David Choquehuanca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

David Choquehuanca
Illustration.
David Choquehuanca en 2006.
Fonctions
Vice-président de l'État plurinational de Bolivie
En fonction depuis le
(10 mois et 12 jours)
Élection 18 octobre 2020
Président Luis Arce
Prédécesseur Álvaro García Linera (indirectement)
Secrétaire général de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques

(2 ans, 8 mois et 10 jours)
Prédécesseur Bernardo Álvarez Herrera
Successeur Vacant
Ministre bolivien des Affaires étrangères

(11 ans et 1 jour)
Président Evo Morales
Prédécesseur Armando Loaiza
Successeur Fernando Huanacuni
Biographie
Nom de naissance David Choquehuanca Céspedes
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Omasuyos (Bolivie)
Nationalité Bolivienne
Parti politique Mouvement vers le socialisme
Religion Catholicisme

David Choquehuanca
Vice-présidents de l'État plurinational de Bolivie

David Choquehuanca Céspedes, né le , est un homme d'État bolivien, vice-président de l'État depuis le 8 novembre 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luis Arce et son vice-président David Choquehuanca, le jour de leur investiture

D'origine indigène, paysan aymara issu des hauts plateaux de la province d’Omasuyos, il défend les populations indigènes et les droits de la nature à travers le concept de « buen vivir » (bien vivre). Il participe aux mobilisations en faveur de la reconnaissance des droits des communautés indiennes, qui aboutissent à la création de l’État plurinational en 2009[1].

David Choquehuanca est ministre des Affaires étrangères de la Bolivie de 2006 à 2017. Il est secrétaire général de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques depuis le .

Il est désigné candidat à la vice-présidence par le Mouvement vers le socialisme pour les élections générales boliviennes de 2020[2]. Il a été initialement annoncé candidat avec comme colistier le jeune syndicaliste Andrónico Rodriguez, qui avait les faveurs de Morales pour être candidat à la présidence[3]. Le ticket remporte le scrutin au premier tour avec 55,1 % des suffrages, contre 28,8 % pour celui de l'ancien président Carlos Mesa[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vadim Kamenka, « Amérique du sud. Luis Arce, candidat de la gauche bolivienne », sur L'Humanité,
  2. « Présidentielle en Bolivie: Morales adoube un ancien ministre, Luis Arce », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  3. « Bolivie: Morales, en exil, annonce les candidats socialistes aux élections ».
  4. « Bolivie: Arce s'engage à "reconstruire" le pays », sur challenges.fr, .
  5. « Bolivie : Luis Arce, candidat socialiste, élu président dès le premier tour », Le Monde,‎ (lire en ligne).