David Clarinval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

David Clarinval
Illustration.
David Clarinval en 2019
Fonctions
Ministre fédéral des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique
En fonction depuis le
(1 mois et 20 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Alexander De Croo
Gouvernement De Croo
Prédécesseur Denis Ducarme
(Classes moyennes, Indépendants, PME, Agriculture)
Vice-Premier ministre de Belgique

(10 mois)
Monarque Philippe
Premier ministre Sophie Wilmès
Gouvernement Wilmès I et II
Prédécesseur Didier Reynders
Successeur Sophie Wilmès
Ministre fédéral de la Fonction publique et du Budget

(11 mois et 4 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Sophie Wilmès
Gouvernement Wilmès I et II
Prédécesseur Sophie Wilmès
Successeur Petra De Sutter
(Fonction publique)
Alexander De Croo
(ministre, Budget)
Eva De Bleeker
(secrétaire d'État, Budget)
Bourgmestre de Bièvre
En fonction depuis le
(19 ans, 10 mois et 20 jours)
Député fédéral à la Chambre des représentants

(12 ans, 2 mois et 25 jours)
Réélection 13 juin 2010
25 mai 2014
26 mai 2019
Circonscription Namur
Législature 52e, 53e, 54e et 55e
Prédécesseur Sabine Laruelle
Successeur Christophe Bombled
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Dinant (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique MR
Diplômé de Université catholique de Louvain

David C.Gh.A. Clarinval, né le à Dinant, est un homme politique belge wallon, membre du MR. Il est actuellement ministre fédéral des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique. Il est également bourgmestre en titre de Bièvre[1].

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Diplômé en sciences économiques, sociales et politiques à l’Université catholique de Louvain (UCL). A 23 ans, il commence sa carrière en politique en tant qu’attaché parlementaire au groupe MR du Parlement Wallon.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Actif au sein de l’entreprise familiale Clarinval Constructions depuis 2005, il en devient le co-gérant en 2014 avec son frère et sa sœur[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Bourgmestre de Bièvre[modifier | modifier le code]

Le , il devient, à 24 ans, bourgmestre de Bièvre [3]. Il est alors le plus jeune bourgmestre de Belgique[4].

Lors des élections communales de 2006, David Clarinval accueille sur sa liste trois membres de l'opposition[5] et obtient onze sièges sur treize, avec un score personnel de 1453 voix[6]. Il entame alors son second mandat de bourgmestre en laissant dans l'opposition les deux élus de la liste Espoir, Luc Vincent et l'ancien président du CPAS Eric Gaussin. Il conserve le mayorat en 2012 et 2018[7].

Conseiller provincial de Namur[modifier | modifier le code]

Aux élections provinciales de 2006, il est tête de liste MR pour le district de Dinant-Beauraing-Gedinne et réalise le meilleur score de la circonscription avec 7.105 voix[8]. Il est élu conseiller provincial et devient le chef du groupe MR à Namur. Il obtient le maintien du Bibliobus et du système de remplacement agricole dans les zones rurales. Il démissionne de ses fonctions pour devenir membre de la Chambre des représentants le 21 décembre 2007, les mandats de conseiller provincial et député fédéral étant incompatibles[9]. Marie-Claude Absil-Lahaye le remplace au Conseil provincial et le bourgmestre de Gesves José Paulet devient le nouveau chef de groupe du MR[réf. souhaitée].

Président de la Fédération provinciale du MR de Namur[modifier | modifier le code]

Après dix ans à la présidence de la Fédération de Namur, Willy Borsus quitte sa dernière fonction "namuroise", comme il s’y était engagé lors du dernier du Conseil provincial du MR. David Clarinval est élu à l’unanimité lors du comité provincial le 24 novembre 2014 pour reprend le flambeau jusqu’en décembre 2016.

Du 7 au 10 décembre 2016, le MR procède, par vote de ses membres, au renouvellement de ses instances internes, et ce pour les quatre prochaines années. Le 10 décembre, David Clarinval est réélu avec 96 % des suffrages.

Député fédéral[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 13 juin 2007, il est 1er suppléant sur la liste du MR pour la Province de Namur, qui est emmenée par Sabine Laruelle, ministre de l'Agriculture et des Classes moyennes du gouvernement Verhofstadt II. Lorsque Sabine Laruelle devient ministre de l'Économie, des Indépendants et de l'Agriculture dans le gouvernement Verhofstadt III, David Clarinval la remplace à la Chambre et devient ainsi député fédéral.

David Clarinval se présente en 2010 comme deuxième candidat effectif en Province de Namur, derrière Sabine Laruelle, ministre sortante. Il réalise le troisième score de la liste[10].

