David Clayton-Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Clayton-Thomas
DavidClayton-ThomasPerforming.jpg
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domiciles
Activités
Autres informations
Membre de
Instrument
Genres artistiques
Site web
Distinctions

David Clayton-Thomas, né David Henry Thomsett le 13 septembre 1941, est un musicien, chanteur et auteur-compositeur canadien, mieux connu comme chanteur principal du groupe américain Blood, Sweat & Tears. Clayton-Thomas a été intronisé au Panthéon de la musique canadienne. En 2007, sa composition jazz / rock "Spinning Wheel" a été consacrée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. En 2010, Clayton-Thomas a reçu son étoile sur le Walk of Fame Canada.

Clayton-Thomas a commencé sa carrière musicale au début des années 1960, travaillant dans les clubs de la rue Yonge, à Toronto, où il a découvert son amour pour le chant et le blues. Avant de déménager à New York en 1967, Clayton-Thomas avait dirigé plusieurs groupes locaux, tout d’abord The Shays, puis The Bossmen, l’un des premiers groupes de rock influencé par le jazz. Mais le véritable succès ne vint que quelques années difficiles plus tard lorsqu'il rejoignit Blood, Sweat & Tears.

Le premier album de Clayton-Thomas avec le groupe, Blood, Sweat & Tears (sorti en décembre 1968) - malgré son titre éponyme, il s’agit en réalité du deuxième album du groupe - s’est vendu à dix millions d’exemplaires dans le monde entier. Le disque a dépassé le tableau des albums Billboard pendant sept semaines et 109 semaines. Il a remporté cinq Grammy Awards, dont l'album de l'année et la meilleure performance d'un chanteur. Trois singles, "You Made Me Very Happy", "Spinning Wheel" et "And When I Die" (sur le Hot 100, ont culminé à la deuxième place et duré 13 semaines), ainsi qu'une restitution mémorable de "God Bless The Child" de Billie Holiday.

Avec David en tête du groupe, BS & T a continué avec une série d’albums à succès, dont Blood, Sweat & Tears 3, qui présentait "Hi-De-Ho" de Carole King et "Lucretia MacEvil" de Clayton-Thomas, et Blood, Sweat & Tears 4, qui a donné lieu à un autre succès de Clayton-Thomas, "Go Down Gamblin '" et "Lisa Listen to Me".

En 1972, il sort son premier album solo Columbia après BS & T, simplement intitulé "David Clayton Thomas". En 1973, le deuxième album solo Tequila Sunrise fut publié par Columbia. En 1974, il publie l'album Harmony Junction sur RCA. En 1975, Thomas retourna à nouveau avec Blood Sweat & Tears pour les albums de Columbia, New City et, en 1976, More Than Ever. En 1977, ils publient Brand New Day sur le label ABC. En 1978, Thomas publia un autre album solo sur ABC, intitulé simplement Clayton. En 1980, BS & T publia un album sur le label MCA, Nuclear Blues, incluant également David. Plus tard dans la décennie, Columbia publia un nouvel album Live de BS & T, Live And Improvised. En 2004, Clayton-Thomas a quitté New York pour Toronto et a lancé un groupe de 10 membres All-Star. Depuis lors, il a tourné et enregistré près d'une douzaine d'albums sous son propre nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clayton-Thomas est né à Kingston upon Thames, dans le Surrey, en Angleterre. Il était le fils de Fred Thomsett, un soldat canadien décoré de la Seconde Guerre mondiale. La mère de Clayton-Thomas, Freda May (née Smith), jouait du piano et a rencontré Thomsett lorsqu'elle est venue divertir les troupes dans un hôpital de Londres. Après la guerre, la famille s’installa à Willowdale, à Toronto. Depuis le début, Clayton-Thomas et son père ont eu une relation difficile. À l'âge de quatorze ans, Clayton-Thomas avait déjà quitté la maison et dormait dans des voitures garées et des bâtiments abandonnés. Il volait de la nourriture et des vêtements pour survivre. Il a été arrêté à plusieurs reprises pour vagabondage, petits vols et bagarres de rue et a passé son adolescence à faire des va-et-vient dans diverses prisons et centres de correction, y compris la ferme industrielle Burwash.

Il a hérité de l'amour de sa mère pour la musique, et quand une vieille guitare est entrée en sa possession, laissée par un détenu sortant, il a commencé à apprendre à jouer. À sa sortie de prison en 1962, il s’est rendu sur la rue Yonge à Toronto. Le rythme and blues venant de Detroit et de Chicago étaient la musique de prédilection du groupe. Le pionnier du rockabilly de l’Arkansas, Ronnie Hawkins, a reconnu le formidable talent du jeune 'Sonny' Thomas et l’a pris sous son aile. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'il se présente devant ses propres groupes. Le premier s'appelait "David Clayton Thomas et The Fabulous Shays". À ce moment-là, il avait changé de nom de famille pour mettre un peu de distance entre sa nouvelle vie et son adolescence troublée.

En 1964, Clayton-Thomas et The Shays ont enregistré une interprétation du "Boom Boom" de John Lee Hooker. Cela a conduit à un engagement de New York pour les Shays sur Hullabaloo de NBC-TV à l'invitation de son hôte, Paul Anka. Abandonnant les bars du Strip, David a commencé à se produire dans les cafés de Yorkville Village. Il s'est immergé dans la scène jazz et blues locale dominée par John Lee Hooker, Joe Williams, Sonny Terry et Brownie McGhee, Lenny Breau, Oscar Peterson et Moe Koffman. Clayton-Thomas a fait sa marque avec plus de force avec son prochain groupe, The Bossmen, l'un des premiers groupes de rock à inclure des musiciens de jazz. En 1966, il écrit et interprète "Brainwashed", une chanson anti-guerre axée sur le R & B, qui devint un succès canadien majeur, culminant au 11e rang du classement national RPM.

