David Shrigley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Shrigley
David Shrigley.jpg
Naissance
Nationalité
Activités
Formation
Mouvement
Site web

David Shrigley, né le à Macclesfield, en Angleterre, est un artiste écossais.

Biographie[modifier | modifier le code]

David Shrigley est ancien étudiant en art et design à l'école Polytechnique de Leicester, puis diplômé d'art environnemental à l'école des beaux-arts de Glasgow en 1991. Il commence par éditer une compilation de ses croquis, puis collabore avec quelques quotidiens britanniques : The Independent, The Guardian, New Statesman[1].

On lui doit notamment le clip pour la chanson Good Song du groupe Blur. Il a aussi réalisé le clip Agnes, queen of sorrow par Bonnie Prince Billy. En 2006, il sort son premier album de slam, Shrigley Forced to Speak With Others[2].

En 2014, il livre 200 dessins au restaurant londonien Sketch[1],[3].

En 2019, il réalise les cartons jaune et rouge pour l'AS Velasca[4],[5].

Travail[modifier | modifier le code]

Un dessin de David Shrigley sur un taxi à Chelsea

Son style se caractérise par un trait simpliste et des thèmes volontairement idiots, le plus souvent accompagné d'une phrase absurde. Le tout évoque un dessin d'enfant chargé d'une lucidité percutante. Toutes ses créations jouent sur une forme d'humour, que ce soit pour faire passer un message joyeux ou macabre[6].

David Shrigley ne communique pas de manière extensive sur son travail, car précise-t-il, ses créations comportent déjà une illustration visuelle et textuelle, et qu'il n'a rien à ajouter à la simplicité de l'œuvre présentée[6].

Expositions[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roxana Azimi, « Le trait faussement naïf de David Shrigley », sur Lemonde.fr,
  2. a et b (en) « David Shrigley », sur Artspace.com
  3. (en) « 'Clean artwork is good artwork' », sur Sketch.london
  4. (it) « Il calcio diventa arte con il Velasca »
  5. « Artistes Velasca »
  6. a et b (en) Oliver Milman, « David Shrigley: my art doesn't need explanation – it is what it is », sur Theguardian.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]