiles enterrées par l'artiste et retendues sur châssis.
  • River paintings, 2009 est une série de peintures dont les toiles ont été déposées au fond de différentes rivières afin de récupérer des sédiments et autres empreintes naturelles.
  • Toe, Tap, Stomp, Step, Stamp, Spank, Snap, Slide, Shuffle, Shim-Sham, Scuff, Riffle, Pick, Leep, Hop, Heel, Flap, Dig, Click, Clap, Chug, Brush. Wing., 2009 est une performance de claquettes dansée par Con O’Shea-Creal et C.K. Edwards afin de détruire l'installation American Wallnut composée d'un parquet modifié et installé dans la galerie Fake Estate à New York.
  • Fever, 2008 est un petit labyrinthe qui enchaîne un espace refroidi à -10 °C avec un espace chauffé à 40 °C, produisant ainsi un choc thermique sur le visiteur de l'exposition.
  • Dust, 2008 est une installation qui montre à travers une fenêtre la poussière récoltée durant l'exposition, flottant dans l'air et visible grâce à un faisceau de lumière.
  • I can't rembember the speed of the blast. 2008 est une installation composée de résidus d'explosifs et d'un acouphène de synthèse.
  • The underwater tones. The ice blows. 2007 est une série de sculptures sur glaces sculptées en forme d'éclaboussures qui flottent à la surface de l'eau et se décomposent au ralenti. Lors de la présentation au public un cocktail sonore composé de cristaux de CO2 était offert aux visiteurs.
  • Free Hand Second Chance, 2007 est une performance où l'artiste a invité une association pour le don d'organes. Les visiteurs de l'exposition étaient invités à revendre à l'avance et à bas prix leurs organes d'occasion.
  • Rinse your eyes behind, 2005 est une station de lavage d'yeux placée à l'entrée de l'exposition[5].
  • 50m gsm hole for a pigeon location, 2005 est un brouilleur de téléphone portable qui se déclenche suivant des roucoulements de pigeons.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Solide Ha, 2003 (Active Suspension)
  • Pellicule, 2003 (Active Suspension)
  • Labranisch, Confort Ep, 2006 avec O.Lamm et Domotic (Confort Moderne/Lappareil)
  • Section Amour, Nuits Blanches à Amiens, 2006
  • Section Amour, Ososphère, 2006
  • Section Amour, Mains d'Œuvres, 2006
  • Section Amour, Fondation Cartier, 2005
  • Section Amour, Consortium, 2005
  • Section Amour, Halles de Schaerbeek, 2004
  • Section Amour, Vooruit Art Center, 2004
  • Let's Kiss and Make Up, 2009 (Tsunami Addiction), v/a
  • Sound Postcards, 2008 (The Bookmakers ed), v/a
  • Pink, 2007 (Uovo), v/a
  • Sonic Scope, 2004 (Grain of Sound), v/a
  • Boyz Revenge, 2003 (Tsunami Addiction), v/a
  • AS at Vooruit, 2003 (Active Suspension), v/a
  • Active Suspension vs Clapping Music, 2002 (Active Suspension), v/a

Exposition[modifier | modifier le code]

  • 2007, Frank Elbaz, Paris[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « BALULA, Davide », sur ledelarge.fr (consulté le 23 janvier 2018).
  2. Martin Cazenave, « L'univers atypique de Davide Balula en écoute », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  3. « Davide Balula knocks holes in the Gagosian », Phaidon,‎ (lire en ligne)
  4. « Davide Balula, Confort moderne. Labranisch Confort ep », sur centrepompidou.fr
  5. [Présentée par le Musée d'Art Moderne de la ville de Paris au Couvent des Cordeliers à Paris http://mam.paris.fr/].

Liens externes[modifier | modifier le code]