David Hœschel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Hœschel
David Hoschelius - Johan Jacob Haid um 1747.jpg
Gravure de Johann Jacob Haid (v. 1747).
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Bibliothécaire, érudit classiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement

David Hœschel, né le à Augsbourg où il est mort le , est un helléniste humaniste allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une famille sans fortune, d'un père maître d'école, il bénéficia du mécénat des Fugger et fit ses études au collège Sainte-Anne d'Augsbourg, où il fut l'élève préféré de l'helléniste Hieronymus Wolf. Entre 1576 et 1579, il étudia aussi à Lauingen, Leipzig, Wittemberg. Au printemps 1581, il fut nommé professeur de la classe supérieure du collège Sainte-Anne d'Augsbourg, poste qu'il détint jusqu'à sa mort. En 1593, il devint également recteur du collège et conservateur de la bibliothèque municipale.

Les deux autres grandes figures du collège Sainte-Anne étaient alors Simon Fabricius (1533-1593), helléniste successeur de Wolf comme recteur et qui fut aussi professeur de Hœschel, et le médecin, mathématicien et philologue Georg Henisch (1549-1618), qui enseigna à Sainte-Anne entre 1576 et 1617. Le milieu humaniste d'Augsbourg se réunissait notamment autour de Markus Welser, membre d'une très ancienne famille patricienne de la ville[1], homme d'affaires dirigeant l'entreprise familiale avec ses frères Matthäus et Paulus, maire d'Augsbourg en 1611, mais aussi humaniste, historien, propriétaire d'une riche bibliothèque dont David Hœschel fit le catalogue. Augsbourg était à l'époque un havre de tolérance religieuse : les professeurs de Sainte-Anne (Wolf, Fabricius, Henisch, Hœschel) étaient des protestants, tous passés par Wittemberg et disciples directs ou indirects de Philippe Mélanchthon ; les Welser étaient des catholiques ; les jésuites établirent à Augsbourg, en 1582, un collège Saint-Sauveur financé par un legs des Fugger, avec d'éminents professeurs (Jacob Pontanus, Matthieu Rader) avec lesquels le protestant Hœschel eut des relations amicales et fécondes. Comme professeur, et recteur du collège Saint-Anne, il s'intéressa beaucoup à la réflexion qui se menait en matière de pédagogie : en 1614, il fit venir à Augsbourg et logea chez lui le pédagogue novateur Wolfgang Ratke, accompagné de Joachim Jung et de Christoph Helwig.

Il entretint une correspondance nourrie avec tous les grands érudits protestants de l'époque, particulièrement : Isaac Casaubon, Joseph Juste Scaliger, Joachim Camerarius le Jeune et son frère Philippe Camerarius, Juste Lipse, Marquard Freher, Daniel Heinsius.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1594, fut fondée avec l'argent des Welser une maison d'édition à l'enseigne Ad insigne pinus, dont la direction fut confiée à David Hœschel, et dont l'objectif était notamment la publication des textes grecs inédits que recélait la riche collection de manuscrits de la bibliothèque municipale. En effet, en 1543/44, alors que cette dernière venait d'être fondée, on fit pour la doter l'acquisition d'une centaine de manuscrits grecs à Venise, auprès du marchand crétois Antoine Éparque, pour la somme de cent écus d'or ; le trésor fut à l'époque réceptionné par Wolfgang Musculus[2]. Georg Henisch établit le catalogue de cette collection, et David Hœschel en assura l'impression : Catalogus codicum Græcorum qui sunt in bibliotheca reipublicæ Augustæ Vindelicorum (1595).

David Hœschel donna de très nombreuses éditions de textes grecs, plusieurs fois des editiones principes, dont les textes et les notes furent repris dans des éditions postérieures (pas seulement à partir des manuscrits d'Augsbourg, et pas seulement dans la maison d'édition Ad insigne pinus). Il fit en tout environ soixante-dix publications.

Publications[modifier | modifier le code]

Il publia aussi un dictionnaire latin-grec qui fut réimprimé à plusieurs reprises (1590, 1594, 1600).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce Markus ou Marx Welser était un petit-neveu de Bartholomé Welser. Son frère Matthäus fut Reichspfennigmeister de l'empereur Rodolphe II de 1604 à 1609.
  2. Helmut Zäh, « Wolfgang Musculus und der Ankauf griechischer Handschriften für die Augsburger Stadtbibliothek 1543/44 », dans Rudolf Dellsperger, Rudolf Freudenberger, Wolfgang Weber (dir.), Wolfgang Musculus und die oberdeutsche Reformation, Berlin, Akademie Verlag, 1997, p.  226-235.
  3. Ces trois opuscules, qui ne figuraient pas dans l'édition d'Adrien Turnèbe de 1553, s'intitulent en latin : Quare quorumdam in sacris litteris mutata sint nomina ; De formatione Evæ ex Adami latere & de utriusque lapsu ; Somniorum Josephi, Pharaonis, pincernæque ac pistoris allegorica expositio.
  4. Voir Jean Irigoin, « Le Catalogue de Lamprias. Tradition manuscrite et éditions imprimées », Revue des études grecques, vol. 99, 1986, p. 318-331.
  5. Auparavant avaient été publiées des traductions latines partielles : la traduction de la Guerre contre les Goths par Leonardo Bruni fut imprimée à Rome dès 1470, et une autre de la même partie, par Cristoforo Persona, également à Rome en 1506 ; la traduction de la Guerre contre les Perses par Raffaello Maffei fut publiée à Rome en 1509.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Schmidbauer, Die Augsburger Stadtbibliothekare durch vier Jahrhunderte, Augsbourg, Die Brigg, 1963.
  • Leonhard Lenk, Augsburger Bürgertum im Späthumanismus und Frühbarock (1580-1700), Abhandlungen zur Geschichte der Stadt Augsburg 17, Augsbourg, 1968.
  • Leonhard Lenk, article « Höschel, David », Neue Deutsche Biographie 9, 1972, p. 368.
  • Gernot Michael Müller, Humanismus und Renaissance in Augsburg : Kulturgeschichte einer Stadt zwischen Spätmittelalter und Dreißigjährigem Krieg, Frühe Neuzeit 144, Berlin, Walter de Gruyter, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]