David Marr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant britannique image illustrant les neurosciences
Cet article est une ébauche concernant un médecin britannique et les neurosciences.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

David Marr
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Woodford (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

David Marr (1945-1980) est un neuroscientifique anglais. Intéressé d'abord par une théorie générale de la cognition, il s'efforça de résoudre le problème de la vision en particulier. Il a cofondé le champ des neurosciences computationnelles.

Théorie de la vision[modifier | modifier le code]

David Marr est aujourd'hui considéré comme le principal représentant de la théorie computationnelle de la vision[1].

Computationnalisme[modifier | modifier le code]

Selon la théorie computationnelle de l'esprit dans laquelle s'inscrit la théorie de Marr, les états mentaux sont des processus d'élaboration des informations qui peuvent être décrits comme des programmes informatiques à partir de computations. Le terme « computation » est utilisé soit pour indiquer un algorithme, c'est-à-dire un procédé spécifique de calcul, soit pour dénoter ce qui est calculé, la fonction ou l'objectif de l'algorithme[2]. Sur ce fondement théorique, le système visuel peut être correctement décrit comme un ensemble d'algorithmes reconstruisant l'environnement physique à partir des informations contenues dans les photorécepteurs.

Problème de la vision et niveaux d'analyse[modifier | modifier le code]

David Marr définit le problème de la vision comme la question de savoir « quelles choses il y a dans le monde et où elles se trouvent »[3]. Selon lui, ce problème est trop complexe pour pouvoir être affronté à un niveau unique de description, par exemple au seul niveau neurophysiologique. Les données neurophysiologiques peuvent imposer des contraintes importantes sur la théorie mais elles ne sont pas à elles seules suffisantes pour caractériser les phénomènes visuels. Il déclare même que « chercher à comprendre la perception en étudiant seulement les neurones est comme chercher à comprendre le vol des oiseaux en étudiant seulement leurs ailes : ce n'est tout simplement pas possible »[4].

Pour Marr, une théorie satisfaisante de la vision doit s'articuler en trois niveaux :

  1. le niveau computationnel ou fonctionnel ;
  2. le niveau algorithmique ;
  3. le niveau physique de l'implémentation.

Le niveau computationnel spécifie quelles fonctions constituent le système visuel en décrivant les fonctions en termes d' input (entrées sensorielles), d' output (sorties comportementales) et de but. Il décrit ainsi l'organisation fonctionnelle de la vision dans son ensemble et détermine quels sous-systèmes font quoi. Le niveau algorithmique spécifie de son côté les algorithmes qui calculent la fonction de chaque représentation visuelle, à un niveau de description plus détaillé que le précédent. Le niveau de l'implémentation décrit quant à lui la réalisation neuronale (voire physico-chimique) de chaque algorithme – la façon dont l'algorithme est réalisé dans le système nerveux concerné par la vision.

Vision et relations spatiales[modifier | modifier le code]

Une des spécificité de la théorie de Marr est de caractériser le « but » de la vision (réalisé après l' input mais avant l' output) en tant que reconnaissance de la forme géométrique des objets[5]. Plus précisément, la tâche de la vision consiste à identifier et distinguer les objets de l'environnement physique par leur forme géométrique et leur position dans l'espace. Le système visuel est alors défini comme l'ensemble des processus qui transforment les données sensorielles reçues par les photorécepteurs de la rétine en une structure informative qui représente les relations spatiales d'une partie de l'environnement physique.

Calcul et modularité de la vision[modifier | modifier le code]

Selon Marr, les mécanismes de la vision sont essentiellement inconscients. C'est pourquoi l'objet visualisé est plutôt calculé qu'inféré. Contrairement aux inférences qui, typiquement, sont des processus conscients, séquentiels, lents, verbaux et logiques, le calcul impliqué dans la vision est inconscient, automatique, en grande partie parallèle (non séquentiel), très rapide, non verbal et probabiliste[6].

La théorie selon laquelle les processus mentaux sont computationnels est étroitement liée à la thèse de la modularité de l'esprit soutenue à l'origine par Jerry Fodor. Marr en applique le principe au système visuel : les processus perceptifs, et en particulier visuels, constituent des sous-systèmes hérités de l'évolution, génétiquement sélectionnés, qui exécutent des fonctions très spécifiques d'une façon largement autonome, c'est-à-dire indépendamment de tous les autres. Marr reprend à Fodor le terme « module » pour qualifier ces sous-systèmes. Les modules accèdent exclusivement à des informations propres, disponibles uniquement à l'intérieur du module impliqué. Selon Marr, les modules perceptifs n'ont pas la possibilité d'accéder aux informations générales de la conscience[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • David Marr, Vision: A Computational Investigation into the Human Representation and Processing of Visual Information, New York, W. H. Freeman and Company, 1982 (posthume).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Paternoster, Le philosophe et les sens (2007), traduit de l'italien par Anne Reboul, Presses universitaires de Grenoble, 2009, ch. 4 : « Théorie psychologique de la perception visuelle », p. 75-103.
  2. A. Paternoster 2009, p.78.
  3. D. Marr, Vision, Freeman, 1982, p. 3, traduit par A. Paternoster 2009.
  4. D. Marr 1982, p. 27, traduit par A. Paternoster 2009.
  5. A. Paternoster 2007, p. 80.
  6. a et b A. Paternoster 2007, p. 82.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]