David de Léon Cohen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohen.
David de Léon Cohen
Naissance
Gênes
Décès (à 71 ans)
Marseille
Profession
Négociant
Conjoint
Rachel Jalfon

David de Léon Cohen né à Gênes le et mort à Marseille le est un négociant marseillais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant d'une famille juive du Comtat, David de Léon Cohen s'installe à Marseille vers 1835. Il se marie en 1844 avec Rachel Jalfon dont il aura une fille, mais s'en sépare en 1855. Il a alors une longue liaison avec Thérèse Denimal née à Bruxelles en 1837 et qui décèdera à Neuilly en 1919. Avec cette compagne David de Léon Cohen veille de près sur l'enfance, la scolarité et les débuts dans sa carrière militaire de Maxime Weygand, né à Bruxelles de parents inconnus, futur général d'armée et membre de l'Académie française. David Cohen est le tuteur officiel de Maxime Weygand. Certains auteurs pensent que Thérèse Denimal serait certainement la mère du futur général[1]. Maxime Weygand, après ses études effectuées aux lycées Michelet de Vanves, Louis-le-Grand et Henri-IV, entrera à l'école militaire de Saint-Cyr sous le pseudonyme de Maxime de Nimal qui n'est autre qu'une légère modification de « Denimal ».

À partir de 1847, David de Léon Cohen importe d'Italie, du Maroc et de Tunisie des peaux, de la laine et des céréales ; il exporte au Maroc des armes en provenance de Belgique. Dans les années 1850 sa maison de commerce est la plus importante firme marseillaise commerçant avec le Maroc. Il s'oriente également vers des activités bancaires. il se retire des activités en 1889 et cède son entreprise.

David de Léon Cohen est également un notable israélite, membre du consistoire de Marseille ; il apporte une importante souscription pour la construction de la nouvelle synagogue de Marseille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Carty, Éliane Richard et Pierre Échinard (préf. Émile Temime), Les patrons du Second Empire : Marseille, Paris, Picard (no 5), , 332 p. (ISBN 9782708405578 et 9782905596628, OCLC 490522058), p. 116-118

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Chélini, Dictionnaire des Marseillais, Marseille Aix-en-Provence, Académie de Marseille Diff. Edisud, (ISBN 2-744-90254-3), p. 101