Un soir de 1966, après s'être assis avec le chanteur de blues John Lee Hooker à Yorkville, Clayton-Thomas partit avec lui à New York. Ils ont joué dans un club de Greenwich Village pendant deux semaines. Hooker partit ensuite pour l'Europe et Clayton-Thomas resta à New York. Il a survécu en jouant dans des «maisons de vannerie», où les artistes interprètes ont eu quelques minutes sur scène puis ont passé le panier. La chanteuse folk Judy Collins a entendu Clayton-Thomas un soir dans un club du centre-ville et en a parlé à son ami, le batteur Bobby Colomby. Le groupe de Bobby, Blood Sweat & Tears, s'était séparé quatre mois après la sortie de son premier album Columbia, The Child Is Father to the Man. Colomby fut impressionné par le talent vocal de Clayton-Thomas et l'invita à rejoindre le groupe. Ils ont emmené le groupe reformé au Café Au Go-Go.

Dans son autobiographie de 1974, "Clive: Inside the Record Business", Clive Davis, alors président de Columbia Records, décrivit sa première impression de Clayton-Thomas chantant au Café Au Go-Go: "Il était renversant ... un chanteur puissamment construit qui dégage une énorme confiance terrestre. Il vous sautait dessus avec sa voix. Je suis allé avec un petit groupe de personnes et nous avons été électrisés. Il semblait si sincère, avec maîtrise du lyrique ... une combinaison parfaite de feu et d’émotion à emporter avec l'attrait quelque peu cérébral du groupe. Je savais qu'il serait une figure forte et solide. "

BS & T a continué avec une série d’albums à succès, dont Blood, Sweat & Tears 3, qui comprenait "Lucretia MacEvil" de Clayton-Thomas, "Hi-De-Ho" de Carole King et BS & T 4, qui a donné lieu à un autre hit de Clayton-Thomas "Descends Gamblin'" L'album Greatest Hits de Blood Sweat & Tears a vendu, à ce jour, plus de sept millions d'exemplaires dans le monde.

BS & T a fait la une des principales scènes du monde entier: le Royal Albert Hall, le Metropolitan Opera House, le Hollywood Bowl, le Madison Square Garden et le Caesar's Palace, ainsi que le Newport Jazz Festival et Woodstock. Ils furent le premier groupe contemporain à franchir le rideau de fer avec sa tournée historique en Europe de l'Est parrainée par le Département d'État des États-Unis en mai et juin 1970. Au début, David vivait sur la route, voyageant partout en Europe, en Australie, en Asie, en Amérique du Sud, aux États-Unis et au Canada avec BS & T. La tournée constante a commencé à faire des ravages. David a quitté le groupe en 1972, épuisé par la vie sur la route. Au milieu des années 70, les membres fondateurs ont commencé à s'éloigner pour fonder des familles et poursuivre leurs propres ambitions musicales.

Discographie[modifier | modifier le code]

- Blood, Sweat & Tears ; Voir l'article sur le groupe : Blood, Sweat and Tears

- Solo :

  • 1969 David Clayton-Thomas! - (Decca Records)
  • 1972 David Clayton-Thomas - (Repertoire)
  • 1972 Tequila Sunrise - (Columbia)
  • 1973 Harmony Junction - (RCA)
  • 1977 Clayton - (ABC Music)
  • 1998 Blue Plate Special - (Stony Plain)
  • 1999 Bloodlines - (DCT)
  • 2001 The Christmas Album - (Fontana North / Maplecore)
  • 2005 Aurora (Justin Time)
  • 2006 In Concert: A Musical Biography Justin Time
  • 2007 The Evergreens - (Fontana North / Maplecore)
  • 2009 Spectrum -
  • 2010 Soul Ballads -(Fuel)
  • 2013 A Blues for the New World - (Antoinette)
  • 2015 Combo - (Audio & Video Labs, Inc.)
  • 2016 Canadiana - (Antoinette / Ils / Universal)
  • 2018 Mobius (Ils)

Sources[modifier | modifier le code]

Sources

  • Clayton-Thomas, David (June 2010). Blood, Sweat and Tears. Penguin Canada. (ISBN 978-0-14-317599-5)
  • Davis, Clive (December 1975). Clive: Inside the Record Business. Ballantine Books. (ISBN 978-0345247605)
  • LeBlanc, Larry: David Clayton-Thomas (artist biography) (http://davidclaytonthomas.com/)
  • Bloomfield, Michael (September 2000). If You Love These Blues: An Oral History (1st ed.). Backbeat Books. (ISBN 978-0-87930-617-5). (with CD of uniussed music)
  • Brooks, Ken (February 1999). The Adventures of Mike Bloomfield and Al Kooper with Paul Butterfield and David Clayton Thomas. Agenda Ltd. (ISBN 978-1-899882-90-8).
  • Kooper, Al (February 1977). Backstage Passes: Rock 'N' Roll Life in the Sixties (1st ed.). Stein & Day Pub. (ISBN 978-0-8128-2171-0).
  • Kooper, Al (September 1998). Backstage Passes and Backstabbing Bastards: Memoirs of a Rock 'N' Roll Survivor (updated ed.). Billboard Books. (ISBN 978-0-8230-8257-5).
  • Kooper, Al (February 2008). Backstage Passes and Backstabbing Bastards (new ed.). Hal Leonard Corporation. (ISBN 978-0-87930-922-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :