David Souter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Souter
DavidSouter.jpg
Portrait de David Souter.
Fonctions
Juge assesseur de la Cour suprême des États-Unis
-
William Joseph Brennan (en)
Procureur général du New Hampshire (en)
-
Warren Rudman (en)
Thomas D. Rath (en)
Juge à la cour d'appel des États-Unis pour le premier circuit (d)
Juge à la cour d'appel des États-Unis pour le circuit fédéral (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Weare, Hopkinton (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions
signature de David Souter
signature

David Souter, né le à Melrose (Massachusetts) est un juriste américain, juge à la Cour suprême des États-Unis nommé en 1990 par George H. W. Bush et démissionnaire en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Souter est nommé par un président républicain car on croit alors qu'il sera un juge plutôt conservateur. De plus, le président Bush voulait éviter une longue bataille politique pour la confirmation par le Sénat de Souter.

Mais au fil des ans, Souter évolue peu à peu vers des positions défendues par ses collègues progressistes (Bader Ginsburg, Day O'Connor et Breyer) et non vers les positions conservatrices (William Rehnquist, Clarence Thomas, Antonin Scalia).

Il vote notamment pour maintenir le droit à l'avortement (Planned Parenthood v. Casey, 1992), ou pour valider des restrictions controversées au droit de propriété (Kelo v. City of New London, 2005). Les républicains sont déçus.

Le , il annonce démissionner de la Cour suprême des États-Unis, souhaitant prendre sa retraite dès qu'un nouveau juge aura été nommé à sa place par le président Obama. Obama choisit pour sa première nomination la juge Sonia Sotomayor qui est confirmée par le Sénat le , et prête serment le 8 août.

En 2010, il obtient un Doctorat honoris causa de l'Université Harvard[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le 10 mai 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]