Il est réélu comme député fédéral lors des élections du 25 mai 2014.

Le 31 juillet 2017, David Clarinval devient chef de groupe MR à la Chambre des Représentants, à la suite du départ de Denis Ducarme pour le Gouvernement fédéral (Belgique)[11].

David Clarinval est réélu député fédéral dans sa circonscription de Namur lors des élections fédérales du 26 mai 2019.

Ministre fédéral[modifier | modifier le code]

Gouvernement Wilmès I  (27 octobre 2019 - 17 mars 2020)[modifier | modifier le code]

Le 27 octobre 2019, David Clarinval devient ministre fédéral du Budget et de la Fonction publique, chargé de la Loterie nationale et de la Politique scientifique, en replacement de Sophie Wilmès devenue Première ministre[12].

Le 1er décembre 2019, il devient vice-Premier ministre en remplacement de Didier Reynders[13].

En tant que ministre fédéral chargé de la Politique scientifique, il se rend au sommet de l’Agence spatiale européenne (ESA) à Séville le 28 novembre 2019. Il y défend au nom du gouvernement la candidature du site de l’ESEC-Redu, en province de Luxembourg, pour abriter le nouveau centre opérationnel de référence en matière de cyber sécurité. L’ESA y concrétise ce choix de l’ESEC-Redu comme nouveau centre de cyber-surveillance de ses activités[14].

Il est également à l’origine d’un projet de pension complémentaire octroyée aux 20.000 agents contractuels de l’administration fédérale, qui sera approuvé par le Conseil des ministres le 29 novembre 2019[15].

Gouvernement Wilmès II (17 mars 2020 - )[modifier | modifier le code]

David Clarinval fait partie du gouvernement de crise Wilmès II, mis en place le 17 mars 2020 dans le cadre de la pandémie de Covid-19 avec le soutien de six autres partis alors dans l’opposition et qui acceptent de lui voter la confiance à la Chambre. Au sein de ce gouvernement, il participe à la prise de décisions lors des Conseils nationaux de Sécurité (CNS) et des Conseils des ministres restreints, afin d’adopter une série de mesures exceptionnelles destinées à aider la Belgique à surmonter les conséquences de cette crise du Covid-19.

Au cours de celle-ci, David Clarinval autorise notamment les établissements scientifiques fédéraux à puiser dans leurs réserves stratégiques pour faire face aux lourdes conséquences économiques et sociales de cette crise sanitaire[16].

Comme ministre de la Fonction publique, il amplifie également les possibilités de télétravail pour les fonctionnaires fédéraux.

Suite à cela, David Clarinval demande un rapport d’évaluation aux dirigeants de l’administration, afin d’envisager d’accroître les possibilités de faire du télétravail pour les fonctionnaires même en dehors d’une crise sanitaire[17].

Avec le soutien du gouvernement, il permet par ailleurs l’extension de la reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle aux pompiers et ambulanciers volontaires[18].

Début juin 2020, il propose d’étendre cette même reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle aux travailleurs des secteurs cruciaux actifs pendant le confinement[19].

Climat et environnement[modifier | modifier le code]

À la Chambre des représentants, David Clarinval a assuré la vice-Présidence de la commission Climat. Il a été à l'origine d'une série d'auditions sur le réchauffement climatique dont notamment celles de deux climato-sceptiques belges notoires (le Professeur Itsvan Marko, de l'UCL, et Drieu Godefridi), ainsi que de M. François Gemenne, de M. Jean-Pascal van Ypersele, et de Mme Naomi Oreskes [20]. Pour ces raisons, David Clarinval a été qualifié de « climato-sceptique » par Inter-Environnement Wallonie [21].

Interrogé à ce propos par les médias lors des marches pour le climat, il s'est toutefois défendu en prétendant plutôt être un "libre-penseur"[22].

En 2019, en tant que chef de groupe MR à la Chambre, il cosignera la proposition de loi Climat élaborée par un collectif d'universitaires[23]. Il est connu pour sa position ouvertement favorable au nucléaire.

Le 23 juillet 2019, David Clarinval "like" un retweet de la députée nationale française Emmanuelle Ménard, apparentée au Rassemblement National, estimant que Greta Thunberg mérite une fessée, et ce en pleine polémique sur le débat de l'interdiction de la fessée en France. Ignorant cette information, David Clarinval retire alors immédiatement son like[24].

Fin 2020, David Clarinval décide de prolonger l'autorisation d'utilisation sur le territoire belge des très controversés insecticides néonicotinoïdes, accusés d'être responsables du déclin massif des insectes pollinisateurs comme les abeilles. Cette décision confirme son scepticisme à l'égard de l'urgence environnementale décrié par Inter-Environnement Wallonie alors que dans le même temps, des voix s'élèvent pour l'accuser de favoriser au détriment de l'urgence écologique, une industrie sucrière de la betterave qui peine à maintenir ses rendements[24]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Fiasco énergétique. Le gaspillage écologiste des ressources, Co-auteur avec Corentin de Salle,

Cartes blanches[modifier | modifier le code]

  • Comment le zèle écologiste a sabordé le renouvelable intermittent (2014), co-écrit avec Corentin de Salle ;
  • Stop à la planification du marché de l'énergie, co-écrit avec Corentin de Salle (2014) ;
  • Oui au nucléaire après 2025, une opinion parue dans Le Soir du 30 décembre 2015 ;
  • Pourquoi Caterpillar quitte-t-il Gosselies (2016), co-écrit avec Corentin de Salle ;
  • Comment des minorités agissantes instrumentalisent la démocratie communale ?, co-écrit avec Corentin de Salle
  • La réforme du droit des entreprises apporte de la modernisation aux ASBL, opinion parue dans L'Écho du 02 avril 2018

Préface de livres[modifier | modifier le code]

  • David Clarinval a rédigé la préface de "Tout a commencé par un beau dimanche du mois d'août" d'Yvon Barbazon.
  • Il est également le préfacier attitré des ouvrages d'histoire locale relatifs à la commune de Bièvre, publiés à intervalles réguliers par Jean et Léopold Quewet.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « David Clarinval - Chambre des représentants » (consulté le 19 mars 2019)
  2. « La politique pour garder les pieds sur terre », sur Site-Trends-FR, (consulté le 1er juillet 2020)
  3. « A Bièvre, le bourgmestre David Clarinval repart favori », sur Le Soir (consulté le 19 mars 2019)
  4. Matele, « David Clarinval: de plus jeune bourgmestre à ministre », sur Matélé (consulté le 1er juillet 2020)
  5. « Elections 2006 - Elections communales de la Région Wallonne », sur elections2006.wallonie.be (consulté le 21 novembre 2016)
  6. http://www.lalibre.be/elections2006/listes.phtml?page=CO01442vp.htm
  7. « Seul en lice David Clarinval reste le bourgmestre de Bièvre », sur RTBF Info, (consulté le 19 mars 2019)
  8. http://www.lalibre.be/elections2006/listes.phtml?page=PR03064vp.htm
  9. Cumul des mandats en Belgique
  10. http://elections2010.belgium.be/fr/cha/preferred/preferred_CKC92094_5.html
  11. « MR: David Clarinval nommé chef de groupe à la Chambre, après un jeu de chaises musicales », sur Le Soir (consulté le 19 mars 2019)
  12. « Le député MR David Clarinval deviendra ministre du Budget, en remplacement de Sophie Wilmès », sur RTBF Info, (consulté le 23 juin 2020)
  13. « Remaniement fédéral: Philippe Goffin succède à Reynders, David Clarinval devient vice-Premier ministre », sur Le Soir Plus, (consulté le 23 juin 2020)
  14. « Redu choisi comme centre opérationnel pour la cybersécurité de l'Agence spatiale européenne », sur RTBF Info, (consulté le 23 juin 2020)
  15. « Bientôt une pension complémentaire pour les fonctionnaires fédéraux contractuels », sur RTBF Info, (consulté le 23 juin 2020)
  16. « Les Établissements scientifiques fédéraux autorisés à puiser dans leurs réserves », sur L'Echo, (consulté le 23 juin 2020)
  17. La Libre.be, « Vers davantage de télétravail après la crise: "Il y a des enseignements très positifs à tirer" », sur www.lalibre.be, (consulté le 23 juin 2020)
  18. « Maladie professionnelle: les ambulanciers volontaires assimilés aux professionnels », sur Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net (consulté le 23 juin 2020)
  19. « La reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle étendue aux secteurs cruciaux », sur L'Echo, (consulté le 23 juin 2020)
  20. « Rapport fait au nom de la commission spéciale "climat et développement durable" »,
  21. « Quand les climatosceptiques révèlent leur stratégie », sur Inter-Environnement Wallonie - IEW, (consulté le 17 mai 2020)
  22. « Climat: David Clarinval se défend d'être climatosceptique », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 10 juin 2020)
  23. Le Vif, « Confusion climatique au MR ? », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 10 juin 2020)
  24. a et b « Nouvelle dérogation pour les néonicotinoïdes en Belgique », sur Le soir, (consulté le 18 novembre 20)

Liens externes[modifier | modifier le code]